Avec une équipe remaniée au coup d'envoi, Gian Piero Gasperini prépare déjà le quart de finale de la Ligue des Champions face au Paris Saint-Germain.



Cette formation bergamasque a massacré son adversaire du soir en étrillant largement une pale équipe de Brescia (6-2), relégable et probablement reléguée à l'issue de la saison.

Sans faire dans le détail, les coéquipiers de Duvan Zapata se sont baladés tout au long de la partie en multipliant et en diversifiant leurs offensives, le tout avec une équipe légèrement remaniée au coup d'envoi, suite aux choix de l'entraîneur de laisser Josip Ilicic ou encore Papu Gomez sur le banc.

Grâce à cette victoire, l'Atalanta compte désormais 16 points d'avance sur l'AS Roma (5e et un match en moins) à cinq journées de la fin. Un matelas confortable qui permet de voir venir en Serie A et d'anticiper un futur quart de finale de la Ligue des Champions explosif face au PSG. Gian Piero Gasperini sort les crocs.


"Nous n'allons pas gérer parce que cela ne nous plaît pas"


Invité à réagir en conférence de presse sur l'éclatante prestation de ses protégés, qui permet notamment au club de rejoindre les temps de passage de Milan dans les années 50, Gian Piero Gasperini est conscient qu'il "reste encore beaucoup de matches à jouer en championnat." Et si "tout n'est pas encore joué mathématiquement", l'entraîneur bergamasque entend bien "jouer cette deuxième ou troisième place."


"Evidemment, nous essaierons d'arriver au meilleur de notre forme pour le match contre le PSG en août." Gian Piero Gasperini

À l'image de Maurizio Sarri, Gian Piero Gasperini n'est pas forcément convaincu des bienfaits d'une fin de saison prématurée pour les Parisiens, qui arriveront à court de rythme.


"Je ne sais pas s'il vaut mieux arriver en ayant joué 13 matchs ou seulement deux finales de coupe comme ce sera le cas pour eux."

Cette nouvelle formule, autorisant désormais cinq remplacements au cours d'une rencontre, devrait permettre de soulager aussi bien le PSG que l'Atalanta le 12 août prochain.