Cela fait déjà plusieurs semaines qu'Antoine Griezmann est annoncé au FC Barcelone. Ce n'est désormais plus une rumeur, il y a bien des contacts entre le club catalan et les représentants de l'international français. Josep Bartomeu, président du Barça l'a confirmé lui même, et cela fait quelques mois que ça dure.


Le feuilleton Antoine Griezmann est loin d'être terminé. Annoncé comme partant à coup sûr de l'Atlético Madrid en fin de saison, tout porte à croire que l'attaquant madrilène rejoindra le FC Barcelone après la Coupe du Monde.


Dans un premier temps c'est Luis Suarez qui avait mis le feu aux poudres en fin de semaine dernière. L'attaquant barcelonais, dans une interview accordée à Radio Rincon et Cadena Celeste (radios uruguayennes), ​avait ouvert les bras au Français.


"Bienvenu soit-il, car il ne vient prendre le poste de personne mais plutôt avec l'ambition de vouloir gagner des choses importantes avec la meilleure équipe du monde"


Désormais c'est au tour de son président, Josep Bartomeu, de se livrer à ce sujet dans une interview pour RAC1. Dès lors qu'on l'interroge sur l'éventuelle arrivée de Griezmann au Barça, le président du club catalan confirme l’existence de contacts entre les deux parties.


"Nous entretenons une relation avec son représentant, comme avec d’autres. Nous nous sommes vus en octobre dernier. C’était une réunion, rien de plus, nous ne devons pas céder aux spéculations."


Par conséquent, beaucoup pensaient qu'Ousmane Dembélé servirait de monnaie d'échange dans un éventuel transfert. Il n'en est rien. Bartomeu a immédiatement fermé la porte à cette hypothèse.


"Ce n’est pas d’actualité. C’est un pari pour le futur. Il est très jeune et nous attendons beaucoup de lui. Nous allons finir la saison et il y aura ensuite des réunions."


La piste Dembélé à l'Atlético est donc morte mais celle de Griezmann au Barça est toujours très vive. Un accord entre les représentants de Griezmann, le club madrilène et le FC Barcelone devrait donc vite être trouvé, à moins qu'une autre écurie européenne ne vienne se mêler dans la danse et fasse monter les enchères.