​De retour au Brésil à São Paulo, dix-sept ans après avoir quitté le pays, Dani Alves est revenu sur sa période parisienne dans un entretien accordé au média brésilien GloboEsporte.


Joueur charismatique sous les couleurs du FC Barcelone, ​Dani Alves s'est forgé une réputation peu commune de guerrier, apprécié de tous, pour ses valeurs, son engagement et son sens de la responsabilité. 


Adulé durant ses grandes années catalanes après avoir émerveillé l'Europe sous les couleurs du FC Séville, l'international brésilien représente à lui seul l'un des plus beaux palmarès après avoir glané pas moins de 38 trophées en l'espace de dix-huit années de carrière. De quoi faire flancher en 2017 ​les dirigeants parisiens qui miseront sur la grinta brésilienne durant deux saisons. 


Loin de faire l'unanimité dans le camp parisien malgré l'apport de son inconditionnelle expérience, ​Dani Alves restera néanmoins un joueur qui aura marqué l'histoire du Paris Saint-Germain de part sa capacité à transcender les foules mais également son abnégation sans faille qui feront de lui un homme respecté sur le terrain. 

Dani Alves dénonce le racisme à Paris

De retour au bercail en Serie A brésilienne, Dani Alves a souhaité avant tout renouer avec ses origines malgré plusieurs propositions exotiques alléchantes. Et si la Coupe du Monde 2022 au Qatar avec ​le Brésil est toujours dans un coin de sa tête, l'ancien latéral parisien n'a pas manqué de réagir à son ancienne vie parisienne dans un entretien accordé au média brésilien GQ - Globo

Sans filtre, l'international brésilien a égratigné le rythme de vie parisien, dénonçant au passage les mentalités et un racisme prépondérant qui gangrène le football. 


"Paris est une ville stressante, je ne l'aime pas beaucoup. Si tu vas à Paris pour une semaine, ce sera le voyage de ta vie. Un peu plus, et tu vas t'ennuyer. Ça me rappelle São Paulo, mais à Paris, ce sont des putains de racistes. Très racistes. Avec moi, ils n'ont rien fait parce que j'allais leur mettre dans le cul. Mais je l'ai vu avec certains de mes amis."


Un peu plus loin dans l'interview, Dani Alves confiera regretter "l'air chaud de Barcelone et de Séville" où "les gens ont de la fraîcheur, et sortent dans les rues pour s'envoyer en l'air". Avant de conclure "qu'il préfère ça plutôt que le contraire" (rires).