Olympique de Marseille

Chauvigny - OM (0-3) : Les 3 leçons de la qualification aisée des Phocéens pour les 8èmes

Olivier Halloua
L'OM a fait le boulot.
L'OM a fait le boulot. / PASCAL LACHENAUD/GettyImages
facebooktwitterreddit

L'Olympique de Marseille a fait le travail contre Chauvigny (0-3). Les Phocéens ont réalisé une première période appliquée. Deux réalisations à la clé : Arek Milik d'un splendide retourné puis Cengiz Ünder sur une belle action. En seconde, encore beaucoup d'actions rigoureuses mais moins de réalisme. Amine Harit a conclu l'opération d'un dernier but sur un deuxième service de Gerson.

L'OM se contente de mettre la pression sur des amateurs en difficulté à la relance. Une qualification sans forcée pour les huitièmes de finale de Coupe de France. Nous retenons trois aspects tactiques d'ampleur de cette belle victoire.


1. Prise au sérieux totale

Duje Caleta-Car
L'OM n'a pas perdu de temps. / PASCAL LACHENAUD/GettyImages

La seule peur des supporters était évidemment que l'OM ne prenne pas cette équipe au sérieux. Dès le début, cette formation amateure a tenté de mettre l'OM sous pression. Après avoir géré les petits assauts adverses, le système marseillais s'est mis en route.

Pressing haut, relance appuyée et même rigueur dans le contre-effort. Derrière, les couloirs ont attaqué les arrières de Chauvigny. Une prise au sérieux de l'adversaire comme en Ligue 1. Cet état d'esprit a permis aux Phocéens de ne pas tomber dans le piège. Comme au tour précédent, aucune envie de sortir de cette manière.

2. Henrique et Peres, aile prometteuse

Luan Peres au duel.
Luan Peres a parfaitement combiné avec Luis Henrique. / PASCAL LACHENAUD/GettyImages

En l'absence de Konrad de La Fuente, Luis Henrique a encore débuté sur l'aile gauche. L'attaquant brésilien a été en vue encore. Les nombreuses combinaisons avec Luan Peres ont été décisives pour l'OM. Ces prises de décisions ont même amené le but de Milik.

Du repli, de la vitesse et même de la percussion. Tout était parfait surtout dans l'envie. On en attendait pas moins d'un ailier aussi technique. Désormais, il faudra le reproduire en championnat. On a senti que les promesses étaient là, bien plus qu'avec Konrad.

3. Milik plus intégré

Arek Milik
Arek Milik a encore marqué en Coupe de France. / CLEMENT MAHOUDEAU/GettyImages

Dans le système marseillais, nous sentions Arek Milik écarté des mouvements. Ce soir, l'international Polonais a participé que ce soit à la construction ou à la finition. Un superbe but l'a récompensé de sa belle prestation collective. Il est plus alimenté par les couloirs dans la profondeur ou en dézonage total. Intéressant, bien sûr...

Milik a pu trouvé des espaces dans les trous de la défense de Chauvigny. La tactique est beaucoup plus tournée autour de ses services. Il n'a manqué que quelques centimètres pour le voir marquer de nouveau. On attend la même dynamique contre Bordeaux vendredi. Une autre adversité forcément.

facebooktwitterreddit