Manchester United : David de Gea, le grand espoir devenu un flop

David De Gea est désormais loin de faire l'unanimité pour le monde du football
David De Gea est désormais loin de faire l'unanimité pour le monde du football | Matthew Ashton - AMA/Getty Images

Présenté comme le futur Casillas, le portier de Manchester United pâtit aujourd'hui des nombreuses irrégularités qu'il a connu ces dernières saisons. Zoom sur la chute d'un gardien, jadis perçu comme une future légende.

David De Gea a commis, vendredi face à Tottenham, sa septième erreur menant à un but cette saison. Il fait par conséquent partie des gardiens qui coûtent le plus de buts à leur équipe en Premier League. Son inconstance et sa baisse de niveau ont attisé la colère de deux anciennes légendes de Manchester United : Roy Keane et Gary Neville. Ces derniers ne sont pas tendres avec le gardien espagnol.

Roy Keane
Roy Keane, légende de Manchester United, a fustigé le niveau de De Gea | Chris Brunskill/Fantasista/Getty Images

"Je suis malade à mort de ce gardien de but [...] Je suis sidéré. C'est le gardien de but le plus surcôté que j'ai vu depuis très, très longtemps".

Roy Keane

"David De Gea n'est plus un gardien fiable".

Gary Neville

Le gardien le plus cher du Royaume

Arrivé outre-Manche en 2011, en provenance de l'Atlético de Madrid pour 18 millions d'euros, David De Gea endosse le costume du gardien le plus cher du Royaume-Uni. Beaucoup d'attentes sont projetées sur lui, une pression exacerbée par le statut de successeur d'Edwin Van der Sar, véritable légende du club. Ses deux premières saisons à Manchester sont mitigées.

La saison 2013-2014 a été un bon cru pour le gardien espagnol
La saison 2013-2014 a été un bon cru pour le gardien espagnol | Julian Finney/Getty Images

Il faut attendre la saison 2013-2014 pour que le natif de Madrid prenne son envol et s'impose avec les Red Devils. En Angleterre, David de Gea fait alors parler son style. Très fort sur sa ligne, le portier espagnol démontre des capacités de réflexes extraordinaires. Certaines de ses parades restent gravées dans les mémoires, à l'image de celles effectuées contre Everton en 2014.

Des rumeurs de transfert perturbantes

Lors du mercato estival 2015, les bonnes prestations de David de Gea lui valent le prestige d'être courtisé par le Real Madrid. Le joueur souhaite rejoindre les Merengue. Le transfert est tout proche d'être bouclé, mais le club madrilène se rétracte au dernier moment et annihile tout espoir d'être le nouveau portier de la Casa Blanca pour De Gea.

Suite à cette affaire fumeuse, le gardien espagnol est fortement perturbé. Le mental n'y est plus, il est passé à côté d'une énorme possibilité pour sa carrière. Cela se ressent dans ses performances avec Manchester United. De Gea affiche une concentration douteuse, commet de plus en plus d'erreurs et sa légitimité commence à faire débat.

David de Gea est coupable d'une faute de mains face au Portugal lors de la Coupe du monde 2018
David de Gea est coupable d'une faute de mains face au Portugal lors de la Coupe du monde 2018 | Dean Mouhtaropoulos/Getty Images

La Coupe du monde 2018 en Russie a d'ailleurs été une catastrophe pour le portier de La Roja et l'a affectée mentalement. Sa faute de mains lors du premier match contre le Portugal ne l'a guère aidée. Par la suite, il n'a établi qu'un seul arrêt lors du parcours de sa sélection, s'inclinant sur 91,7% des tentatives adverses.

Le temps du départ est venu

Neuf ans que David de Gea garde les buts de Manchester United, une période qui ne lui a pas suffi pour s'imposer définitivement, à tel point qu'on peut désormais parler de flop pour désigner le gardien espagnol. Les ombres de son transfert avorté au Real Madrid en 2015 et celle du performant et prometteur Dean Henderson planent sur lui.

À 29 ans, il doit rebondir dans un nouveau club s'il souhaite s'affirmer comme un grand gardien de sa génération. Mais son contrat avec les Red Devils court jusqu'en 2023, il semble difficile d'imaginer un départ cet été, d'autant plus qu'il est le gardien le mieux payé au monde.