​À deux doigts de frôler la correctionnelle face à Strasbourg (1-1), les Lyonnais ont une nouvelle fois perdu deux points précieux au classement. L'OL accuse un retard de sept unités sur le troisième, Rennes. 


Les jours se ressemblent et se suivent à Lyon après une énième déconvenue à domicile face à un adversaire à leur portée sur le papier. En proie à des difficultés sportives, les hommes de Rudi Garcia trustent une anecdotique onzième place au classement. Pas de quoi laisser place à l'optimiste à neuf jours d'une rencontre capitale en huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Pour autant, dans ce marasme ambiant, l'optimisme est encore de rigueur dans les rangs lyonnais. Pour un rush final haletant ? 


1. L'OL n'en est pas à son premier coup d'essai


Souvent mal positionnés au classement ces dernières saisons à l'aube de la deuxième partie d'exercice, les Lyonnais terminent en trombe leur championnat, au point de se faire quelques frayeurs lors de la dernière journée, comme ce fut le cas lors d'une qualification douloureuse face à l'OGC Nice (3-2) lors de la saison 2017-2018. 


Mais c'est aussi ça l'Olympique Lyonnais, des résultats en dents de scie, un parcours laborieux, et une place qualificative pour les phases de poules de la Ligue des Champions au bout du compte. Non sans mal, les coéquipiers d'Anthony Lopes savent se surpasser, dans des périodes délicates et décisives où de nombreux clubs, lâchent à l'inverse du leste, usés par l'enchaînement des matchs. 


Fort d'un effectif compétitif, ​l'OL peut se permettre de faire tourner, quitte à faire souffler ses meilleurs éléments l'espace d'une semaine. Une carte joker supplémentaire dans les mains de Rudi Garcia qui doit en revanche être utilisé à bon escient. 


2. Bruno Guimaraes va s'illustrer


Recruté pour vingt-cinq millions d'euros en provenance de l'Athletico Paranaense, Bruno Guimaraes, élu meilleur joueur du tournoi pré-olympique avec la sélection brésilienne, a été présenté mercredi dernier en quart de finale de la Coupe de France face à l'Olympique de Marseille. 


Convoqué dans le groupe face à Strasbourg dimanche dernier en ​Ligue 1 Conforama, le milieu de terrain brésilien s'est échauffé pendant une vingtaine de minutes, le tout sous les applaudissements du public lyonnais, avant de regagner sa place en tribune. 

Après la blessure de Rafael, très tôt dans la rencontre, Rudi Garcia s'est vu envoler la possibilité de faire un changement supplémentaire au milieu de terrain au cours du deuxième acte. La physionomie de la rencontre n'a pas aidé non plus Bruno Guimaraes dans la quête d'une première apparition sous le maillot lyonnais. Une situation qui n'est que partie remise. 


Son arrivée à Lyon a d'ailleurs déclenché une euphorie chez les fans lyonnais qui attendent avec impatience de voir s'illustrer le nouveau joyau brésilien. Réputé pour sa qualité technique et sa capacité à organiser le jeu, Bruno Guimaraes devrait ramener un peu d'équilibre dans un milieu de terrain qui souffre des prestations indigentes de Thiago Mendes. 


3. Andersen va enfin retourner sur le banc 


Aligné au côté de Marcelo face à Strasbourg, Joachim Andersen a encore livré une prestation inquiétante en charnière centrale, soufflant le chaud et le froid à chacune de ses interventions. Loin d'être à l'aise depuis son transfert record (30 millions d'euros bonus compris) en provenance de la Sampdoria, l'international danois déjoue au point de coûter des points précieux à la formation lyonnaise depuis le début de la saison. 

Le retour de Jason Denayer, le patron de la défense lyonnaise, ne devrait pas se faire attendre. Dans la peau d'un remplaçant dimanche dernier, l'international belge a cruellement manqué aux Lyonnais dans l'impact, et la relance. Le débat semble définitivement clos pour cette saison. 


4. Les jeunes au pouvoir 


Attendus depuis plus d'un an par les fans lyonnais, Rayan Cherki et Maxence Caqueret ont répondu présent depuis leurs convocations dans le groupe professionnel. Les deux pépites du centre de formation ont d'ailleurs bousculé la hiérarchie en très peu de temps. Une juste récompense pour deux éléments de la pépinière lyonnaise qui bonifient le jeu à chaque toucher de balle. 


Une nouvelle fois titularisé face à Strasbourg, Maxence Caqueret a livré un véritable récital dans leu jeu, multipliant les courses aussi bien offensives que défensives. Encore légèrement limité dans l'impact physique, le milieu de terrain lyonnais (20 ans) compense en revanche par une envie débordante de toujours bien faire. 

Sa vision du jeu et sa capacité à casser les lignes avec une seule passe vers l'avant seront des atouts nécessaires pour la suite des échéances. Des échéances qui pourraient d'ailleurs conduire Amine Gouiri à faire son grand retour dans le groupe. 

Renvoyé avec la réserve, Amine Gouiri a torpillé l'équipe de Moulins Yzeure en inscrivant un quadruplé (victoire 5-1) le week-end dernier. Une performance remarquable qui n'est pas passée inaperçue à l'OL alors que beaucoup d'interrogations entourent l'animation offensive de cette équipe. 


5. Des conséquences financières désastreuses en cas d'échec


Pour équilibrer au mieux les comptes lyonnais, nul doute que le club rhodanien doit passer par la case Ligue des Champions au risque de voir un joli pactole s'envoler. Avec une dotation bien fournie par l'UEFA, l'OL pourrait enregistrer un manque à gagner estimé entre 70 et 80 millions d'euros. Une véritable fortune qui pourrait avoir un impact non négligeable d'un point de vue sportif et économique. 


Vous l'aurez compris, dans l'intérêt de tout club aux "objectifs élevés", la Ligue des Champions est une condition sine qua non à la bonne santé d'une institution.