Tout le monde connaît le Parc des Princes. Mais personne de la même manière. Il a été le stade emblématique de l’Équipe de France durant de nombreuses années, mais aussi pour le rugby. Alors qu’il était à l’origine prévu pour le vélo. Mais c’est bel et bien pour être la maison du PSG qu’il est aujourd'hui connu. Voici un petit retour historique sur ce stade qui a vu tant de grands événements sportifs.


D’où vient le nom du « Parc des Princes » ? 


Le stade que l’on connaît aujourd’hui tient son origine de bien avant que le sport ne s’y installe. Bien bien avant. En fait, il semblerait que l’appellation remonte au moins au VXIII siècle. En ce temps, la zone n’était encore qu’un espace boisé, privilégié par… la Royauté, pour se promener et chasser. Puis, à la fin de la monarchie, il a été surtout prisé par la noblesse, toujours comme un espace de détente.


Les premières infrastructures dédiées au sport sur cet espace voient le jour en 1897. Et il s’agissait d’un vélodrome, où 3200 personnes pouvaient s’asseoir, pour regarder les cyclistes parcourir les 666,66 mètres de la piste. De la première édition en 1903, jusqu’en 1967, c’était d’ailleurs le lieu d’arrivée de chaque Tour de France.


Mais des sports collectifs pouvaient également s’y jouer, et la première rencontre officielle de l’Équipe de France de Football dans l’Hexagone s’y tient en 1905, et une victoire 2-0 face à la Suisse. Un an plus tard, l’Équipe de France de Rugby y dispute son premier match officiel face aux All Blacks.


Un complexe multisport


En 1932, d’importants travaux de rénovation et d’agrandissement du stade sont effectués, pour augmenter la capacité à 40.000 places, dont 26.000 assises. Et les tribunes portent encore le nom de cet agrandissement : Présidentielle (ou Borelli), Paris, Auteuil et Boulogne.


Il devient progressivement un stade dédié au football de manière régulière. Ainsi, à partir de 1945, le Racing Club de Paris, et le Stade Français se le partagent pour accueillir leur visiteur pendant les trois décennies suivantes.

Il accueille également de grands matchs européens et internationaux, comme lors de la Coupe du Monde de 1938, ou des Euros de 1960. L’enceinte fut aussi choisie pour accueillir la première finale de Ligue des Champions, remporté par le Real Madrid contre le Sade de Reims, en 1956.


C’est aussi au Parc que l’Équipe de France a perdu face à l’Angleterre, en finale de Coupe du Monde en 1954. Mais d’autres sport, beaucoup plus surprenant, comme du hockey sur glace, ou bien de la boxe, ont pris placent à cette période. C’est là-bas que s’est déroulé le mythique duel entre Marcel Cerdan et Robert Charron.


La maison de L’Équipe de France


Mais la renommée du Parc des Princes qu’on lui connaît ne débute qu’après les derniers travaux entrepris entre 1967 et 1972. C’est à partir de cette date qu’il est devenu la résidence de l’Équipe de France, jusqu’en 1998, grâce aux 48 583 places assises qu'elle offre. Puis celle du Paris Saint-Germain, à partir 1974, à leur montée en première division.


Ce stade a été le théâtre de plusieurs grands moments du football français. On peut par exemple citer la finale de l’Euro 1984, remporté 2-0 par les Bleus contre l’Espagne, sur des buts de Michel Platini, et Bruno Bellone.


… puis du Paris Saint-Germain


Le premier match que le PSG a joué au Parc des Princes s’est déroulé le 10 novembre 1973, alors que le club effectuait sa dernière année en deuxième division de son histoire. Face au rival de l’époque, le Red Star, les hommes de Just Fontaine remportent le match 3 buts à 1. En fin de saison, au même endroit, la même équipe remporte 4-2 leur duel face à Valenciennes, en barrage (5-4 sur les deux matchs). Les Parisiens découvriront alors l’élite, et ne la quitteront plus.


Le premier trophée de l’histoire du club sera glané en 1982, grâce à une victoire aux tirs au but en finale de Coupe de France. Face à ​Saint-Étienne, emmené par le grand Michel Platini, le PSG perd 2-1 en prolongation avant une égalisation in-extremis de l’ancien Vert Dominique Rocheteau. Les supporters envahissent alors le terrain, dans une ambiance incroyable.


Quatre ans plus tard, en 1986, le PSG y fête son premier titre de champion de France, emmené par Dominique Rocheteau, auteur de 19 buts dans la saison, et par Luis Fernandez, le club de la capitale scelle son sacre à la dernière journée en s’imposant contre Bastia 3-1.

Des matchs de Coupes de d’Europe mémorables


Mais le match de légende que tous les (vrais) supporters Parisiens ont en tête, c’est ce quart de finale retour de la Coupe UEFA de 1993 face au ​Real Madrid. Alors que les Parisiens s’étaient inclinés 3-1 en Espagne à l’aller, la qualification face à la grande équipe Madrilène devient inespérée. Et pourtant, Paris a rattrapé son retard et mène 3-0 à la fin du temps réglementaire. Et lorsque les Merengues réduisent le score à 3-1 à la 94ème minute, tous pensent que la place en demi-finale va se jouer en prolongation. C’était sans compter sur une tête d’Antoine Kombouaré deux minutes plus tard, qui le fera rentrer dans l’histoire du club à tout jamais. Cependant, les Français s’inclineront ensuite face à la Juventus, futur vainqueur de la compétition.

Deux ans plus tard, Paris remettra le couvert contre le ​FC Barcelone en Coupe des Coupes (C2, disparue depuis 1999). Après un match nul 1 partout au Camp Nou, les Parisiens s’imposeront 2 buts à 1, grâce aux réalisations de Raï et de Vincent Guérin


Depuis l’arrivée de Qataris, le ​Paris Saint-Germain n’a pas encore vécu de véritables matchs de légende à la maison. Le 4-0 infligé au Barça au Parc aurait pu rentrer parmi les matchs que l’on qualifie de classiques, si évidemment le retour n’avait pas été déroutant… Espérons que cette année, alors que Paris est plus fort que jamais, un grand match de ​Ligue des Champions vienne s’ajouter à la légende de ce club. Ou pourquoi pas un titre.