Sifflé par une bonne partie du public présent au Parc des Princes lors de la large victoire du Paris Saint-Germain face à Metz, Unai Emery s'est montré compréhensif face à ses détracteurs.


Quatre jours après une nouvelle élimination et désillusion au stade des huitièmes de finale de la Ligue des Champions, le Paris Saint-Germain retrouvait le championnat de France et son enceinte pour tenter de rebondir de la meilleure des manières. Chose - bien - faite face à la lanterne rouge, puisque ​les partenaires de Thiago Silva ont largement surclassé le FC Metz en s'imposant 5-0.

Une maigre consolation pour les supporters dl'actuel leader de Ligue 1, qui doit maintenant tenter de réaliser le triplé sur la scène nationale pour faire oublier son "fiasco" européen. Malgré tout, la joie très mesurédes acteurs à l'issue du coup de sifflet final et les sifflets d'une bonne partie du public présent au Parc des Princes laisse à penser que la pilule va mettre un certain temps à passer.

Vérité d'autant plus vraie pour Unai Emery, qui a entendu son nom hué par les fans lorsque le speaker l'a annoncé au moment de présenter les compositions officielles des deux équipes. Tout laisse donc à penser que le divorcest quasiment consommé entre l'ancien entraîneur du FC Sévillet certains supporters franciliens, qui ont par ailleurs applaudi les joueurs.

Interrogé à ce sujet en conférence de presse d'après-match, le coach espagnol s'est montré compréhensif avec ses nombreux détracteurs.


"Les sifflets, c'est normal, j'accepte ça. Après la défaite face au Real Madrid en huitièmes de finale de la Ligue des champions, j'assume mes responsabilités. Il faut profiter du poste que j'ai, car une carrière n'est pas facile. Il y a des bons et des mauvais moments. C'est le foot, quand tu gagnes tu es content, quand tu perds, tu ne l'es pas".


Unai Emery ne fera donc pas de vagues pour ces derniers mois sur le banc du Paris Saint-Germain.