FBL-FRA-LIGUE1-SAINT-ETIENNE-PSG

Entraîneur de OL : Quatre profils pour un poste

C'est chose actée depuis quelques jours, Bruno Genesio n’entraînera plus l'OL l'an prochain. D'ici à l'officialisation de son successeur par Jean-Michel Aulas, les rumeurs vont aller bon train sur son identité. Parmi les options envisagées, Marcelo Gallardo, Laurent Blanc, Christophe Galtier et Rafael Benitez ont été évoquées.  On vous présente les forces et les faiblesses de ces quatre coachs pour prendre les rênes de l'institution OL. Et ce sans compter José Mourinho ou Patrick Vieira, également cités pour débarquer à Lyon...

1. Rafael Benitez, le plus gros palmarès

C'est assurément le nom le plus ronflant de la longue liste des prétendants. Le coach espagnol a entraîné Valence, Liverpool, Naples, l'Inter ou le Real, alors Lyon ne doit pas lu faire bien peur. Il a tout gagné : C1, C3, Liga... Le simple fait de mentionner son nom prouve que l'OL est une équipe qui compte en Europe. 


Benitez est en mesure de réinstaurer la mentalité de gagneurs qui faisait la marque de fabrique du club d'Aulas dans les années 2000. De plus, il parle le français, ce qui n'est pas un élément sans importance. Sans dénigrer le club anglais, entre Newcastle et l'OL, il n'y a quand même pas photo actuellement en terme de challenge.


Alors finalement qu'est-ce qui s'oppose à l'arrivée du coach espagnol ? Son irrégularité, sa volonté de rejoindre le projet lyonnais, sa capacité de cohabiter avec Aulas (qui a d'ailleurs dit ne pas vouloir d’entraîneur étranger) et ses émoluments. Pas la piste la plus chaude.

2. Laurent Blanc, le plus probable

Il semblerait que le champion du monde 98 tienne la corde pour succéder à Genesio. Il a pour lui un CV plutôt avantageux à la tête du PSG, des Girondins de Bordeaux et de l'Équipe de France. Il a montré qu'il était capable de diriger une grosse écurie, ce qu'on reprochait systématiquement à Genesio. Un entraîneur français réputé, voilà tout ce qu'il faut à l'OL pour redémarrer une spirale positive.


Seulement voilà, après trois ans d'inactivité, on peut se poser des questions sur son état d'esprit. Démotivé ? Revanchard ? Affamé ? Par ailleurs, s'il n'a pas repris d'équipe en main, et Dieu sait que plusieurs clubs le voulaient, c'est qu'il voulait un challenge à la hauteur de l’expérience parisienne. 


Alors l'OL remplit-il ses critères ? Quant à l'entente avec Aulas, on peut à minima s'interroger sur la cohabitation entre ces deux hommes si différents. Enfin, a-t-il le profil pour Lyon ? Lui qui n'est pas un formateur dans l'âme, reprendre un club dont c'est l'ADN est-il souhaitable ? Au final, malgré les interrogations légitimes, il serait la piste la plus chaude.

3. Marcelo Gallardo, la prise de risque

Il a l’avantage de l'exotisme et aussi, paradoxalement, de connaitre le championnat de France. Le milieu de poche a évolué dans l'hexagone à Monaco (1999-2003), puis au PSG (2007-2008). Avec sa victoire en Copa Libertadores à la tête de River Plate en décembre, il s'est donné une crédibilité en tant qu’entraîneur. On est en train de lui construire une statue devant le Monumental à Buenos Aires, c'est dire si ses débuts sont réussis !


Mais un peu comme pour les joueurs, on sait que l'adaptation aux exigences européennes ne se fait pas toujours aisément. Si la rumeur de son arrivée sur les bords du Rhône a en tout cas été évoquée en Argentine. l'intéressé n'a pas souhaité répondre à ces bruits de couloir. L'OL serait plutôt un club idéal pour commencer sur le Vieux Continent. En tout cas, l'idée donne envie aux supporters et aux joueurs.

4. Christophe Galtier, la valeur montante

Il est arrivé alors que le LOSC était en fort mauvaise posture l'an passé. Il en a fait une machine à gagner qui va jouer la C1 l'an prochain avec un jeu attrayant, alors qu'on le disait frileux et défensif depuis son passage dans le Forez. Quoi de mieux que de prendre un homme en pleine confiance ?


Mais voilà,  quel est l'intérêt pour lui de quitter une équipe en pleine bourre qu'il va faire évoluer en Champion's League l'année prochaine ? Peut-être les nombreux départs annoncés au mercato dans le Nord, Pépé en tête. Il a clairement dit qu'il honorerait son contrat avec Lille, qui court jusqu'en 2021. Une simple posture de communication ?