Arsenal s'adjuge la FA Cup en venant à bout de Chelsea ! (2-1)

Pierre-Emerick Aubameyang
Marc Atkins/Getty Images

Arsenal sauve sa saison

En venant à bout de Chelsea (2-1), Arsenal a sauvé sa saison dans tous les sens du terme. A côté de la plaque en championnat (8e), les Gunners remportent un titre qui doit donner du baume au coeur à tous leurs supporteurs, peu gâtés cette saison. Vainqueurs de la FA Cup pour la quatorzième fois de leur histoire, ils terminent sur une bonne note. L'ère Arteta commence bien. Mais au-delà du titre, c'est la qualification en Europa League qui est à retenir. Pour la première fois depuis plusieurs décennies, Arsenal n'était pas assuré de disputer les joutes européennes. C'est désormais chose faite.

Chelsea en mode départ canon...

Christian Pulisic
Pool/Getty Images

Pourtant, d'entrée les Blues ont pris les Gunners à la gorge en ouvrant le score par l'intermédiaire de Pulisic. Après un bon appel de Mount, le jeune Anglais trouve Giroud dans la surface qui d'une subtile déviation transmet à Pulisic (1-0, 4').

Très bien rentrés dans leurs matchs, les coéquipiers de Kurt Zouma auraient pu corser l'addition à nouveau avec l'Américain, mais Martinez est à la parade (9'). A la peine, les hommes d'Arteta subissent et voient Kovacic- Jorginho dominer les débats au milieu, pendant que les feux follets Mount et Pulisic posent les pires difficultés à la défense.

... Jusqu'à la révolte des canonniers

Jorginho, Dani Ceballos
Marc Atkins/Getty Images

Mais les partenaires de David Luiz ont du tempérament et ne vont pas laisser le match filer. C'est Nicolas Pépé, le premier qui va sonner la révolte. Décevant pour sa première saison dans le Nord de Londres, l'Ivoirien est en jambes sur la fin de saison. Et c'est après un bon mouvement de ses coéquipiers qu'il va trouver la lucarne de Caballero après une frappe en dehors de la surface. Joie de courte durée puisque Maitland-Niles était hors-jeu un peu plus tôt dans l'action (25').

Mais ce faux espoir aura eu le mérite de réveiller les siens. Une minute plus tard, Azpilicueta est pris de vitesse par Aubameyang et est contraint de faire faute dans la surface. Le Gabonais transforme le penalty en prenant à contre pied Caballero (1-1, 28').

En difficulté, Arsenal a su retourner la situation grâce a deux minutes de folies. Et les Gunners vont complètement dominer la fin de la première période, combinée à la montée en puissance de la doublette Xhaka-Ceballos au milieu.

Une deuxième sur un faux rythme avant la foudre

Arsenal v Chelsea - FA Cup Final
Pool/Getty Images

Repartis sur un faux rythme, les 22 acteurs peinent à retrouver le niveau de jeu de la première période. Chelsea a le ballon mais manque d'idée. Arsenal n'est guère mieux mais gère tranquillement les quelques offensives des hommes de Lampard.

Et à l'image du match en demi-finale contre City, Arsenal ne panique pas pour sortir du pressing adverse, en n'hésitant pas à prendre des risques à la relance. Et a la suite d'une de ces belles sorties de balles, Bellerin voit le jeu s'ouvrir devant lui et transperce le milieu adverse sur une formidable accélération. Avec de la réussite, Pépé récupère le ballon et trouve Aubameyang à l'entrée de la surface. Fixation sur Rudiger, petit piqué, la messe est dite (2-1, 67').

Les joueurs : Batman et Robin (Aubameyang et Pépé)

Pierre-Emerick Aubameyang
Marc Atkins/Getty Images

Appelez-le comme vous voulez. Super-Aubam, Batmeyang, et j'en passe et des meilleurs. L'ancien artificier des Verts réalise tout simplement une saison stratosphérique. Déjà double buteur en demi contre City, il a remis le couvert pour cette finale et offrir le titre à ses partenaires.

Leader offensif, il n'a pas tremblé pour inscrire son penalty. Et que dire du deuxième ? Il a superbement feinté Rudiger qui attendait la frappe enroulée du droit. Au final Aubam' opte pour un crochet du droit, suivit d'un petit piqué pour éviter la sortie de Caballero. Un délice.

Mais que serait un super-héros sans son fidèle acolyte ? Même si toute l'équipe d'Arsenal a fait son match, Nicolas Pépé a été particulièrement en vue. Quasi-buteur sur une magnifique frappe refusé pour un hors-jeu, il sert parfaitement le Gabonais sur le second but. Très en jambe, il a causé les pires soucis à la défense des Blues.

Les faits de match : les blessures des Blues et l'expulsion de Kovavic

Cesar Azpilicueta
Pool/Getty Images

Au fur et à mesure du match, Chelsea est apparu émoussé. Du moins plus que leurs adversaires du jour. La répétition des matchs depuis le restart et le peu de rotation effectué par Lampard, contrairement à son homologue, auront sûrement pesé dans la balance.

Après avoir été pris de vitesse par Aubameyang sur l'action du penalty, Azpilicueta se blesse quelques minutes plus tard sur un claquage (32'). Tout le reste du match, son absence s'est fait sentir avec une certaine fébrilité au sein de l'arrière-garde (Zouma - Rudiger - Christensen).

Pulisic s'est également blessé à l'entame de la seconde période après... un claquage. Dommage, car c'était sûrement le joueur le plus en vue offensivement.

Et puisqu'un malheur n'arrive jamais seul, Kovacic s'est fait expulser (73') après un second carton jaune très sévère.

Dans le temps additionnel, l'écurie de Roman Abramovtich va même finir à neuf après le blessure de Pedro. Autant de faits de matchs qui ont pénalisé les Blues.