Euro Féminin 2022

Euro 2022 : Corinne Diacre prête à faire un choix fort pour sa composition face aux Pays-Bas

Olivier Halloua
Corinne Diacre prête à faire un choix fort.
Corinne Diacre prête à faire un choix fort. / Eurasia Sport Images/GettyImages
facebooktwitterreddit

Pour le quart de finale de l'Euro 2022 de samedi soir, Corinne Diacre serait prête à faire un choix fort pour sa défense centrale. Entre Griedge Mbock et Aïssatou Tounkara, la sélectionneuse de l'équipe de France aurait tranché.

Corinne Diacre est à la croisée des chemins. Ses choix pour le quart de finale de l'Euro 2022 seront scrutés et observés. L'Equipe annonce que la sélectionneuse des Bleues est en pleine réflexion concernant sa défense centrale. Depuis le début de la compétition, Wendie Renard affiche des manques d'automatismes et de concentration.

Malgré une association brouillonne avec Aïssatou Tounkara, c'est cette charnière qui devrait être alignée samedi face aux Pays-Bas. Les remises en question et remarques des joueuses n'ont pas suffi.

Mbock en doublure seulement

Diacre voudrait poursuivre dans sa ligne de conduite comme lors de la phase de poules. Elle avait aligné Griedge Mbock, coéquipière de Renard à Lyon, seulement face à la Belgique (2-1). Pour ce choc face aux Oranje, aucun changement ne devrait venir bousculer la hiérarchie établie.

Même si la technicienne de l'Equipe de France voulait modifier quoi que ce soit, Mbock a perdu forcément de la confiance et a bénéficié d'un faible temps de jeu jusqu'ici. Pourtant, sa capitaine, Wendie Renard, a ouvert grand la porte à un retour de la titulaire espérée suite au nul face à l'Islande (1-1).

"Il y a des réajustements à faire, que ce soit individuellement ou collectivement. Ça vient avec les joueuses qui sont autour de toi, avec qui tu es associée. Ce sont des automatismes que je peux avoir en club (à l'OL). Malheureusement, ce ne sont pas les mêmes joueuses qui sont avec moi. Mais petit à petit, je connais les joueuses avec qui j'évolue", a-t-elle expliqué au micro de TF1.

La réponse sera donc samedi pour l'EDF, à ses risques et périls.

facebooktwitterreddit