Fan Voice

Ballon d'Or 2013 : L'année où Franck Ribéry a été volé au profit d'un concours de popularité farfelu

Julien  Sournies
Franck Ribéry à l'occasion du Ballon d'Or 2013.
Franck Ribéry à l'occasion du Ballon d'Or 2013. / Anadolu Agency/GettyImages
facebooktwitterreddit

Depuis plusieurs années, la récompense individuelle ultime pour un joueur de football, le Ballon d'Or, a connu son lot de controverses. Alors que l'attaquant tricolore Karim Benzema est fortement pressenti pour l'obtenir cette année, l'un de ses compatriotes Franck Ribéry, ne l'avait pas reçu lors de l'édition 2013. Et ceux pour la plus grande surprise de la planète football.

D'autres exemples de Ballon d'Or volés peuvent venir en tête. En 1996, l'Allemand Matthias Sammer s'est vu décerner le Ballon d'Or. Mais aujourd'hui encore, l'incompréhension règne sur la façon dont il a été choisi à la place de Ronaldo Nazário. De même pour Michael Owen au lieu de Raúl en 2001, qui est sûrement une incompréhension d'autant plus flagrante.

Mais c'est bel et bien en 2013 que l'attention portée au Ballon d'Or a vraiment pris une nouvelle dimension. À partir de ce jour, les performances d'un joueur semblaient être secondaires par rapport à sa popularité sur les réseaux sociaux. Cette année-là, a été le dernier clou du cercueil. Le Ballon d'Or, autrefois très convoité, est devenu le concours de popularité que nous connaissons aujourd'hui.

Toutefois, force est de constater que Lionel Messi, dauphin au final, et Cristiano Ronaldo, futur vainqueur, ont réalisé une année incroyable. Le magicien argentin du FC Barcelone avait inscrit 42 buts sur l'année. Tandis que le Lusitanien, avec ses 66 buts, était loin devant la concurrence. Il avait par ailleurs terminé meilleur buteur sur l'année civile.

Une année extraordinaire pour Ribéry

L'autre finaliste du Ballon d'Or, Franck Ribéry, avait trouvé le chemin des filets à 22 reprises en 2013. L'ancien olympien avait également effectué 18 passes décisives et ne devançait que de peu les 15 offrandes de Ronaldo et Messi. Mais la star du Bayern Munich méritait vraisemblablement plus que tout autre joueur désigné pour remporter le prix en 2013.

D'un point de vu collectif, Messi et Ronaldo ont remporté moins de trophées que le Français. Les deux stars de la Liga de l'époque n'avaient qu'une seule distinction majeure à eux deux. Seul La Pulga avait remporté le championnat avec le Barça. Alors que le Bayern de Munich avait réalisé un triplé sans précédent.

Le natif de Boulogne-sur-Mer était clairement la star de son équipe. Il a été impliqué dans 34 buts au cours de la campagne du triplé du Bayern Munich et a véritablement été le meilleur joueur de l'équipe. Il a tout de même réussi une performance que même les légendes Franz Beckenbauer et Gerd Müller n'avaient pas réussi à faire quelque 40 ans plus tôt.

Franck Ribery
Franck Ribéry a gagné la Ligue des champions en 2013. / Ian MacNicol/GettyImages

Un prix biaisé basé uniquement sur le nombre de buts

Le football peut souvent être simplifié à l'extrême si l'on prête uniquement attention aux chiffres. Et malheureusement, les statistiques les plus basiques ne reflètent pas toujours la saison du joueur concerné. Par exemple, Ronaldo a marqué 66 buts en 2013, c'est vrai. Mais il y est également parvenu après avoir eu plus de tentatives que les deux autres finalistes réunis.

Messi et Ribéry ont effectué un total de 238 tirs au cours de l'année. Alors que Ronaldo en a réalisé 296 à lui seul. La superstar portugaise était également moins bien lotie en termes de précision, de conversion, de passes, de passes réussies, d'interceptions, de fautes commises, de cartons jaunes, de cartons rouges... et on en passe.

Mais tout cela n'a apparemment pas eu d'importance et Ronaldo a gagné. Prouvant une fois pour toutes que toutes les autres qualités d'un joueur ne compte pas le moins du monde.

Ribéry pas soutenu par son propre pays

Ribéry a sans aucun doute été le meilleur joueur de la planète en 2013. Il avait d'ailleurs reçu la "version" UEFA du Ballon d'Or cette année-là. Mais le Français n'avait pas de pays derrière lui, pas même le sien.

Les plagistes qui trempaient leurs pieds dans la mer en Algarve voulaient-ils que Ribéry ou Messi gagne ? Non. Les grimpeurs de la montagne Aconcagua soutenaient-ils le Français du Bayern Munich ou Ronaldo ? Bien sûr que non. Mais les rues de Paris étaient-elles remplies de fans de Messi et de Ronaldo ? Vous pouvez en être sûr. Ribéry n'a jamais eu la moindre chance.

La FIFA a voulu se racheter en 2018

Le Ballon d'Or de Luka Modrić en 2018 ressemblait vraisemblablement à une tentative pathétique de rattraper l'injustice de 2013 et celle de Wesley Sneijder en 2010. Preuve à l'appui que les critères changent constamment au fil des années.

Mais une chose est sûre, c'est que le prix autrefois prestigieux et respecté qui récompensait le meilleur joueur de notre beau jeu n'est plus qu'un concours de popularité. Ribéry n'a pas été le premier joueur à être privé du Ballon d'Or et il est fort probable qu'il y en aura d'autres à l'avenir. Mais on se souviendra toujours du Ballon d'Or 2013 comme de l'année où le plus majestueux des prix individuels a vraiment perdu son éclat.

facebooktwitterreddit