AS Monaco

Interview : Benoît Badiashile évoque la fin de saison de l'AS Monaco et ses rêves d'équipe de France

Quentin Gesp
Benoît Badiashile s'est livré sur la fin de saison de l'AS Monaco
Benoît Badiashile s'est livré sur la fin de saison de l'AS Monaco /
facebooktwitterreddit

Grand artisan du brillant retour en forme de l'AS Monaco, bel et bien dans la course pour une place en Ligue des Champions la saison prochaine, Benoît Badiashile s'est livré pour 90min sur la fin de saison folle qui attend le club de la Principauté. Le solide défenseur central a aussi évoqué ses ambitions et son futur, tout en se montrant pleinement impliqué dans l'opération C1 des Monégasques.


La forme actuelle de Monaco est l’une des meilleures du moment en Europe avec l’un des plus hauts pourcentages de victoires sur les sept derniers matchs. Cela correspond à votre retour de blessure, quel est donc votre importance dans cette équipe ? 

Ma responsabilité à l’AS Monaco elle a forcément changé depuis que je suis revenu de blessure. Le coach, le club, les dirigeants, ont toujours eu confiance en moi. J’ai eu la chance de revenir face à l’Olympique de Marseille, on a su gagner ce match qui était très important contre un concurrent direct, du coup la confiance est revenue assez rapidement. Maintenant on est dans une super forme mais il faudra continuer et confirmer contre Lille vendredi. 

La Ligue 1 a été l’un des championnats les plus compétitifs cette saison, avec une véritable lutte pour la coupe d’Europe. Est-ce une bonne chose pour le football français qu’autant d’équipes soient en course pour une place en Europe ?

Oui, c'est un plus pour notre Ligue 1. C’est bien que d’autres clubs puissent montrer leur qualité en coupe d’Europe. On sait qu’il y a de très bons clubs français, il y a le PSG, il y a l’AS Monaco, il y a l’Olympique Lyonnais, il y a l’Olympique de Marseille, il y a Rennes, il y a beaucoup de clubs qui sont capables de faire de beaux parcours en coupe d’Europe. On le voit en ce moment avec l’Olympique de Marseille donc c’est une belle image pour notre championnat et j’espère que pour les années futures ce sera la même chose. 

Le fait que la Ligue 1 ait connu un autre champion la saison précédente (le LOSC, ndlr), est-ce une bonne chose pour le championnat ?

Bien sûr : ça montre qu’on a énormément de bonnes équipes en Ligue 1. On voit que Lille a réussi à être champion l’année dernière, aujourd’hui on voit c’est plus compliqué car il y a d’autres équipes aussi qui sont performantes. C’est une bonne image pour la Ligue 1. 

Quel est votre meilleur match cette saison et quels sont vos talents qui ont été mis en avant au cours de cette rencontre ?

Je dirais contre l’OGC Nice (1-0). C’était il y a deux semaines. J’ai fait une très bonne performance je trouve, que ce soit défensivement et avec le ballon. J’ai mis tous les ingrédients, je pense, qu’un défenseur doit mettre, ce qui fait que c’est une performance que je retiens pour cette saison et j’espère en faire d’autres comme ça aussi. 

Benoît Badiashile a brillé face à l'OGC Nice
Benoît Badiashile a brillé face à l'OGC Nice /

Quels sont les défenseurs qui vont ont inspiré dans votre formation et avec quels joueurs avez-vous le plus de similitudes ?

Je regarde pas mal de défenseurs, que ce soit Virgil van Dijk, Thiago Silva, ou même Sergio Ramos. Après ils ont chacun leur profil, moi j’ai le mien, mais effectivement je m’inspire de ces grands joueurs pour pouvoir progresser. 

Monaco est sur une série de sept victoires consécutives. Est-ce que quelque chose a changé, avec l’entraîneur, votre préparation mentale ?

C’est surtout la mentalité qui a changé. Dans les matches précédents, avant cette série de sept victoires, on n’était pas assez positifs dans les moments compliqués. Maintenant, le coach a réussi à ramener cette stabilité. On peut le voir dans certains matchs où ça ne se passe pas comme on le désire, on a réussi à rester calmes et c’est ce qui fait la différence sur les derniers matchs parce qu’on reste calme, on reste concentré et on sait qu’avec les qualités qu’on a dans notre équipe on est capable de faire basculer un match à tout moment. 

