Ligue des Champions

Ajax - Benfica (0-1 / 2-3) : Les 4 leçons de la qualification portugaise pour les quarts de finale

Baptiste Marin
Le Benfica Lisbonne rejoint les quarts de finale de la Ligue des champions.
Le Benfica Lisbonne rejoint les quarts de finale de la Ligue des champions. / ANP/GettyImages
facebooktwitterreddit

Le Benfica Lisbonne s'est qualifié mardi pour les quarts de finale après sa victoire (1-0) sur l'Ajax Amsterdam. Dans une ambiance exceptionnelle à la Johan Cruyff Arena, les hommes d'Erik Ten Hag ont multiplié les attaques sans réussir à trouver véritablement la solution face à la défense du Benfica. Privés du cuir et bloqués dans leur camp, les Portugais ont tenu face aux assauts néerlandais.

Le scénario a été similaire en seconde période. Problème, l'Ajax Amsterdam ne s'est pas créé d'occasions et l'a payé. Sur un coup franc tiré par Grimaldo, Darwin a devancé la sortie d'Onana avec une tête qui a propulsé le ballon dans les filets néerlandais. Une réaction néerlandaise était attendue, elle n'est jamais venue.


1. Le réalisme de Benfica a frappé fort

Champions League Round of 16 return"Ajax Amsterdam v SL Benfica"
La joie du buteur. / ANP/GettyImages

Le Benfica Lisbonne a attendu la 77e minute pour cadrer sa première frappe. Et cette tête de Darwin a tout changé au scénario de ce match. Avant ce but sur coup franc, les attaquants portugais ont couru après le ballon. On ne sait même pas si Rafa a touché le cuir dans le camp hollandais en première mi-temps.

Les joueurs de Benfica n'avaient pas inquiété Onana de toute la rencontre. En l'espace de deux minutes, ils avaient juste réussi à obtenir trois corners lors du premier acte. Et c'est finalement bien sur coup de pied arrêté que les Lisboètes ont trouvé la solution.

2. Le pressing de l'Ajax toujours aussi redoutable

Erik Ten Hag
La philosophie du coach de l'Ajax. / BSR Agency/GettyImages

Il est assez simple d'expliquer ce manque cruel de situations franches pour le Benfica. Prenons une situation. 36e minute, Adel Taarabt récupère le ballon dans sa partie de terrain. En moins de deux secondes, l'international marocain est encerclé par quatre joueurs de l'Ajax. Voilà ce qu'ont vécu les Portugais dans cette rencontre.

La philosophie d'Erik Ten Hag est d'effectuer pressing haut et constant sur les adversaires. Benfica a été asphyxié sans possibilité de ressortir le ballon proprement. Ils ont voulu le faire par des passes courtes. Ils ont tenté des longs ballons. Les dix joueurs de champ étaient dans le camp portugais et la maîtrise était totale.

3. La défense portugaise tient le choc

Daley Blind, Nicolas Otamendi
La défense de fer incarnée par Otamendi. / Soccrates Images/GettyImages

On ne va rien vous apprendre, mais dans le football, dominer n'est pas gagner. L'Ajax n'a cessé d'occuper le camp adverse avec un jeu qui s'est développé par les côtés. Amsterdam a multiplié les centres notamment en première période. Haller n'a presque jamais été trouvé dans les airs, surveillé par Otamendi et Vertonghen.

Il faut le souligner, cette domination néerlandaise ne s'est pas traduite par une multiplication d'occasions nettes. Les Portugais ont densifié l'axe et ont laissé l'Ajax développer ses attaques par les côtés. Un match héroïque de la défense lisboète qui ne s'est jamais déconcentrée.

4. Une réaction trop timide

Sebastien Haller
Match difficile pour Haller ! / Soccrates Images/GettyImages

Après cette ouverture du score dans le dernier quart d'heure, l'Ajax n'avait plus le choix : il fallait attaquer à tout prix. Erik Ten Hag est passé à une défense à trois. Benfica a renforcé son bloc et les Néerlandais ont continué à se casser les dents. Les locaux n'ont pas réussi à trouver ce petit coup de folie et des enchaînements suffisamment rapides pour mettre à défaut le Benfica Lisbonne.

Pressés par le temps et se sachant éliminer, Haller et ses partenaires se sont mis à beaucoup discuter avec l'arbitre de la rencontre, notamment pour réclamer des mains. Blind a reçu un jaune pour protestation. Les Portugais auraient pu définitivement plier l'affaire sur leur seul contre du match. Mais Yaremchuk a tergiversé au moment de se présenter face à Onana.

facebooktwitterreddit