Ligue 1

Droits TV : La somme dépensée par la LFP en frais d'avocat

Dridi Amichi
Vincent Labrune, président de la LFP
Vincent Labrune, président de la LFP / FRANCK FIFE/GettyImages
facebooktwitterreddit

Le feuilleton des droits TV de la Ligue 1 se poursuit. En effet, la Ligue de Football Professionnel enchaîne les procès avec beIN Sports et Canal +. Alors qu'une dizaine de procédures sont actuellement en cours, une nouvelle procédure est attendue, selon les informations du journal l'Équipe.


En effet, le quotidien sportif l'Équipe indique que la Ligue a reçu une nouvelle information de l'Autorité de la concurrence concernant les droits télévisés de la Ligue 1 le 16 novembre dernier.

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les grands gagnants de cette bataille juridique entre les deux chaînes et la Ligue sont les avocats. En effet, toujours selon l'Équipe, la LFP a déjà dépensé deux millions d'euros en frais d'avocat la saison dernière et devrait à nouveau dépenser deux millions d'euros en frais d'avocat cette saison.

Maxime Saada estime que Canal+ est "la vraie victime de cette histoire"

Le président du groupe Canal+, Maxime Saada s'est exprimé sur la situation des droits TV de la Ligue 1 ce jeudi au Parlement. " Les Français ne sont pas prêts à payer autant pour l'ensemble des matchs du championnat de France. Mediapro en a été la démonstration." estime-t-il.

Il a ensuite critiqué la Ligue. "Nous discutons avec la Formule 1, avec la moto, avec le golf. Quand j'ai été me présenter devant la Ligue, devant Vincent Labrune, on m'a reproché de critiquer le championnat et remettre en cause sa gouvernance et son organisation. Pour améliorer la valeur de la Ligue 1, nous avons proposé de démarrer plus tard la saison, de supprimer des matches à 13h, éviter de mettre des grandes affiches à des dates peu compétitives, renforcer la production de documentaires, avoir accès aux archives. Nous avons proposé l'organisation d'un all-star game, de mettre des caméras dans les vestiaires, de mettre des micro sur les arbitres, on a fait de vraies propositions pour renforcer structurellement la valeur du championnat. Nous ne sommes pas associés aux chantiers de réformes du football français aujourd'hui, alors que nous sommes diffuseurs."

Avant d'ajouter : "Aujourd'hui, le choix de la LFP de se tourner vers Amazon est contre-intuitif. On limite l'exposition et ce manque de visibilité est inquiétant. Regardez le basket français qui a souffert de ce manque de visibilité, sa valeur a baissé. Nous avons surtout été discriminé par rapport à Amazon, qui paye jusqu'à 700 000€ par match alors que nous en sommes à plus de 3,5 M€. La vraie victime dans cette histoire, c'est bien Canal +. La LFP a subventionné l'arrivée d'Amazon sur le marché franco-français. "

facebooktwitterreddit