Euro Féminin 2022

Allemagne - Autriche (2-0) : Les 6 leçons de la qualification en demies de l'Euro 2022 de la Mannschaft

Olivier Halloua
L'Allemagne assure sa place en demies.
L'Allemagne assure sa place en demies. / Maja Hitij/GettyImages
facebooktwitterreddit

L'Allemagne a disposé de l'Autriche au terme d'un match plaisant (2-0). Assez rapidement en première période, l'inévitable Lina Magull a ouvert la marque un beau mouvement offensif. Malgré trois poteaux et deux face-à-face, les Autrichiennes n'ont jamais réussi à revenir au score. La Mannschaft et sa défense de fer ont géré la fin de rencontre pour rallier les demi-finales de cet Euro 2022.

Alexandra Popp a même cloué le suspense dans les dernières minutes en contrant un dégagement adverse. Les Allemandes poursuivent leur festival sans encaisser de but ce soir et filent en demi-finale. La France les rencontra en cas de victoire face aux Pays-Bas samedi soir.

Les leçons de la rencontre

1. Magull, encore héroïne des Allemandes

Lina Magull, Svenja Huth
Lina Magull a ouvert le score. / Mike Hewitt/GettyImages

Lina Magull a été encore l'héroïne de ce sommet de l'Euro féminin. L'internationale allemande ne lâche jamais et est récompensée de son énorme volume de jeu. Sur un caviar de son ailière, la star de la Mannschaft a parfaitement conclu du plat du pied.

Elle a signé son deuxième but de l'Euro et a permis à son pays de faire un premier écart au score. Décidément, la joueuse de poche germanique est insaisissable dans cette compétition.

Un mot aussi sur Alexandra Popp, précieuse et exemplaire en attaque. Elle a libéré des espaces monstres pour Magull et ses coéquipières. La buteuse du Bayern Munich a même signé son quatrième en quatre matchs en fin de rencontre.

2. L'Autriche pas récompensée...

Merle Frohms
L'Autriche a touché trois fois le montant. / Mike Hewitt/GettyImages

Que c'est dur de voir l'Autriche sortir de cette manière. Après une première demi-heure timide, les Autrichiennes ont haussé le tempo en bousculant le cador germanique. Sur des transitions rapides ou des coups de pied arrêtés, on a vu les cages allemandes trembler.

Par trois fois, Merle Frohms a été sauvée par ses montants sur des tentatives où elle était battue. La gardienne a dû aussi s'employer deux fois en face-à-face à bout portant. Ce clean-sheet est inespéré.

Bon après, l'Allemagne a elle touché deux fois la barre, preuve de la velléité offensive des deux nations.

3. Oberdorf l'atout technique essentiel

Lena Oberdorf
Lena Oberdorf est essentielle. / Marc Atkins/GettyImages

Lena Oberdorf est décidément essentielle à cette nation à seulement 20 ans. La star de Wolfsburg a permis de créer une incertitude permanente sur la relance autrichienne. La gardienne et ses défenseures ne voulaient pas balancer devant du côté de l'Autriche.

Alors, le pressing haut de l'Allemagne avait intérêt d'être efficace. Oberdorf a compensé les montées permanentes des latérales comme de ses milieux. Une sentinelle qui est présente au duel pour couper les transitions rapides et les tentatives de combinaisons.

Sans elle, la construction des actions de son équipe n'aurait pas autant d'impact et celle de l'adversaire serait encore plus impactante.

4. Julia Hickelsberger dangereuse mais sortie...

Julia Hickelsberger-Fuller
Julia Hickelsberger a été vite sortie. / Mike Hewitt/GettyImages

Dans les deux couloirs, on a eu des show offensifs intéressants pour l'Autriche. Barbara Dunst a touché le poteau et a été très volontaire dans son impact physique. A l'opposé, c'était encore plus impressionnant.

Julia Hickelsberger a fait passer une dure soirée à une Felicitas Rauch sans cesse obligée de surveiller dans son dos. L'international autrichienne a sollicité à deux reprises la gardienne germanique sans trouver le chemin des filets malheureusement. Elle méritait mieux elle-aussi.

5. Une relance trop risquée pour l'Autriche

Svenja Huth, Barbara Dunst, Verena Hanshaw, Giulia Gwinn
L'Autriche a joué trop compliqué. / Maja Hitij/GettyImages

Elles se sont mises en difficulté toutes seules, les Autrichiennes. Si la nation autrichienne aurait mérité de marquer, elle aurait tout autant pu encaisser deux à trois buts de plus. A la relance, la gardienne comme sa défense tentaient désespérément de jouer court pour ne pas donner de cartouches à leurs adversaires.

Au final, le résultat est de deux buts encaissés et presque six occasions franches offertes. Le jeu offensif n'est pas provenu de ce choix tactique, bien au contraire. L'Autriche perdait trop d'énergie à tenter le diable dans sa surface pour se projeter devant.

La sélectionneuse a tenté toute la compétition d'imposer cette patte tactique sans que ça ait eu le moindre impact face aux cadors anglais et allemand.

6. Une charnière allemande sereine

Klara Buhl
La défense allemande était sereine. / Alex Pantling/GettyImages

Derrière, les couloirs allemands ont subi, certes. En revanche, la charnière allemande n'a jamais tremblé. Les deux défenseures centrales ont tranquillement géré les assauts d'une attaque parfois timorée en face. Relance courte ou longue, duel aérien et intervention, tout est limpide.

Le duo Kendrich - Hegering n'a toujours pas encaissé le moindre but dans la compétition et détonne par sa sérénité. Face à des cadors comme le Danemark, l'Espagne ou l'Autriche, elles ne font aucun cadeau.

facebooktwitterreddit