Déjà sous le coup d'une enquête, Manchester City pourrait être exclu de la Ligue des Champions dès la saison prochaine pour avoir enfreint les règles du fair-play financier selon des informations du New York Times. 


Intraitable parfois impitoyable, l'UEFA n'est jamais bien loin pour faire le gendarme. Plus haute instance en Europe dans le domaine du football, elle devrait proposer prochainement une exclusion pour une année de Manchester City ​en C1. Un véritable cataclysme alors que les Citizens viennent de soulever la Premier League. 

Déjà sous le coup d'une enquête interne en mars pour ne pas avoir respecté certaines règles du fair-play financier et notamment une transparence sans failles lors de certaines déclarations, ​Manchester City pourrait "si la sanction est décidée" être suspendu "pour la prochaine saison ou pour 2020-21" selon des informations du quotidien américain. 


L'instance reproche au club mancunien d'avoir surévalué des contrats de sponsoring et falsifié certaines déclarations ces dernières années. Conséquences, les dirigeants citizens se retrouvent dans le viseur de la commission. 

Véritable chemin de croix pour l'UEFA, l'instance européenne a pour objectif d'assainir les finances des clubs en réduisant les dettes, en encourageant les clubs à "fonctionner sur la base de leurs propres recettes", ou en promouvant les investissements responsables sur le long terme dans l'intérêt du football. Le tout doit permettre une certaine transparence et crédibilité pour assurer une équité sportive à tous les niveaux. 


En se mettant à défaut avec le FPF, Manchester City qui dérègle l'équilibre instauré par l'UEFA, n'est pas la seule formation concernée par ces mesures de répressions. Plusieurs écuries notamment anglaises (Chelsea) ont été contraintes par le passé de s'acquitter d'une amende ou s'est vu infliger des mesures restrictives en Ligue des Champions comme pour City en 2014 (présence de 21 joueurs contre 25 en temps normal).