Fan Voice

France - Venezuela (2-1) : Les 5 leçons du match qui donne le titre au Bleuets en finale du Tournoi Maurice Revello

Yannis Passerel
Mbuku a été essentiel en final
Mbuku a été essentiel en final / Naomi Baker/GettyImages
facebooktwitterreddit

Après s'être longtemps fait peur, les Bleuets ont réussi à renverser le match. Menée 1-0 dès la 8ème minute, la France a eu du mal à s'extirper du piège vénézuélien. En seconde période, grâce à un coaching gagnant de Bernard Diomède, les Français ont inversé la tendance pour remporter leur treizième titre !


1. Des Bleuets à deux visages

Nathanael Mbuku
Nathanael Mbuku avec Reims / Aurelien Meunier/GettyImages

Méconnaissables en première période, les Bleuets ne parvenaient pas à se dégager en repartant de derrière, la faute à un Venezuela pressant très haut. Asphyxiés, les Français se sont fait peur (6' et 20' minute) et ont eu du mal à se remettre la tête à l'endroit en concédant le premier but. C'était leur première fois dans le tournoi.

Mais en deuxième période, ce qui coinçait en première période s'est débloqué. Les trois entrants ont réussi à insuffler un nouvel élan à une équipe qui en avait besoin. Un seul tir en première période contre six en deuxième période, Mbuku et Sildillia en sont les grands artisans.

Ceci grâce aux espaces trouvés dans la défense compacte vénézuélienne, comme en atteste le but de Maghnes Aoukliche, parti en solo dans la défense et qui profite de l'appel de Mbuku.

2. Coaching gagnant de Diomède

Bernard Nicolas Thierry Diomede
Bernard Domiede / PressFocus/MB Media/GettyImages

Bernard Diomède n'a pas hésité à faire des choix forts dès la mi-temps. Peu trouvé en première période, Sékou Mara pourtant meilleur buteur du tournoi est remplacé par Nathanael Mbuku, un choix payant. Le joueur rémois marque le second but français, superbement servi par Kiliann Saldillia, lui aussi entré à la mi-temps !

Peu en réussite au milieu de terrain, Johann Lepenant est remplacé l'immense Amir Richardson (1m95). Un changement qui permet aux Bleuets de prendre le dessus sur le milieu de terrain adverse. Le Venezuela plus fort physiquement en première période est alors pris à son propre jeu.

3. Des Vénézuéliens très physiques

Jose Pekerman, Telasco Segovia
Telasco Segovia / Edilzon Gamez/GettyImages

Telasco Segovia, unique buteur du Venezuela du match a montré la meilleure partie du jeu vénézuélien. L'adversaire des Bleus s'est grandement fait remarqué par son jeu physique qui a un temps éteint le jeu français.

Le Venezuela a grandement été sanctionné par l'arbitre de la rencontre en prenant neuf cartons dont un rouge pour Emerson Ruiz, qui avait reçu un premier avertissement.

4. Un match usant mentalement

Ce match s'est joué au mental. Les Français l'ont compris à leurs dépends en première période. En seconde période, une fois ce paramètre pris en compte, les Bleuets ont su l'utiliser à bon escient en ne sortant pas de leur match et en poussant les Vénézuéliens à la faute. Ce second but le montre, la France a exploité la baisse de régime de son adversaire et a profité d'une défense absente pour faire le break. Ce but intervient deux minutes après l'exclusion d'Emerson Ruiz.

5. Le sauveur Mbuku

Nathanael Mbuku
Mbuku a grandement aidé les Bleus / Naomi Baker/GettyImages

Décisif sur l'égalisation d'Akliouche (1-1, 53e). C'est d'ailleurs sur une frappe de Mbuku que les Bleus ont pu se sortir du piège vénézuélien pour s'imposer dans un match compliqué.

facebooktwitterreddit