Mercredi 1er mai 2019. 19 heures au Roazhon Park. Le monde du foot attend impatiemment la demi-finale aller entre le FC Barcelone de Lionel Messi et Liverpool. Mais à cette heure-ci en Bretagne, c’est un autre joueur qui va faire parler de lui. Il n’est pas encore majeur et pourtant son nom apparaît dans l’entrejeu du ​Stade Rennais à côté de Johansson et ses 16 sélections avec la Suède. 


Après trois entrées en jeu en Ligue 1, Eduardo Camavinga du haut des ses 16 ans, 5 mois et 21 jours est titularisé pour la première fois. Il est alors est le premier joueur né après le 1er janvier 2002 à débuter une rencontre dans les cinq grands championnats. Ironie de l’histoire, le même duo de récupérateur était titularisé trois mois plus tôt en National 3 face à Lannion. Avec en prime une victoire du Stade Rennais et un triplé d’Eduardo Camavinga. Et pour sa première titularisation en Ligue 1, le natif de Miconje Cabinda (Angola) a tout simplement crevé l’écran. 


Impliqué sur les deux buts de son équipe, il a réussi 100 % de ses passes et affiche un taux de 77 % de duels réussis. Sans oublier les 4 ballons récupérés. Une véritable performance pour un gamin qui n’a même pas 18 ans et à un poste où l’expérience compte. À la 64 ème minute, il sort remplacé par Hatem Ben Arfa sous l’ovation du public. Il y a pire comme baptême du feu.


Tatamis, jambes de feu et Stade Rennais


Et dire qu’Eduardo Camavinga n’a failli jamais taper dans un ballon rond. Né le 10 novembre 2002 à Miconje Cabinda sur la côte ouest de l’Angola, la famille Camavinga débarque en France un an plus tard. Le premier sport d’Eduardo ne sera pas le football mais le judo. Une discipline qu’il pratique jusqu’à ses sept ans. Ensuite son histoire avec le football va évoluer aussi vite que sa progression. C’est en 2009 que la destinée du jeune Eduardo commence. Cette année-là, il découvre le foot au Drapeau Fougères. Un club breton évoluant en Ille-et-Vilaine dont l’équipe fanion évolue cette saison en National 3, dans la même poule que la réserve du ​Stade Rennais. Mais à son arrivée sur les bords de l’Océan Atlantique, le jeune Camavinga est loin du SRFC. 


Pourtant tout va s’accélérer. Le natif de Miconje impressionne et ne laisse pas les clubs aux alentours insensibles. “ Quand on voulait garder un résultat, on le mettait à jouer en défense et quand on voulait gagner le match, on le mettait en attaque. Il avait des qualités extranaturelles. ”se remémore Joseph Burel, le responsable de l’école de foot de Drapeau Fougères sur le site actu.fr. Surclassé dans toutes les catégories, il tape dans l’œil du voisin rennais lors d’une finale régionale U11. Il saute alors le pas et rejoint le Stade Rennais en juillet 2013.



Tout va alors très vite pour ce gamin, qui quelques années plus tôt enchaînait les prises de judo sur les tatamis bretons. Quatre ans après son arrivée à l’Académie et âgé de 15 ans, Eduardo Camavinga effectue déjà sa première apparition avec l’équipe réserve entraînée par un certain Julien Stéphan. Une éclosion qui n’étonne pas Matthieu Huard son coéquipier :


 “Sur les matchs qu'on a faits ensemble en réserve, il avait de grosses qualités de récupération de balle et de projection vers l'avant incroyable.

