Alors que l'après-match entre l'Olympique lyonnais et Leipzig a été marqué par des incidents, ​Memphis Depay est apparu très agacé par son altercation avec les supporters.


Parfois, même une qualification en huitième de finale de la Ligue des Champions peut avoir un goût amer. Les joueurs de l'​Olympique lyonnais peuvent en témoigner. Mardi, ​grâce au match nul obtenu face au RB Leipzig, les hommes de Rudi Garcia ont en effet validé leur billet pour disputer la phase finale de la compétition (2-2).

Mais au coup de sifflet final, ce qui devait être un beau moment de partage et de communion avec les supporters présents au Groupama Stadium s'est vite transformé en altercation. Pour rappel, ​Memphis Depay a vivement réagi à une banderole hostile à Marcelo, brandie par un membre du pubic, descendu sur la pelouse.

S'en sont suivies ​quelques minutes assez chaudes entre les partenaires de l'international hollandais et quelques Bad Gones. Des incidents regrettables qui ont bien sûr faire réagir Jean-Michel Aulas. Interrogé au micro de RMC Sports, le président de l'écurie rhodanienne est apparu très touché, et a affirmé son autorité.


"Memphis Depay a démontré son caractère extraordinaire et qu'il était un capitaine exemplaire. Il a fait ce que j'aurais fait. Quand on siffle un joueur alors qu'on vient de se qualifier, on ne doit pas être dans le stade. Le supporter qui a sorti le calicot anti-Marcelo, parce qu'on a les images, sera sanctionné de manière très ferme par le club et par le président. J'irai le voir, j'irai voir les groupes de supporters. Ce sont des choses qu'on ne peut pas admettre quand on est dirigeant. Et je le suis depuis 32 ans.

Aujourd'hui, l'OL est qualifié pour la douzième fois sur seize en Champions League. Bien sûr que les joueurs sont tristes de voir qu'un abruti a sorti un calicot alors que tout le monde est en liesse. Moi aussi je suis triste, mais je retiens l'essentiel : la France a un deuxième club qualifié en Ligue des champions, et c'est une très bonne nouvelle. Ceux qui veulent siffler les joueurs ne viendront plus dans le stade : je ne peux pas vous dire mieux."


Si le patron de l'Olympique lyonnais joint les actes à la parole, certains "supporters" ne devraient par remettre les pieds dans l'enceinte des Gones pour quelques temps. Affaire à suivre.


  • Suivez-nous sur notre nouveau compte Instagram : @90min_fr