​L'arbitrage vidéo sera adopté cet été pour la Coupe du Monde en Russie et l'année prochaine en Ligue 1, mais il va falloir attendre encore un peu pour le voir débarquer en Angleterre. En effet, ​les clubs de Premier League ont voté contre son introduction, au grand dam d'Arsène Wenger. 

Après la défaite de son équipe hier à Newcastle (2-1), l'entraineur d'Arsenal est revenu sur cet arbitrage vidéo qui est encore mal perçu outre-Manche. 


"La Premier League a été créée avec des gens qui avaient un esprit progressiste. Globalement, je crois qu'avec cette décision, nous sommes derrière le reste du monde. La jeune génération est habituée à la VAR (assistance vidéo pour l'arbitrage) et dans le monde entier ils pourraient s'éloigner de nous parce qu'ils voient que dans d'autres pays ils l’utilisent".


Après des essais peu fructueux dans les matchs de coupe, les Anglais n'ont donc pas voulu franchir le pas. L'arbitrage vidéo reste un sujet qui divise les observateurs, et cela se ressent quand on voit qu'il est déjà adopté en Italie, le sera en France, mais pas en Ligue des Champions. 

Comme le pense Arsène Wenger, il semblerait toutefois que le football soit voué à accepter cette aide à l'arbitrage à l'avenir, une fois que tous les acteurs se seront entendus sur la manière dont l'utiliser afin d'éviter toutes polémiques.