Paris Saint-Germain

Décès de Jean-Paul Belmondo : le PSG perd un membre du fameux "gang des chemises roses"

Baptiste Blanchard
Jean-Paul Belmondo s'est éteint ce lundi.
Jean-Paul Belmondo s'est éteint ce lundi. / Sylvain Lefevre/Getty Images
facebooktwitterreddit

Jean-Paul Belmondo a joué de nombreux rôles, dont un parfois moins connu, dans les premières années du PSG, il y a 45 ans.

Triste nouvelle pour la France ce lundi. Jean-Paul Belmondo s'est éteint ce lundi à son domicile à Paris à l'âge de 88 ans, a annoncé son avocat à l'AFP. "Il était très fatigué depuis quelque temps. Il s'est éteint tranquillement", a précisé son avocat, Me Michel Godest

Légende du cinéma français et figure connue dans le monde entier, "Bébel", qui a joué dans des films à succès tels que À bout de souffle (1960), Un singe en hiver (1962), L'Homme de Rio (1964), Le Magnifique (1973) ou Le Professionnel (1981), était un grand passionné de sport.

Belmondo parmi les refondateurs du PSG

Parmi ces sports, le football ! Ainsi, en 1973, quand Daniel Hechter prend le contrôle du comité de gestion du Paris Saint-Germain, il est entouré d’amis du monde du show-business qui vont l’aider à monter un club professionnel capable de rivaliser avec les autres équipes du plus haut niveau français. Francis Borelli, Charles Talar, Bernard Brochand font partie de ceux-là, tout comme Jean-Paul Belmondo qui y va également de sa contribution.

90min a pu interviewer Daniel Hechter. Ce dernier a évoqué les liens forts entre l'icône du cinéma français et le PSG. "La cheville ouvrière de tout ça était un garçon qui s'appelait Jacky Bloch qui était directeur des sports chez moi. C'est lui qui a amené les Borelli, Belmondo et compagnie, et Guy Bosson", commence Hechter.

Le gang des chemises roses

"Donc il les a amenés, et quand j'ai vu Jean-Paul pour la première fois, on s'est tutoyés tout de suite et puis il m'a dit 'bon, qu'est-ce que tu veux faire etc'. Je lui ai dit qu'on va essayer de partir avec un club en seconde division et monter ce club et d'en faire un vrai club populaire. Le gang des chemises roses est parti de là", conclu celui qui a présidé le PSG de 1974 à 1978.

Sacré "Bébel", repose en paix. Les fans du PSG ne t'oublieront jamais.

facebooktwitterreddit