Euro 2020

Espagne - Suède (0-0) : Les 5 leçons à retenir du triste nul entre Espagnols et Scandinaves

Baptiste Blanchard
Espagne - Suède, un match à oublier
Espagne - Suède, un match à oublier / Thanassis Stavrakis - Pool/Getty Images
facebooktwitterreddit

L'Espagne a cruellement manqué de réalisme en concédant le nul contre la Suède (0-0) pour ce deuxième match du groupe E de l'Euro. Les Espagnols ne prennent qu'un point et devront se frotter à une Pologne en quête de points après sa défaite contre la Slovaquie.


1. Morata, une entrée en matière ratée

Mikael Lustig, Alvaro Morata
Alvaro Morata a beaucoup gâché contre les Scandinaves. / Quality Sport Images/Getty Images

Si vous n'avez pas regardé ce match, vous n'avez pas raté grand chose.

L'Espagne a bien tenté d'emballer le match par l'intermédiaire de Dani Olmo qui a dévié de la tête sur un bon centre de Koke (16e), Koke a aussi tenté sa chance (23e) avant qu'Alvaro Morata manque l'immanquable sur un ballon piqué anodin d'Alba dans la surface suédoise.

Danielson ratait complètement son intervention. Morata en profitait et se présentait seul face à Olsen. Son tir pied droit n'était pas assez enroulé et le ballon terminait à quelques centimètres du poteau gauche (38e).

A la reprise, l'attaquant de la Juventus faisait encore preuve d'une grande maladresse. Le Turinois a repris un centre à ras de terre dans la course à l'entrée de la zone de vérité et le ballon filait à gauche de la cible (50e). Pas l'idéal pour commencer l'Euro.

2. Isak, la pépite suédoise

Alexander Isak, Aymeric Laporte
Alexander Isak a enrhumé Aymeric Laporte en première mi-temps. / MB Media/Getty Images

Les Scandinaves ont failli réaliser le hold-up sur une relance anodine. Isak a déboulé à droite de la surface, feinté la frappe devant Laporte puis son tir croisé a été dévié en taclant par Llorente aux six mètres et Unai Simon a été sauvé par son montant gauche ! (41e).

L'homme qui carbure avec la Real Sociedad a remis le feu dans la surface espagnole sur un contre.

L'attaquant parvenait à se sortir d'un pressing de trois Espagnols pour centrer sur Berg mais ce dernier gâchait le caviar de son jeune coéquipier (61e). Alexander Isak a du feu dans les jambes.

3. Le bloc très bas des Suédois

Kristoffer Olsson, Koke Resurreccion
Kristoffer Olsson au duel avec Koke. / Quality Sport Images/Getty Images

Dans l'enceinte de la Cartuja à Séville, on s'est demandé si les Scandinaves sont venus pour gagner ou subir tout le match. On a eu la réponse très vite.

Les coéquipiers de Forsberg - véritable fantôme ce lundi - n'ont fait que défendre tout le match face à des Espagnols qui ont fait tourner le ballon en attendant de trouver la faille dans le bloc bas et dense des Suédois. Un match calme et peu rythmé.

4. La muraille Olsen

Robin Olsen, Marcos Llorente
Robin Olsen a réussi trois arrêts décisifs contre la Roja. / Thanassis Stavrakis - Pool/Getty Images

Le gardien appartenant à Everton a été précieux sur sa ligne contre les Espagnols dans ce match.

Il s'est d'abord illustré d'un arrêt réflexe sur une tête de Dani Olmo (16e), a rassuré en sortant devant Koke (32e), puis sur un nouveau tir d'Olmo (45e).

Le portier scandinave a également dégagé des deux poings aux six mètres alors que Moreno rôdait pour reprendre (79e). En toute fin de match, Olsen a sauvé les siens en se couchant sur une tête de Moreno (90e).

Au total, cinq arrêts décisifs. Le sauveur des hommes en jaune ce lundi.

5. La possession espagnole

Marcus Berg, Koke, Ferran Torres, Marcos Llorente
Les Espagnols ont fait la passe à dix ce lundi. / Julio Munoz - Pool/Getty Images

Avec une possession de balle qui a tourné autour des 85% tout le match, les Ibériques ont largement gagné la bataille territoriale.

Rien de bien surprenant puisque la possession fait partie de l'ADN espagnol et Luis Enrique prône cette philosophie de jeu. En revanche, la Roja a cruellement manqué de latéralité pour casser les lignes des Suédois.

Les Ibériques n'ont pas su capitaliser sur leurs temps forts et manqué de précision dans les derniers mètres, surtout Morata. La Roja démarre mal son Euro !

facebooktwitterreddit