Adil Rami met un nouveau tacle à Jacques-Henri Eyraud

Nov 25, 2020, 5:03 PM GMT+1
Adi Rami
Le club phocéen a licencié Adil Rami pour "faute grave" le lundi 12 août 2019 | Xavier Laine/Getty Images
facebooktwitterreddit

Défenseur de l'OM entre 2017 et 2019, Adil Rami suit toujours de près ce qu'il se passe dans son ancien club. Au détour d'un entretien dans les colonnes de GQ, le défenseur central, champion du monde en 2018, n'a pas manqué de lancer un nouveau tacle à son ancien patron, Jacques-Henri Eyraud, actuel président de l'Olympique de Marseille.

Après la sortie de son livre autobiographique, Autopsie, Adil Rami continue sa tournée des médias et en profite pour régler ses comptes. Souvent pris pour cible, le président de l'OM, Jacques-Henri Eyraud, a donc encore eu les oreilles qui sifflent après les déclarations de l'international Français dans le magazine GQ.

Pour rappel, à son arrivée à Marseille en 2017, Adil Rami est venu renforcer une défense en difficulté. En deux ans, le défenseur central de Boavista a connu l'épopée en Ligue Europa puis s'est fait licencier pour faute grave après sa participation à Fort Boyard. Depuis, l'ancien joueur du FC Séville conserve une vraie rancoeur contre le président marseillais.

Un président incompétent ?

Dans son interview, Adil Rami n'a pas mâché ses mots. Dans son analyse de la personnalité du président marseillais, il a été clair. Eyraud n'est pas le président qu'il faut à l'OM :

"Je le répète : l’Olympique de Marseille est un grand club, l’équipe a du talent, j’adore leur entraîneur. Mais quand tu me poses la question, je donne mon opinion, et je ne suis pas le seul à le penser : ce n’est pas un bon président pour l’Olympique de Marseille. Ni au niveau de l’image, ni au niveau de la communication, ni dans le style, ni dans rien."

Un manque de charisme et de connaissances footballistique que le natif de Fréjus a souvent critiqué dans ses interventions dans les médias. Et il n'a pas hésité à en rajouter une couche :

"Pour être président d’un grand club comme le Paris Saint-Germain, Saint-Étienne, Marseille… il faut du charisme, une aura différente d’Eyraud. Je préférais voir Pape Diouf par exemple. Et je sais que 85% des Marseillais pensent la même chose que moi. Mais on a besoin de me juger, de me reprocher quelque chose. Les gens se trompent. Je dis juste les choses "

En retrait cette saison, le président Eyraud s'est pourtant fait discret. Mais cela ne suffit pas pour éteindre les polémiques et la pression, très présentes au sein du club.

facebooktwitterreddit