FC Barcelone - Rayo Vallecano (0-0) : Les 6 leçons à retenir de ce match nul du Barça

Julien  Sournies
Le FC Barcelone n'a pas réussi à tirer son épingle du jeu
Le FC Barcelone n'a pas réussi à tirer son épingle du jeu / James Williamson - AMA/GettyImages
facebooktwitterreddit

Au terme d'une rencontre pourtant maîtrisée de bout en bout, le FC Barcelone n'est pas parvenu à se défaire d'une équipe du Rayo Vallecano tenace, pour le compte de cette première journée de Liga (0-0).

1. Le Barça butte d'entrée

Raphinha, Unai Lopez
Raphinha s'est rendu disponible. / Soccrates Images/GettyImages

On en attendait clairement davantage de la part des Blaugranas. Auteur d'un mercato tout bonnement remarquable, avec des arrivées de renoms, le FC Barcelone se devait de soigner son entrée en matière face à une adversité pourtant largement abordable sur le papier.

Mais la réalité s'est voulue être autrement. Dominateurs mais peu inspirés offensivement, Ousmane Dembélé et sa bande concèdent un match nul frustrant mais logique contre une solide équipe du Rayo Vallecano.

2. Une connexion visible entre Dembélé et Raphinha

Ousmane Dembele
Ousmane Dembélé a bien combiné avec Raphinha. / Eric Alonso/GettyImages

Les intentions de Xavi étaient claires : jouer sur les ailes. Que ce soit Raphinha sur son flanc gauche ou Ousmane Dembélé à l'opposée, les deux hommes ont fortement été sollicités par leurs coéquipiers.

Mais ces derniers n'ont pas non plus hésité à se trouver. À de nombreuses reprises, le Français et le Brésilien ont réussi à combiner. Même s'ils n'ont pu apporter le danger escompté, cette première association se veut rassurante pour la suite.

3. Robert Lewandowski muselé par la charnière madrilène

Florian Lejeune, Robert Lewandowski
Robert Lewandowski n'a pas su tirer son épingle du jeu. / Soccrates Images/GettyImages

Les grands débuts de Robert Lewandowski étaient attendues comme le Messie. Orphelin d'un véritable finisseur à la pointe de l'attaque depuis le départ de Luis Suarez, le FC Barcelone comptait certainement sur le Polonais pour débloquer la situation, comme à son habitude lors de ses glorieuses années bavaroises.

Or, il en a été tout autre. À de multiples occasions, Ousmane Dembélé puis Raphinha ont tenté de solliciter l'ancien du Borussia Dortmund mais sans réel succès. Pourtant, l'international polonais a essayé de se rendre disponible mais c'était sans compter sur une charnière centrale Catena-Lejeune bien en place.

4. Une défense friable

Andreas Christensen
Andreas Christensen n'a pas passé une soirée tranquille. / Eric Alonso/GettyImages

Si l'attaque catalane ne s'est pas montrée sous son meilleur jour, la défense n'a pas brillé non plus. Même si les locaux n'ont concédé que deux petites frappes de la part du Rayo Vallecano, l'arrière-garde a toutefois montré de grands signes de fébrilités.

La charnière centrale Christensen - Garcia a eu parfois du mal à s'entendre et cela aurait pu coûter cher. Sur le flanc gauche, le vieillissant Jordi Alba a lui aussi montré quelque lacunes. En effet, il n'a pas été rare de voir le virevoltant Isi Palazon se débarrasser aisément de l'international ibérique. Seul Ronald Araujo a su tenir la baraque sur son côté droit, malgré quelques approximations par moment.

5. Stole Dimitrievski, une muraille infranchissable

Robert Lewandowski, Stole Dimitrievski, Alejandro Catena
Stole Dimitrievski a réalisé une belle performance. / Alex Caparros/GettyImages

Si les Madrilènes ont réussi à décrocher le point du match nul, ils le doivent sans aucun doute à leur dernier rempart. Le portier macédonien a livré une partition héroïque. Pourtant, en début de soirée, Stole Dimitrievski a montré quelques signes d'hésitations, mais n'a guère tardé à prendre confiance.

Tout au long de la rencontre, l'ancien de Grenade a littéralement écœuré les attaquants barcelonais. À de nombreuses reprises, le gardien de 28 ans s'est montré décisif pour permettre à son équipe d'y croire jusqu'au bout.

6. Sergio Busquets voit rouge

Sergi Busquets
Sergio Busquets a écopé d'un carton rouge. / Eric Alonso/GettyImages

La fin de match a viré au cauchemar pour le Barça. Frustrés de ne pas être parvenus à faire sauter le verrou de la défense madrilène malgré une domination de tous les instants, les Catalans ont montré de nombreux signes de frustration.

Et c'est bien le capitaine qui n'a pas montré l'exemple à ses partenaires. Au cours du temps additionnel (93e), l'impérissable Sergio Busquets a écopé d'un deuxième carton jaune synonyme de carton rouge, pour un coup de coude sur Radamel Falcao.

Écoutez Top 90, l’émission de 90min dans laquelle on débat foot sous forme de top listes ! Rankings, XI combinés, Frankenplayer, à chaque épisode nos avis pour établir à la fin la liste ultime. Dans ce cinquième épisode avec Davy DiamantQuentin Gesp et Alexis Amsellem et Jean Dubas, on va établir notre Top et Flop 3 des recrues du Barça des années 2010 ! Cliquez ici pour vous abonner au podcast

facebooktwitterreddit