France - Espagne (2-0) : Les notes de la victoire des streamers français face au Eleven All Stars

alexismatteucci
Les streamers français ont été à la hauteur des attentes de leurs fans.
Les streamers français ont été à la hauteur des attentes de leurs fans. / MICHAEL BRADLEY/GettyImages
facebooktwitterreddit

Les streamers français et espagnols se sont affrontés ce samedi devant 20.000 personnes au stade Jean Bouin à guichets fermés et devant plus d'1 million de viewers sur la chaîne Twitch d'AmineMaTue.

Après l'épisode de la "pixel war" en avril dernier, le streamer français AmineMaTue avait lancé fin mai une invitation au streamer espagnol DjMaRiiO pour s'affronter sur un match. Devant 20.000 spectateurs et plus d'1 million de viewers, sous les commentaires d'Alexandre Ruiz, les Français ont dominé la rencontre et se sont imposés sur le score de 2-0 face à des Espagnols qui n'ont presque pas vu le jour.

1. Djilsi - 5/10

Le gardien au joli bonnet aura eu peu de travail à faire. Fébrile dans une sortie aérienne sur un corner (19e), il aurait pu mettre son équipe en danger sur une erreur de communication avec Arsene. À la 51e minute, il manque une passe dans la surface mais n'est pas puni.

Capable du meilleur comme du pire, le Toulousain a été impeccable dans sa sortie à la limite de sa surface (65e), sa relance ballon au pied façon Pascal Olmeta (89e), mais aussi sa course à la Tomas Koubek pour célébrer le premier but.

2. Yannou - 10/10

Carles Puyol était sur le terrain ce soir, mais il était français. Impérial dans ses interceptions, sa couverture et ses relances, Yannou s'est même permis de régaler le public en prenant le risque d'effacer deux attaquants espagnols dans l'axe puis en réalisant une intervention décisive dans sa surface (59e).

Sa provocation verbale a chauffé les esprits espagnols dès la 10e minute, Yannou s'est même permis d'effectuer quelques pompes pendant qu'il laissait sortir le ballon en six mètres.

3. Arsène - 7/10

Entré en jeu à la place d'un Carlito peu endurant (16e) avant de lui rendre sa place, souffrant de crampes (74e) on a peu vu AF5, les offensives espagnoles passant surtout à droite de la défense, couverte par Yannou.

À la 51e minute, le défenseur du Vinsky FC rattrape l'erreur de Djilsi en réalisant une intervention décisive et empêche les Espagnols de revenir à 1-1.

4. Tonton - 5/10

Tonton a été le joueur le moins en vue de la défense à trois de l'équipe de France, et il vaut mieux tant les Français auront dominé. Il est l'auteur de quelques petites erreurs de relances mais a su donner du rythme quand il le fallait, à l'image d'une superbe ouverture vers Boumé (36e)

5. Alonz - 8/10

La sentinelle des Français a réalisé 90 minutes plus que solides. Malgré quelques erreurs de relance, Alonz a presque toujours cherché des passes vers l'avant en étant juste.

Passeur décisif à l'aide d'un centre déposé sur Sacha (26'), Il a donné de sa personne, au point de finir au sol après une interception lui coupant le souffle (69').

6. Michou - 4/10

Auteur d'un déboulé aboutissant sur un à centre sur lequel il perd son pied dans le ballon sur son aile gauche en début de match, Michou aura été volontaire et a contribué au pressing français.

Remplacé à la 37e minute par Billy qui n'aura pas su mieux faire qu'une volée du tibia en tribunes, il revient à la 64e minute et effectue des interventions pertinentes, dont un centre réussi car contré vers Boumé (89e).

7. Inoxtag - 4/10

Après un Brawks solide et un Le Bouseuh bien moins en vue, Inox entré en jeu à la 54e minute est dans la même situation que Michou : peu à l'aise balle au pied mais volontaire.

Malgré ses mauvais contrôles, on peut retenir quelques mouvements intéressant avec Yass.

8. Sacha - GOAT/10

Avec une telle prestation, on regrette son absence pour la Coupe du monde. Entré à la 22e minute à la place de Bruce Grannec trop juste au début de la rencontre, Sacha aura su directement se mettre dans le ton : passes dans les intervalles, pressing intense, tout y était.

Ses efforts on étés récompensés par un but quatre minutes après son entrée en jeu. Il est venu couper au premier poteau, d'une tête décroisée, un superbe centre d'Arsène. Le pote de Djilsi a tout donné.

9. Boumé Sama - 9/10

Il manquait peut-être juste un but ce samedi soir à Boumé pour réaliser le match parfait. Ayant subi les coups des Espagnols dès le début du match, le joueur du CA Vitry (N3) a su bonifier presque tous ses ballons. Le youtubeur avait un Griezmann dans chaque orteil.

Sorti à la 57e minute puis de retour 13 minutes plus tard, il a fait tout le travail sur le but de Bruce Grannec. Constant dans son pressing, et moqueur envers des Espagnols trop bavards, il a trouvé le poteau sur son coup franc bien placé (89e).

10. Bruce Grannec - 7/10

Titulaire, il est vite remplacé après avoir enchaîné les erreurs (22e). Il est de retour à la 70e minute dans un trio formé avec Boumé et Amine et fait oublier la performance de Zack Nani ayant réussi l'exploit de courir au ralenti même à vitesse réelle quand il était lancé en profondeur.

Encore approximatif, l'ancien champion du monde de FIFA a la chance de se trouver au bon endroit au bon moment et après un bel enchaînement, sa frappe contrée trompe le portier espagnol.

11. Amine - Volontaire/10

Pour son match, Amine a tout donné. Physiquement présent d'entrée, le gardien détourne sa frappe sur le poteau sur une première occasion, avant que l'assistant ne lève son drapeau. Parfois trop engagé, son coup de pied sur un défenseur espagnol lui a valu un carton jaune (23e).

Après être sorti en fin de première période, il retrouve le terrain (70e) et calme ses troupes dans une atmosphère tendue. Sur le deuxième but, il est l'auteur d'une remise en talonnade pour Boumé qui peut servir Bruce Grannec. Amine a subi un gros contact seul face au but à la fin du match, valant un carton rouge à Telmo (88e) et lui valant aussi sans doute quelques séances chez l'ostéopathe.

90min dévoile son tout premier documentaire “Origins”. C’est l’histoire d’un petit garçon de Bron nommé Karim Benzema, avec le rêve de devenir footballeur professionnel. Celle d’un enfant qui, à force de travail et de détermination, a remporté le Ballon d’Or 2022. Retour sur les origines d’un phénomène.

facebooktwitterreddit