​Refus de prolonger au Paris Saint-Germain, exclu d'un duo prolifique sur le front de l'attaque et un rendement dans les grands matches qui laisse à désirer, le feuilleton Cavani au PSG doit désormais toucher à sa fin aussi bien pour le club que pour le joueur. 


Débarqué à Paris en 2013 en échange de 64 millions d'euros en provenance de Naples, Edinson Cavani pose ses valises ​en Ligue 1 avec le statut du plus gros transfert de l'histoire du championnat. Difficile alors pour le buteur uruguayen de prendre rapidement ses aises sur le front de l'attaque, barré notamment par Zlatan Ibrahimovic en pointe. 


Au sortir pourtant d'une saison exceptionnelle sous le maillot ​du Napoli avec vingt-neuf réalisations en Serie A, El Matador ne connaît pas le même rendement sous le maillot parisien, effacé par un géant suédois qui prend alors beaucoup de place dans un effectif en plein développement. 

Soucieux de se battre pour le bien de l'équipe, Edinson Cavani ne rechigne jamais à dépanner sur les ailes, dans un poste qu'il n'affectionne pas particulièrement. Apprécié par le Parc des Princes pour sa combativité, ​Edinson Cavani s'illustre tout de même en figurant dans l'équipe type de la saison avec seize buts au compteur. Des débuts prometteurs qui vont se confirmer définitivement après le départ de Zlatan en 2016. 

Dès lors, la carrière de Cavani ​au PSG prend une autre dimension sur le plan personnel et sportif. Beaucoup plus épanoui sur le terrain, l'international uruguayen boucle le championnat avec trente-cinq buts dans sa besace. Du Cavani grand crû qui vieillira finalement mal avec le temps. 


Le lent déclin lié à l'arrivée de Neymar 


Un transfert retentissant, un joueur qui attire la lumière : tous les projecteurs sont braqués sur la signature du prodige brésilien ​Neymar en 2017. Considéré comme une star, l'ancien barcelonais vient s'inscrire dans le "nouveau projet parisien" aux côtés d'une autre star en devenir, ​Kylian Mbappé. Prêté par l'AS Monaco avec option d'achat, l'international français doit constituer avec Neymar et Cavani la nouvelle ligne tripartite de l'attaque parisienne. 

S'adaptant difficilement à cette nouvelle association, ​Edinson Cavani tiendra le front dans un premier temps en réalisant un exercice plus qu'honorable sur le plan personnel avec vingt-huit réalisations en Ligue 1. Mais au-delà d'un ratio plutôt prolifique, les observateurs retiennent le manque de relation et de communication entre le numéro neuf et ses deux compères de l'attaque. L'arrivée de Tuchel doit sonner comme un déclic, il n'en sera finalement rien. 


L'abandon du soldat Cavani


Loin d'être aidé, certes, par les blessures, Edinson Cavani n'est pas épargné non plus par la critique. L'Equipe, Dugarry, Paul Le Guen, Pierre Ménès, tous ou presque se laissent tenter par un petit commentaire parfois désobligeant mais lucide sur une situation qui ne cesse alors d'empirer. 


"Ce regard sombre, cette démarche lente, ce corps tendu : les signaux du spleen du Matador. Ce sera peut-être un virage dans la saison parisienne (L'Equipe, match face à Naples, 24 octobre 2018). 


"Objectivement, je pense que le vrai Cavani Paris aurait pu marquer deux buts dans le premier quart d'heure." (Blog de Pierre Ménès après la rencontre face à Naples). 


"On se dirige tout droit vers un problème Cavani" (Paul Le Guen après Naples)


"On peut parler de problème Cavani" (Christophe Dugarry après Naples)


"Problème Cavani", la réplique revient inlassablement notamment après sa prestation catastrophique face au Napoli en Ligue des Champions. Si l'acharnement peut paraître excessif, cette nouvelle contre-performance reflète le début de saison difficile d'El Matador, à l'image de  sa sortie le 7 octobre face à l'Olympique Lyonnais qui permettra à Neymar et Mbappé de punir de manière magistrale les Lyonnais (5-0). 

Sans remède miracle, Thomas Tuchel en est également bien conscient, la réussite du Paris Saint-Germain passe essentiellement par une bonne entente technique entre les deux flèches françaises et brésiliennes. Alors forcément, Edinson Cavani a été éteint à petit feu, probablement de manière inconsciente face à l'étalage de la palette technique de ses deux coéquipiers. 


Un dernier challenge de taille en Serie A ?


Mis sur la touche au fil du temps malgré des statistiques toujours aussi encourageantes, Edinson Cavani sait que son heure est bientôt venue. Désireux de ne pas prolonger l'aventure au Paris Saint-Germain, l'ancien buteur napolitain ​serait toujours courtisé par l'Inter Milan d'Antonio Conte qui souhaiterait se rabattre sur le joueur en cas d'échec dans le dossier Lukaku. 

Et si un retour aux sources pourrait lui faire le plus grand bien, Edinson Cavani n'en reste pas moins un joueur emblématique de notre championnat de France qu'il aura marqué de son empreinte par sa rage de vaincre et sa bonne humeur pour s'inscrire définitivement dans le panthéon des plus grandes légendes qui auront foulé les pelouses hexagonales. 


Pour le Paris Saint-Germain, c'est assurément l'occasion d'insuffler un renouveau dans une équipe toujours barrée par ce fameux plafond de verre en Ligue des Champions. Le temps du changement est le bienvenu : celui d'une nouvelle tête, et d'une nouvelle étincelle qui pourrait mettre enfin le feu aux poudres.