Euro Féminin 2022

Euro 2022 : Le XI potentiel de l'équipe de l'Islande

Yannis Passerel
L'Islande de Glódís Perla Viggósdóttir se présente en outsider dans le groupe de la France
L'Islande de Glódís Perla Viggósdóttir se présente en outsider dans le groupe de la France /
facebooktwitterreddit

Troisième adversaire des Bleues à l'Euro le 18 juillet prochain, l'Islande fait figure d'outsider dans un groupe D où s'ajoutent l'Italie et la Belgique. Composée de joueuses très expérimentées et de jeunes pépites, la sélection nordique pourrait créer la surprise.

L'équipe féminine a participé quatre fois à l'Euro, avec pour meilleur résultat, un quart-de-finale en 1995 et 2013. Surprenant, mais vrai, elles ont participé à cette compétition avant la France (1995 pour l'Islande contre 1997 pour la France) !

Un fait intéressant à connaître, parmi les 23 sélectionnées lors du dernier rassemblement, six ont au moins un enfant. Par ailleurs, l'ancienne joueuse de l'OL, Sara Björk Gunnarsdóttir, a récemment présenté un documentaire intitulé "
Do both" (fais les deux) retraçant son parcours entre sport de haut niveau et maternité. Un exemple inspirant pour ses coéquipières ainsi que les jeunes Islandaises.

Il est temps de passer au XI qui devrait débuter l'Euro !

1. Sandra Sigurðardóttir

Sandra Sigurdardottir
Sandra Sigurðardóttir face aux Etats-Unis en SheBelieves Cup / Robin Alam/ISI Photos/GettyImages

Gardienne expérimentée de 35 ans, Sandra Sigurðardóttir participe peut-être à son dernier Euro et souhaite sortir par la grande porte. Elle comptabilise, à l'heure actuelle, 41 sélections en équipe nationale.

Elle commence sa carrière au Þór/KA/KS et évoluera par la suite au Stjarnan. En 2011, elle quitte son pays pour la Suède où elle rejoint Jitex. Une expérience qui ne se passera pas comme prévu, puisqu'elle ne fera que sept apparitions en un an. Depuis 2016, elle est la gardienne du Valur Reykjavik.

Cette saison, elle a été mise en concurrence avec la jeune gardienne du Bayern Münich, Cecilía Rán Rúnarsdóttir (2003) mais elle devrait tenir sa place dans les buts en raison de son expérience couplée au fait que Rúnarsdóttir revient de blessure.

2. Hallbera Guðný Gisladóttir

Hallbera Gisladottir, Stefanie Van Der Gragt
Hallbera Gisladóttir face aux Pays-Bas pour les qualifications à la Coupe du Monde 2023 / BSR Agency/GettyImages

Hallbera Gisladóttir est l'une des taulières de cette équipe du haut de ses 125 sélections ! Son parcours en club peut se résumer à un aller-retour entre deux pays : l'Islande et la Suède. L'irremplaçable latérale gauche a joué dans deux clubs en Islande et quatre en Suède.

Après avoir aidé l'AIK Solna à se maintenir la saison dernière, elle évolue désormais sous les couleurs de l'IFK Kalmar, promu en Damallsvenskan (D1 suédoise) cette saison. Elle aussi participe sûrement à son dernier Euro et aura à cœur de tout donner pour son pays.

3. Guðrún Arnardóttir

Guðrún Arnardóttir
Guðrún Arnardóttir face à la Nouvelle-Zélande en SheBelieves Cup / Ronald Martinez/GettyImages

La joueuse de Rosengard est en concurrence avec Ingibjörg Sigurðardóttir pour le poste de défenseure centrale gauche, aux côtés de Glódís Perla Viggósdóttir. Mais c'est bien Guðrún Arnardóttir qui a été titularisé ces derniers temps en équipe nationale. Elle compte 16 sélections en équipe nationale.

Après des débuts remarqués à 16 ans, elle effectue trois saisons à Djurgardens, en Suède, entre 2019 et 2021. Invaincue avec Rosengard en Damallsvenskan cette saison, Arnardóttir enchaîne les titularisations. Elle devrait arriver en confiance pour ce qui sera son premier Euro, à 26 ans.

4. Glódís Perla Viggósdóttir

Glodis Perla Viggosdottir
Glódís Perla Viggósdóttir contre l'Italie en amical / Gabriele Maltinti/GettyImages

Indéboulonnable à son poste, Glódís Perla Viggósdóttir fêtera sa centième sélection lors du match de préparation contre la Pologne. A seulement 26 ans, la défenseure du Bayern participera déjà à son troisième Euro !

Si ses coéquipières en charnière ont régulièrement changé ces derniers temps, elle s'impose comme la patronne de la défense islandaise et son parcours parle pour elle.

La joueuse formée au Stjarnan, en Islande, compte 28 matchs en Ligue des Champions. Elle réalise cette performance avec quatre clubs différents pour l'instant.

5. Sif Atladóttir

Sif Atladottir
Sif Atladóttir contre la France en match amical / Tim Clayton - Corbis/GettyImages

Sif Atladóttir a le football dans les gènes. Son père, Atli Eðvaldsson compte 70 sélections en équipe nationale et a notamment joué au Borussia Dortmund.

Son grand-père, Evald Mikson, lui aussi, ex-footballeur, compte sept sélections en équipe nationale... d'Estonie ! Il a dû quitter son pays pour rejoindre l'Islande durant la Seconde Guerre mondiale.

Atladóttir, qui a donné naissance à deux enfants durant sa carrière, souhaite s'offrir un dernier baroud d'honneur à 36 ans pour ce qui est sûrement sa dernière compétition internationale. Elle joue désormais au pays, à Selfoss.