Vous avez parlé d’un changement de mentalité au sein de l’équipe. Avez-vous quelqu’un, comme votre coéquipier Aurélien Tchouaméni qui a un préparateur mental, qui vous suit mentalement pour vous préparer à rester concentré face au grand nombre de matchs ? Et votre grand frère (Loïc Badiashile, ndlr) vous aide-t-il dans cette démarche ?

Oui, il y a un préparateur mental ici au club. Avant chaque match, je vais le voir. C’est ce qui a fait aussi peut-être la différence sur les derniers matchs. C’est quelque chose que je vais continuer à faire. Et oui, mon frère m’aide aussi beaucoup. Il est toujours là à me conseiller, à me guider parce qu’il a aussi connu le haut niveau, il sait ce que cela demande. Donc, je prends des conseils de tout le monde et puis j’essaye de reproduire tout ce qu’on me donne sur le terrain. 

Vous avez affronté de nombreux grands noms en Ligue 1 et Kylian Mbappé semble le nom le plus évident, mais quel attaquant vous a posé le plus de problèmes lorsque vous lui avez fait face ?

Forcément, Kylian Mbappé. C’est très difficile de défendre face à un tel joueur, il montre à chaque fois qu’il joue que c’est un très grand joueur, donc c’est vrai que c’est lui le plus difficile. Après il y a d’autres joueurs qui ont énormément de qualités, je pense notamment à Jonathan Ikoné qui est maintenant parti à la Fiorentina mais qui avait énormément de talent et qui m’a posé certains problèmes sur certains matchs. Chaque attaquant est différent. Nous en tant que défenseurs on doit s’adapter, mais il y a pas mal de très bons attaquants en Ligue 1 et c’est très bien. 

Comment se prépare-t-on à faire face à quelqu’un comme Kylian Mbappé ? L’entraînement est-il différent la semaine ?

Forcément, on doit s’adapter parce qu’on sait que c’est un grand joueur. Après il est vraiment différent, il est hors du monde, il est spécial, il a énormément de talent donc on doit s’adapter. On doit faire différemment parce qu’on ne doit pas lui laisser énormément d’espaces, mais aussi lorsqu’il a le ballon dans les pieds il est hyper dangereux. On essaye vraiment de travailler en équipe parce qu’il n’y a, je pense, que comme ça qu’on peut le stopper. Sinon, c’est un très grand joueur et on a beaucoup de choses à apprendre de lui. 

Les chemins de Kylian Mbappé et de Benoît Badiashile se sont croisés à plusieurs reprises
Les chemins de Kylian Mbappé et de Benoît Badiashile se sont croisés à plusieurs reprises /

Dans la préparation pendant la semaine on est obligé de s’adapter, le coach nous donne certaines consignes pour pouvoir nous adapter face à des grands joueurs comme lui. Après, comme je l’ai dit, par son talent, par ses qualités, il est capable de se sortir de ce genre de situations. 

Vous n’avez pas réussi à vous qualifier pour la Ligue des Champions la saison dernière et cela a constitué un vrai crève-cœur. À quel point une qualification en C1 est importante à vos yeux et à ceux de vos coéquipiers ?

Tous les joueurs ont envie de jouer cette compétition. J’ai eu la chance de la jouer assez tôt. C’est une compétition que j’ai envie de jouer chaque saison et même par rapport au club dans lequel je joue, l’AS Monaco, c’est un très grand club et l’AS Monaco a l’habitude de jouer la Champions League donc tout simplement c’est de remettre le club à sa place et de jouer chaque saison la coupe d’Europe comme il se doit, tout simplement. 

Vous et Aurélien Tchouaméni faites partie des grands talents de l’AS Monaco. Comment est-ce que Monaco parvient à produire autant de jeunes talents?

Monaco, c’est un club qui fait énormément confiance aux jeunes. Après on a des dirigeants qui sont capables de dénicher certains talents comme Aurélien (Tchouaméni, ndlr). On a un très grand centre de formation qui a formé pas mal de très bons joueurs donc forcément, quand on voit l’AS Monaco et ces jeunes jouer on comprend que la jeunesse de l’AS Monaco a énormément de talent donc c’est quelque chose qu’il faut continuer à développer dans les années futures. 