Outre son potentiel énorme, le numéro 39 du Stade Rennais a des qualités qui lui permettent de s’imposer chez les grands à un aussi jeune âge : “ il est très à l’aise techniquement, capable de répéter les efforts, il a déjà des jambes de feu note Justin Gru, auteur de 13 matchs avec la réserve du SRFC cette saison. Il est très simple dans son jeu, fait jouer ses camarades et il a une très grande maturité. ” 


Rien d’étonnant donc à ce que l’ancien du Drapeau Fougères paraphe son premier contrat professionnel en janvier dernier, devenant ainsi le plus jeune joueur à signer un contrat pro dans le club. Une année qui sera exceptionnelle pour lui et où il jouera dans cinq compétitions différentes ! U17 (2 matchs), U19 (3 matchs), Gambardella (1 match), National 3 (13 matchs) et Ligue 1 (5 matchs). Champion de France U17 l’an dernier avec ses camarades de formation, c’est tout naturellement qu’il s’est vu ouvrir les portes de l’effectif professionnel. D’autant plus avec l’arrivée de Julien Stéphan à la tête de l’équipe première.


C’est d’ailleurs lui qui en parle le mieux :


 “C’est un jeune que je connais bien, depuis maintenant un moment, qu’on intègre progressivement. Il ne faut pas non plus lui brûler les ailes. Mais on sait que c’est un jeune joueur qui a un très, très, très gros potentiel, qu’on va continuer à développer, qui va grandir au club et j’espère pour lui, qui va, dans les mois à venir, s’installer durablement dans l’équipe ” confie-t-il à Ouest France.


Titularisation, bizutage et éducation


Vainqueur de la Coupe de France le 27 avril dernier face au PSG, Eduardo Camavinga connaît d’abord cinq matchs de suite sur le banc avec les pros. Sans jamais entrer en jeu. Mais en n’échappant pas au bizutage traditionnel raconté par Matthieu Huard lui aussi appelé pour le match contre Montpellier : “ tout le monde lui demandait quel âge il avait et comment c'était possible qu'il soit là à 16 ans. Ensuite il a simplement pris une bouteille d'eau, il s'est levé sur sa chaise et il a chanté devant tout le monde à table comme c'était sa première. Je pense qu'il a été intégré dans le groupe pro vraiment à ce moment-là .


Et le 6 avril dernier face à Angers, le coach lui offre sa première entrée à deux minutes de la fin à seulement 16 ans 4 mois et 27 jours. Devenant ainsi le plus jeune joueur du Stade Rennais à évoluer en Ligue 1. Trois jours plus tard face à Nîmes, il rentre pour 24 minutes. Un apprentissage en douceur. Depuis il a connu deux titularisations au poste de récupérateur face à Monaco et Toulouse. Une éclosion qui n’étonne pas Matthieu Huard : “ Il a des qualités qui lui permettent de jouer au haut niveau même s'il n'a que 16 ans.” Justin Gru est du même avis : “ J’ai aucun doute sur le fait qu’il s’installe dans l’équipe première du Stade Rennais. Je pense que c’est le futur crack du championnat à son poste s’il continue de bien travailler comme il le fait au quotidien. Ce qu’il a fait à son âge sur son premier match en Ligue 1 c’est quand même énorme.



Mais alors avec autant de talent à cet âge, facile de dire que le gamin a pris la grosse tête, mais il en est rien et Eduardo Camavinga est apprécié de tous au sein du club breton. Un jeune à l’éducation irréprochable et à la tête bien faite. “ C’est quelqu’un de très gentil et très bien éduqué, jamais un mot plus haut que l’autre, très respectueux et simple s’enthousiasme Justin Gru. Je suis ravi pour lui. ” Un sentiment partagé par Matthieu Huard : “Il est tout le temps le sourire aux lèvres, il est joyeux et sérieux à la fois. Un super coéquipier qui ne va jamais véhiculer un message négatif dans le vestiaire ni sur le terrain. ” Pour rappel, le 1er mai dernier, Lionel Messi inscrivait un doublé face à Liverpool. Ce soir-là un certain Ousmane Dembélé, champion du monde, rentre à la 90 ème minute. Quatre ans plus tôt il effectuait ses premiers pas en Ligue 1 avec le ​Stade Rennais à 18 ans après être passé par les U19 et l’équipe réserve.