6. Karólína Lea Vilhjálmsdóttir

Karolina Lea Vilhjalmsdottir, Yui Hasegawa
Karólína Lea Vilhjálmsdóttir face au Japon en match amical / Soccrates Images/GettyImages

Sa place au milieu de terrain n'est pas assurée puisqu'elle a remplacé la capitaine Sara Björk Gunnarsdóttir durant sa grossesse. Mais Karólína Lea Vilhjálmsdóttir a fait bien plus qu'assurer l'intérim.

A seulement 20 ans, la joueuse du Bayern Münich a réussi à s'imposer aux côtés des expérimentées Dagný Brynjarsdóttir et Gunnhildur Yrsa Jónsdóttir.

Bien que mise en concurrence en Allemagne, elle arrive à tirer son épingle du jeu et peut notamment compter sur Viggósdóttir qui lui apporte son expérience en club comme en sélection. Vilhjálmsdóttir évoluait à Breiðablik sous les ordres de son père avant de s'envoler pour Münich !

7. Dagný Brynjarsdóttir

Dagny Brynjarsdottir
Dagný Brynjarsdóttir face au Japon en amical / Soccrates Images/GettyImages

Si Dagný Brynjarsdóttir porte le numéro 10 en sélection, ce n'est pas pour rien. Elle donne le tempo au milieu de terrain et est à l'origine des actions. La milieu de terrain qui joue en Super League anglaise (première division) réalise son rêve de jeune fille en portant les couleurs de West Ham.

Joueuse épanouie en ayant son fils près des terrains, Brynjarsdóttir fêtera sa centième sélection contre la Pologne le 29 juin. Elle est la meilleure buteuse en activité avec 34 réalisations pour l'Islande. La numéro 10 est l'une des rares islandaises en activité à avoir joué aux États-Unis, avec Portland Thorns.

8. Gunnhildur Yrsa Jónsdóttir

Gunnhildur Jónsdóttir
Gunnhildur Yrsa Jónsdóttir contre la Nouvelle-Zélande en SheBelieves Cup / Omar Vega/GettyImages

Capitaine de l'Islande en l'absence de Gunnarsdóttir, Gunnhildur Yrsa Jónsdóttir a guidé son pays durant la campagne de qualification à la Coupe du Monde. C'est jusqu'à présent une réussite puisque l'Islande devance d'un point les Néerlandaises, vice-championnes du monde en titre.

Mais outre son leadership naturel et son poste de milieu défensive, Jónsdóttir en est à douze buts en sélection.

Défendant les couleurs d'Orlando Pride elle est l'une des seules joueuses à évoluer aux USA. Nul doute qu'elle saura transmettre toute son expérience à ses coéquipières.

9. Svava Rós Guðmundsdóttir

Svava Rós Guðmundsdóttir
Svava Rós Guðmundsdóttir contre la République Tchèque en SheBelieves Cup / Ronald Martinez/GettyImages

Svava Rós Guðmundsdóttir paraît la mieux placée si Agla María Albertsdóttir venait à renoncer à l'Euro, elle qui s'est blessée avec le BK Häcken il y a quelques jours. Guðmundsdóttir habituellement placée dans l'axe a été testé sur l'aile gauche en sélection avec des résultats très prometteurs.

L'attaquante de Brann a retrouvé le chemin des filets en Norvège et avec ça, sa confiance. La joueuse de 26 ans n'avait pas réussi à s'imposer à Bordeaux et n'avait joué que sept matchs sans parvenir à marquer. Alignée avec sa coéquipière de Brann, Þorvaldsdóttir, elle pourrait provoquer quelques bonnes occasions.

10. Berglind Björg Þorvaldsdóttir

Berglind Thorvaldsdottir
Berglind Björg Þorvaldsdóttir face au Japon en amical / Soccrates Images/GettyImages

Berglind Björg Þorvaldsdóttir a su se faire sa place en sélection et ce n'était pas chose facile. L'attaquante de Brann a dû succéder à la légende Margrét Lára Viðarsdóttir auteure de 79 buts avec l'équipe féminine islandaise.

Puis, elle a fait face à la concurrence d'Elín Metta Jensen. Et même si cette dernière est plus efficace avec les Vikings, Þorvaldsdóttir (30 ans) a pris le dessus dans la hiérarchie.

Ses expériences à l'étranger y sont peut-être pour quelque chose. Elle est passée par l'Hellas Vérone, le PSV, l'AC Milan, Le Havre, Hammarby et Brann. Dans le même temps, Jensen (27 ans) enchaîne les saisons au Valur Reykjavik depuis ses 15 ans.

11. Sveindís Jane Jónsdóttir

Sveindís Jane Jónsdóttir
Sveindís Jane Jónsdóttir contre la Nouvelle-Zélande en SheBelieves Cup / Ronald Martinez/GettyImages

La dynamite de cette équipe, celle qui va mettre le feu aux défenses adverses ! Sveindís Jane Jónsdóttir sort d'une excellente saison. En huit matchs de championnat avec Wolfsburg depuis son arrivée cet hiver, elle a marqué trois fois et donné trois passes décisives.

Mais cela n'étonne personne chez les spécialistes du football féminin. Elle a été désigné parmi les dix joueuses les plus prometteuses de la génération 2001. En six mois chez les louves, Jónsdóttir a remporté une Bundesliga, une Coupe d'Allemagne et participé à une demi-finale de Ligue des Champions !

Sans brûler les étapes, elle a su arriver au sommet. À 21 ans, elle en est à six buts en 16 sélections et sera la joueuse à suivre lors de cet Euro.

facebooktwitterreddit