​Après son transfert avorté à Liverpool il y a un an, Nabil Fekir avait rejeté la faute sur son agent de l'époque, Jean-Pierre Bernès, qui a tenu à répondre à ces accusations en donnant sa version des faits. 


Alors que tout était ficelé entre l'​OL et les Reds pour un ​transfert à hauteur de 65 millions d'euros l'été dernier, les négociations n'avait finalement pas abouties pour des raisons encore floues. L'explication la plus probable était alors que l'attaquant lyonnais n'avais pas rempli toutes les conditions à la visite médicale, en raison notamment d'un genou fragile. En réalité, ce dossier apparait plus compliqué, et l'excuse de son état de santé ne serait qu'un écran de fumée, comme l'avait rapporté Fekir il y a quelques semaines.


Dans une interview accordée à L'Équipe, Le champion du monde avait en effet mis en cause Jean-Pierre Bernès, son agent de l'époque. Ce dernier a répondu à son ancien client, en donnant plus de précisions sur cette affaire au micro de Canal +


"Nabil était la priorité de Liverpool, expose Bernès. J'ai travaillé pendant quatre mois avec les dirigeants de Liverpool, avec Jürgen Klopp, Jean-Michel Aulas, tout était calé. Nabil connaissait son futur contrat, où il prenait à peu près 45 millions d'euros sur cinq ans. Et le jour de la signature, à Rambouillet, on a vu arriver un avocat et le beau-frère de Nabil qui ont dit "arrêtez tout, les discussions doivent être reprises à zéro". C'était surréaliste. On se serait cru dans un film de Walt Disney.


Le beau-frère de Nabil Fekir est devenu d'un coup un agent de joueur. Il voulait une commission, tout le monde le sait, c'est la nouvelle mode. [Fekir] était sur un nuage, je l'ai trouvé transformé, il n'a même pas salué les dirigeants de Liverpool. Il est arrivé après la visite médicale, tout le monde se regardait, les dirigeants de Liverpool se demandaient où ils étaient. J'avais honte.

Le transfert à Liverpool a capoté pour deux raisons. La première, c'est son genou même si les dirigeants anglais étaient prêts à faire un effort à ce sujet. La seconde, c'est l'irruption d'un pseudo-avocat étranger au dossier qui a demandé à ce qu'on recommence les négociations depuis le début au moment de la signature. Entre cet épisode et la visite médicale, les dirigeants de Liverpool ont décidé d'abandonner le dossier."


Touché par ce transfert avorté chez les futurs vainqueurs de la ​Ligue des Champions, l'international français a vécu une saison 2018-2019 délicate sur le plan personnel. Désireux de changer d'air, il s'est engagé avec le Betis Séville cet été pour la somme de 20 millions d'euros. 


  • Suivez-nous sur notre nouveau compte Instagram : @90min_fr