Ligue 1

A la découverte de Kobi Henry, la mystérieuse nouvelle recrue américaine du Stade de Reims

André Maleh
Kobi Henry.
Kobi Henry. / John Todd/ISI Photos/GettyImages
facebooktwitterreddit

Le Stade de Reims ne perd pas son temps après la récente ouverture du mercato estival. Alors que de jeunes espoirs du club s'orientent vers de nouveaux horizons, la voie de Kobi Henry, défenseur central américain de 18 ans, prend la direction de la cité des sacres pour cinq années. 90min a assisté à la conférence de presse, entouré de rares privilégiés. Focus sur la jeune promesse américaine et les moments clés de cette entrevue.


" Un Américain à Reims " pourrait être le second volet du célèbre blockbuster " Un Américain à Paris " sorti au début des années 1950. A la seule différence que la fiction laisse place à la réalité.
Kobi Henry, adulte depuis moins de deux mois, vient de poser ses bagages en terres champenoises. Du haut de son mètre 87, le défenseur central est encore méconnu du grand public et intègre le groupe Pro 2 du Stade de Reims.

Alors que son prénom, sa carrure et son pays le prédestinaient à une carrière de basketteur, le natif de Lakeland en Floride a préféré suivre les traces d'un célèbre homonyme français. A un poste diamétralement opposé, l'argument du lien avec Thierry Henry est certes utopique mais tout argument est bon à dire pour lui faire traverser l'Atlantique.

Passé par trois clubs avant le Stade de Reims

De la génération 2004, le jeune prodige, formé au sein d'Orlando puis de 2019 à 2020 à l'Académie de l'Inter Miami, a rejoint la deuxième division américain et le club californien d'Orange County SC en 2020. Ce défenseur axial, doté d'une précision et d'une assurance impériale dans ses interventions, est le premier joueur actif de l'USL, échelon inférieur de la Major League Soccer, à être appelé dans l'équipe nationale senior des États-Unis.

Grâce à son sens de l'anticipation, le numéro 14 en sélection est titularisé dans un club composé d'internationaux. Kobi Henry est régulièrement titulaire chez les espoirs et vice-capitaine de l'Équipe Américaine U20. Après son passage dans le club dirigé par David Beckham à Miami, il effectue 30 apparitions sous les couleurs d'Orange County en deux saisons.

Cet apprentissage le propulse dans les hautes sphères du football américain et le joueur participe au succès de son club dans la quête du championnat 2021/22. Habile des deux pieds, il marque aussi bien de son pied fort, le droit, de la tête et du pied gauche comme lors de ce match d'USL.

Les plus grands défenseurs européens comme source d'inspiration

Accompagné de Brad Friedel, agent réputé pour bien accompagner ses protégés et ancien gardien de Liverpool, Aston Villa et Tottenham entre autres, le projet du joueur suit son cours. Kobi Henry a hérité de sa passion pour le "soccer" par son père, le plus grand fan de ce sport à en écouter le joueur lors de la présentation en anglais. Son attrait pour le football dépasse toutes les potentielles barrières sans grande hésitation.

À travers sa voix parfois tremblotante, l'étoile montante du soccer veut s'adapter rapidement à une nouvelle culture dont il est conscient que la barrière de la langue est un frein. Son manque d'assurance dans sa manière de s'exprimer n'est pas représentatif de ses ambitions et de ses dires.

Très dévoué à découvrir et apprendre un football plus frais, Kobi Henry, inspiré par Van Dijk, Rüdiger ou encore Raphaël Varane, connaît les qualités du Stade de Reims pour développer ses talents vers le gratin du football européen.

Le pensionnaire de Ligue 1 s'est attaché les services du joueur pour un montant de 700 000 dollars soit environ 670 000 euros. Kobi Henry devient le plus gros transfert de l'histoire de la deuxième division américaine. Un acte fondateur, qui marque le début d'un intérêt des plus grandes écuries européennes pour ce vivier de talents.

Le choix du joueur s'est basé sur le point fort du Stade de Reims : sa gestion de ses jeunes joueurs. Les dirigeants de l'un des effectifs les plus jeunes des cinq grands championnats suivent chacun d'entre eux avec l'ambition de leur offrir une évolution de carrière cohérente.

Déjà repéré et annoncé sur un départ l'hiver dernier pour le Stade de Reims après des tests concluants, Kobi Henry souhaitait un moment de réflexion afin d'arriver de la meilleure des manières possibles. Ses dix-huit bougies soufflées récemment sont, peut-être, un élément déclencheur.

Désormais armé mentalement et physiquement pour le grand saut en Europe, Kobi Henry débarque en France avec l'objectif de s'imposer en Europe. Comme un symbole de la belle croissance des Etats-Unis en football.

Les 5 moments forts de la conférence de presse de Kobi Henry

S'adapter au football français

"Je suis tout à fait prêt à voir comment je pourrais changer un peu mon jeu et l'améliorer pour m'adapter à ce nouveau football."

Le choix du Stade de Reims

"Je sais que le club est connu pour encourager les jeunes talents et leur donner une chance de jouer dans l'équipe première. Je suis très intéressé de voir comment ça se passe quand j'y serai, d'apprendre en cours de route et d'espérer faire partie de ces talents."

L'importance de la famille

"Je remercie ma famille. Ma mère a été si bonne pour moi, pour m'encourager, pour monter, et elle a toujours été là pour moi. Mon père, qui est le plus grand fan de football, a toujours été là pour m'encourager et me motiver tout au long du parcours. Tout comme mon frère. Mon frère a fait tellement de sacrifices pour que je sois là où je suis aujourd'hui. Je sais que, quand nous étions plus jeunes, la plupart des gens de 17 ou 18 ans ne voudraient pas emmener leur petit frère à l'entraînement à une heure de route tous les jours."

L'adaptation à la France

"Pour ma part, j'aime les nouvelles cultures et j'aime apprendre de nouvelles choses sur le monde. Je suis donc très ouvert à l'idée d'aller là-bas et de découvrir la culture française."

Le bon moment pour partir en Europe

" Personnellement, je devais m'assurer que j'étais suffisamment endurcis pour faire ce pas et de me sentir à la hauteur. Donc je pense que le timing était parfait. "

facebooktwitterreddit