Pensez-vous que la Ligue 1 est respectée à sa juste valeur ? Certains en Angleterre ou en Espagne affirment que le championnat n’est pas compétitif.

Oui, la Ligue 1 est un très bon championnat, avec de très bonnes équipes, de très bons joueurs. Après, certains peuvent préférer d’autres championnats, c’est leur choix. Je comprends car la Premier League, la Liga ou même la Bundesliga sont des très bons championnats, il y a aussi des équipes qui ont l’habitude de gagner la Ligue des Champions chaque saison. Mais la France avance très bien aussi, il y a de très bonnes équipes qui font chaque saison de très bons parcours et j’espère que dans le futur cela va continuer pour que l’image de la France comme de la Ligue 1 change à l’étranger parce que c’est une ligue très très compétitive. 

Benoît Badiashile estime que la Ligue 1 est un championnat tr§s compétitif.
Benoît Badiashile estime que la Ligue 1 est un championnat tr§s compétitif. /

Thierry Henry a eu un grand impact sur votre carrière en vous faisant débuter. Quelle influence a-t-il eue sur votre carrière et comment l’a-t-il impacté ?

Je suis très reconnaissant envers Thierry Henry parce qu’il n’a pas hésité à me lancer à 17 ans, ce qui est très tôt pour un joueur de football. Il m’a donné toute sa confiance, j’ai pu montrer certaines choses lors des matchs où il m’a fait confiance. On savait qu’on était dans une période compliquée mais il n’a pas hésité à nous faire jouer et honnêtement je lui en serai reconnaissant pour le reste de ma carrière. 

Avez-vous eu des contacts avec des clubs de Premier League et souhaiteriez-vous rejoindre le championnat anglais ?

On connaît tous la Premier League, c’est un très très bon championnat. Pour moi c’est le meilleur championnat qui existe. Forcément c’est un championnat qui me fait rêver. Après comme je l’ai dit je suis très, très bien à l’AS Monaco et je ne suis pas forcément pressé de partir. Oui j’ai eu certaines touches avec certains clubs de Premier League, en Angleterre, mais voilà ce sont juste des contacts qui ont été pris, rien de plus. Je suis vraiment concentré sur ma fin de championnat avec l’AS Monaco, je me sens très bien et c’est le plus important. 

D’un point de vue personnel, l’équipe de France représente-t-elle le rêve ultime ? Et quels aspects de votre jeu souhaitez-vous améliorer pour rallier les Bleus ?

Je pense que c’est la régularité parce que tous les défenseurs centraux qui sont à ma place sont très réguliers, ils jouent des matchs de coupe d’Europe quasiment chaque semaine. Ils ont énormément d’expérience. Ce sont des joueurs dont je m’inspire, que ce soit Varane, Kimpembe, ou tous les joueurs qui y sont. Je vais continuer de travailler pour pouvoir atteindre un jour l’équipe de France, tout simplement. 

Que pouvez-vous apprendre des défenseurs actuellement sélectionnés en Bleu ? Pensez-vous être en mesure de vous frayer un chemin vers l’équipe de France pour la prochaine Coupe du monde, cette année ?

Comme je l’ai dit, la régularité. Ils sont performants chaque match. C’est quelque chose que je travaille, que je peux améliorer encore, même si ça va de mieux en mieux. 

Oui, je pense qu’avec la qualité que j’ai, si je continue de travailler, pourquoi pas espérer avoir une place au Mondial… Mais franchement, je ne suis pas focalisé sur ça, je suis vraiment concentré sur le travail que je dois effectuer avec Monaco. Et ce qui devra arriver, arrivera, tout simplement. 

International espoir, Benoît Badiashile rêve d'équipe de France et de Mondial 2022
International espoir, Benoît Badiashile rêve d'équipe de France et de Mondial 2022 /

BT Sport est le diffuseur exclusif de la Ligue 1 Uber Eats au Royaume-Uni cette saison et propose chaque semaine de nombreux matchs. Regardez LOSC-Monaco sur ESPN dès 19h45 ce vendredi 6 mai. Pour plus d'informations, rendez-vous sur : btsport.com.

facebooktwitterreddit