​Demain à 16h00, Arsène Wenger dirigera son ultime match sur le banc d'Arsenal, à l'occasion du déplacement à Huddersfield Town.​ Si son aventure avec les Gunners touche à sa fin, l'entraîneur français reste attentif à l'évolution des rivaux du club londonien, et en particulier Tottenham, l'ennemi juré des canonniers. 

Interrogé sur la construction du nouveau stade des Spurs, l'Alsacien estime que le coût pharaonique des travaux pourrait pousser Harry Kane vers la porte de sortie. 


L'enceinte qui remplacera le vétuste White Hart Lane devrait être livrée au mois de septembre, période prévue pour son inauguration. En attendant la finalisation de son nouvel écrin, Tottenham évolue cette saison à Wembley, l'habituelle résidence de la sélection anglaise. Estimée à un milliard d'euros, l'acquisition de ce stade ultra-moderne va nécessiter une grande rigueur financière de la part de la direction des Spurs. 


Pour amortir le plus rapidement possible cet investissement colossal, le club pourrait être contraint de céder certains de ses meilleurs éléments, comme son buteur Harry Kane. C'est en tout cas ce qu'a affirmé Arsène Wenger en conférence de presse. 


"Le prix pour un nouveau stade a doublé et le coût des transferts a triplé voire quadruplé. Quand nous avons construit l’Emirates Stadium, un joueur à dix millions d’euros c’était énorme. 

Aujourd’hui, combien peuvent-ils vendre Harry Kane ? Peut-être une centaine de millions. Comme ça ils auront plus de ressources, a poursuivi le technicien français. Ils devront surement en arriver là. Peut-être qu’ils auront besoin de vendre des joueurs. Peut-être même à Arsenal."


Ce qui est sûr, c'est que Tottenham a toutes les cartes en main pour s'assurer un bel avenir à la fois sportivement et économiquement. Doté de 62 000 places, le futur White Hart Lane permettra de faire fonctionner la billetterie à plein régime, attirera de nouveaux sponsors, et augmentera les recettes issues de la vente de produits dérivés. Qualifié pour la Ligue des Champions, le club est également assuré d'obtenir d'importantes primes de performances la saison prochaine. Les feux sont au vert du côté de Tottenham. 


A Arsenal, cette mutation du grand rival est perçue avec beaucoup d'inquiétude...