André-Pierre Gignac, l'astre au pays des Aztèques

Kristen Collie
Dec 23, 2020, 3:54 PM GMT+1
Après le Mexique, André-Pierre Gignac a conquis l'Amérique du Nord.
Après le Mexique, André-Pierre Gignac a conquis l'Amérique du Nord. | Azael Rodriguez/Getty Images
facebooktwitterreddit

Principal artisan du sacre des Tigres en Ligue des Champions Concacaf, dans la nuit de mardi à ce mercredi, contre les pensionnaires de MLS du Los Angeles FC (2-1), MVP et meilleur buteur de la compétition, André-Pierre Gignac est une star qui ne cesse de scintiller outre-Atlantique. D'étoile filante en Ligue 1 à légende du football mexicain, retour sur une ascension singulière vers les sommets.

​Une seconde, un tir, un souffle, une image, et le bruit assourdissant d'un poteau qui ne cessera jamais de trembler dans le cœur des Français et de hanter l'esprit d'André Pierre Gignac. Ce 10 juillet 2016, l'attaquant exilé au Mexique aurait pu être le héros portant les Bleus vers le toit de l'Europe.

Finalement, le destin a mené le joueur révélé au FC Lorient et à Toulouse vers un autre sommet continental. Car plus de quatre ans plus tard, c'est bien lui le prophète guidant son équipe vers son premier sacre en Concacaf Champions League, l'équivalent nord-américain de la reine des compétitions européennes.

Héros d'un soir

"C'était un match serré mais aujourd'hui, c'était notre tour. Enfin, nous avons gagné cette put... de coupe, les gars ! "

André-Pierre Gignac

Auteur du but décisif face à Los Angeles FC à la 84ème minute, son sixième dans la compétition, d'un plat du pied dont il a le secret, APG a potentiellement atteint l'apogée de sa carrière.

"Après avoir échoué trois fois de suite (2016, 2017, 2019), je pense que c'est mérité pour le club. Aujourd'hui, un titre international est enfin remporté. J'ai toujours voulu le gagner même si certains disent que cela n'en vaut pas la peine, s'exclamait-il après le match. Cela vaut la peine d'aller à une Coupe du monde des clubs, cela vaut la peine de jouer contre les meilleures équipes de chaque continent et aujourd'hui, c'est au tour des Tigres."

Idole des Tigres

Héros d'un soir, ce but décisif est loin d'être un épiphénomène. Arrivé chez les Tigres dans la région mexicaine de Nuevo Léon en 2015, au sortir d'une saison à 21 buts en Ligue 1 avec l'OM, Gignac a rapidement fait taire ses détracteurs pour finalement être adulé de tous, comme nous le souligne justement Miguel Delucio, notre confrère mexicain de 90min Latin America :

"Gignac est une idole pour les supporters des Tigres. Il a pratiquement tout gagné, dont quatre titres de champion, et une Ligue des champions de la Concacaf. Il est le meilleur buteur de tous les temps du club (143 buts en 243 matchs, NDLR), il parle parfaitement l'espagnol et il a un lien très spécial avec les supporters.

Bien plus qu'un simple artisan, l'international français (36 sélections) est le maître d'œuvre des récents succès du club de Nuevo Léon. "Avant Gignac, les Tigres n'avaient remporté que trois championnats au cours de leur histoire. Depuis, ils en ont désormais sept avec les titres acquis en 2015, 2016, 2017 et 2019, précise Josef Haras, notre autre confrère mexicain de 90min.

Légende du football mexicain

Sept titres de champion national, dont quatre portant le sceau d'APG, et désormais une Ligue des Champions Concacaf. "Ce titre continental est une véritable consécration pour cette modeste équipe, qui s'est développée au cours de la dernière décennie, met en exergue Josef Haras. C'est un objectif que tous les joueurs avaient à l'esprit."

Chasse gardée des clubs mexicains depuis 2005, il était temps que les Tigres ajoutent leur nom au palmarès de cette compétition. Un premier titre international, qui peut définitivement octroyer le statut de légende vivante au MVP et meilleur buteur de cette édition.

"C'est le meilleur joueur de l'Histoire des Tigres, et dans le Top 5 des meilleurs du championnat avec les autres légendes Cabinho, José Saturnino Cardozo, Carlos Reinoso et Humberto Suazo. "

Miguel Delucio, 90min Latin America

Légitimement comparé aux meilleurs joueurs de l'Histoire de la Liga MX (nom actuel de la première division du pays, NDLR), l'attaquant de 35 ans est aujourd'hui la plus grande star du championnat mexicain et son porte-étendard en Europe, où l'écho de ses performances traversent l'Atlantique.

Un sacré destin, pour un joueur qualifié de mercenaire et dont on présageait un rapide déclin...

facebooktwitterreddit