Faces of Football

Faces of Football : Uruguay - une lettre à l'équipe nationale

Steeven Occhipinti
Faces of Football - Uruguay
Faces of Football - Uruguay /
facebooktwitterreddit

Chère "Celeste",

Je m'appelle Gonzalo, et depuis que je suis né, j'ai passé toute ma vie à vous soutenir. Comme je suis né à Montevideo au début des années 90, mon enfance a été un peu triste en ce qui concerne notre équipe nationale et sa participation aux Coupes du monde. Mais depuis que votre génération est apparue, tout a changé, et toute une génération vous prend comme source d'inspiration, car vous avez réussi à faire quelque chose qui semblait impossible il y a quelques années : amener l'Uruguay à la place qu'une équipe qui a été deux fois championne du monde mérite, et être capable de rivaliser avec n'importe quelle autre équipe.

Comme vous pouvez l'imaginer, le souvenir le plus récent que j'ai de notre équipe est celui de la dernière Coupe du monde en Russie. Réaliser que des gens de tous les autres pays connaissent la plupart de nos joueurs et les admirent est non seulement exceptionnel, mais c'est aussi quelque chose qui ne s'est jamais produit dans un passé proche. Cette année, nous arrivons à la Coupe du monde avec une combinaison très intéressante de joueurs jeunes et expérimentés. D'un côté, nous avons des joueurs très talentueux, qui ont moins de 25 ans mais qui ont un temps de jeu conséquent dans leurs clubs (Valverde, Bentancur, Araujo, Nuñez), et de l'autre côté, il y a des joueurs qui vont jouer leur quatrième Coupe du monde d'affilée (Suarez, Cavani, Muslera, Godin et Caceres), ce qui nous donne beaucoup d'espoir et de curiosité en même temps.

Nous savons tous à quel point cet événement est important pour tout le peuple uruguayen, alors tout le monde va arranger son emploi du temps personnel afin de voir l'Uruguay jouer la Coupe du monde (ce sera probablement un jour férié). Ceux qui le regardent d’un œil distant seront dans le même état d'esprit, attendant avec impatience les matchs et préparant un bon "asado" afin de maintenir les traditions qui perdurent à chaque fois que l'Uruguay joue.

Il est important de souligner que, contrairement à ce qui s'est passé lors de la dernière Coupe du monde, la phase de poules sera très difficile cette fois-ci. Nous devrons battre des équipes très fortes afin de nous qualifier pour la phase suivante. Et si nous y parvenons, nous pourrions jouer contre le Brésil lors du prochain tour, ce qui rendra les choses encore plus difficiles. Pour cette raison, l'important est d'y aller match par match, d'avoir confiance dans les capacités de nos joueurs et, surtout, d'être conscient que nous avons beaucoup de joueurs que beaucoup d'équipes aimeraient avoir. En ce sens, je suis sûr à 100% que nous ne sommes pas moins forts qu'une autre équipe.

Mais c'est sûr, comme c'est du football, il y a toujours au moins un peu d'espoir que "l'impossible" puisse se produire. Ce serait un rêve de vous voir devenir champions du monde, et je ne sais pas vraiment quelle pourrait être ma réaction face à un tel événement. La seule chose que je sais, c'est que j'ai fait quelques promesses si cela se produit (la plupart d'entre elles sont liées à l'esthétique), alors il est certain que mon apparence sera très différente.

Je ne vous souhaite pas de la chance, mais je vous souhaite du succès, car vous disposez de très bonnes ressources pour réussir cette Coupe du monde. Et le plus important : les joueurs et les supporters croient pleinement en vos capacités.

Pour terminer, rien de mieux que notre traditionnel : "Uruguay noma' !"

90min dévoile son tout premier documentaire “Origins”. C’est l’histoire d’un petit garçon de Bron nommé Karim Benzema, avec le rêve de devenir footballeur professionnel. Celle d’un enfant qui, à force de travail et de détermination, a remporté le Ballon d’Or 2022. Retour sur les origines d’un phénomène.

facebooktwitterreddit