Ligue 1

AJ Auxerre - AS Saint-Etienne (1-1) : Les 5 leçons à retenir de ce match aller mouvementé des barrages de Ligue 1

Olivier Halloua
L'AS Saint-Etienne a remporté la première manche.
L'AS Saint-Etienne a remporté la première manche. / JEFF PACHOUD/GettyImages
facebooktwitterreddit

L'AS Saint-Etienne n'a pu ramener qu'un nul de son déplacement chez l'AJ Auxerre (1-1). Après seulement un quart d'heure de jeu, l'ASSE a pris l'avantage. Sur un contre assassin, Zaydou Youssouf a profité d'un laxisme de la défense pour glisser une belle frappe du gauche des 16 mètres. Le score en est resté là pour cause de maladresses dans les deux surfaces des 22 acteurs. Paul Bernardoni comme Donovan Léon ont dû tout de même s'employer.

La rencontre s'est enterrée dans un faux rythme Il a fallu patienter la 86ème minute pour voir une magnifique égalisation de Gaëtan Perrin, en sortie de banc. Un nul plutôt mérité dans cette première manche. Tout se jouera donc à Geoffroy Guichard dans trois jours. Très léger avantage pour les Verts.


Les 5 leçons de la rencontre

1. Les deux équipes obligés de jouer en contres

Mahdi Camara
Mahdi Camara a contenu la fougue de l'AJA / Eurasia Sport Images/GettyImages

L'AJ Auxerre a eu beaucoup de difficulté à utiliser le ballon à bon escient. Auxerre a souvent laissé le contrôle de la balle à l'adverse par manque technique. Des petites imprécisions qui ont permis à Mahdi Camara ou Zaydou Youssouf de récupérer. Même constat du côté de l'ASSE obligé d'évoluer en contre.

Sur phase autour d'un bloc bas, les deux formations ont peiné à se montrer dangereux. Après l'ouverture du score, l'ASSE a pu lancer ses flèches Denis Bouanga et Arnaud Nordin pour percer la défense. Malheureusement, de chaque côté, beaucoup de maladresses dans le dernier geste, à l'image de Camara qui a détourné un but tout fait d'Enzo Crivelli.

L'égalisation de Gaëtan Perrin est provenue également d'une transition rapide sur long ballon. Sans espaces, difficile d'en créer évidemment pour ces attaques.

2. Bernardoni et Léon pas récompensés

Paul Bernardoni
Paul Bernardoni a maintenu l'ASSE en vie. / Eurasia Sport Images/GettyImages

Paul Bernardoni a encore fait tampon pour faire oublier les nombreuses errances défensives. Le portier de l'ASSE a réalisé plusieurs parades déjà en première période. L'ancien angevin a détourné un coup-franc direct de Mathias Autret. Ensuite, on l'a retrouvé une fois pour stopper une accélération dans le dos de l'attaquant auxerrois. Il a été aussi fusillé sur une mine sous la barre.

Des arrêts et aussi des maladresses dans le dernier geste pour l'AJA. Du côté de Donovan Léon, il a aussi arrêté des missiles de Denis Bouanga par exemple. Un seul but encaissé avec cette enroulé millimétré de Zaydou Youssouf. En seconde, ce fut plus tranquille pour lui avec des frappes toujours hors-cadre.

3. Deux équipes timorées mais déterminées

Pascal Dupraz
Pascal Dupraz sait que son équipe a encore du mal. / CLEMENT MAHOUDEAU/GettyImages

De chaque côté de cette opposition, on a ressenti deux aspects forts. La fatigue se remarque pour ses équipes émoussées par une longue saison. Dès le retour des vestiaires, l'entrejeu a proposé moins d'impact physique et des approximations techniques.

De plus, ces formations jouent leur avenir sur cette double confrontation. Cela se sent. Les 22 acteurs étaient timorés par l'enjeu et ont multiplié les bévues. Des contrôles ratés, des mauvais choix, un niveau faible même pour un barrage Ligue 2 - Ligue 1. Difficile d'emballer le public hormis après l'égalisation tardive des locaux.

En revanche, tout l'effectif semble concerné avec un apport singulier des entrants à l'image de Whabi Khazri pour l'ASSE et de Gaëtan Perrin pour l'AJA. Un bon point pour les deux entraîneurs.

4. Un front offensif décevant pour Auxerre

Jean-Marc Furlan
Jean-Marc Furlan n'a pas réussi à affoler le bloc adverse. / Jean Catuffe/GettyImages

Tout au long de la rencontre, l'AJ Auxerre a multiplié les erreurs et les maladresses. Des frappes rarement cadrées ou alors des tentatives mal ajustées face aux buts. En seconde période, les Auxerrois n'ont eu aucune situation franche dans la surface stéphanoise.

Nous avons plutôt observé un Gaëtan Charbonnier cadenassé, des Mathias Autret ou Gauthier Hein peu créatifs dans les trente derniers mètres. Souvent, il n'y avait que peu de présence dans la surface lors des centres brossés. Plus le match avançait, plus l'AJA perdait en intensité et laisse des espaces derrière.

Sur contres, les hommes de Jean-Marc Furlan avaient des idées souvent mal exploitées. Il a fallu un long ballon parfaitement négocié par Perrin pour voir une égalisation. Une finition parfaite venue du banc.

5. L'ASSE encore à portée de tirs

Romain Hamouma
L'ASSE de Romain Hamouma a encore un long chemin à faire. / SEBASTIEN SALOM-GOMIS/GettyImages

Si Auxerre peut être déçu d'avoir trouvé le chemin des filets qu'aussi tardivement, l'AS Saint-Etienne a aussi des regrets certains. Les Verts ont eu beaucoup de situations mal gérées en première ou deuxième période. L'entrée de Whabi Khazri a surtout permis de négocier encore mieux les boulevards laissés en contres par les locaux. Un dribbleur qui a dynamisé tout le front.

En défense, l'AJA a perdu beaucoup de ballons. Pourtant, rares ont été les tentatives cadrées durant ces 45 dernières minutes. Khazri, Camara ou Nordin n'ont pas sollicité Léon en position idéale pourtant. Espérons pour l'ASSE qu'elle ne le payera pas au retour dans le Chaudron.

Après une belle domination sur plusieurs phases, il n'y a "que" 1-1 dans le double duel. Il faudra faire la différence à la maison alors que les opportunités étaient là. Saint-Etienne s'est même fait peur dans le final.

facebooktwitterreddit