Vidéo : Le discours mythique de Pascal Dupraz avec Toulouse pour le maintien

FBL-FRA-LIGUE1-ANGERS-TOULOUSE
JEAN-FRANCOIS MONIER/Getty Images

Il y a quatre ans, Pascal Dupraz et le TFC obtenait leur maintien en Ligue 1 lors de la dernière journée. Retour sur une causerie d'avant match légendaire captée par les caméras de Canal +.

C'est pour des moments comme ça qu'on aime le foot et qu'il nous manque terriblement en ce moment. Outre la passion pour le jeu et son rectangle vert, le ballon rond, c'est bien plus que cela. Une histoire d'aventures, d'amour, de rivalités, de tensions, d'émotions, de dramaturgie. La vie en quelque sorte.

14 Mai 2016. Toulouse vit une saison compliquée. 17ème ex-aequo avec le Gazelec d'Ajaccio, un point devant Reims, le TFC doit assurer une victoire à Angers.

Débarqué quelques mois plus tôt au chevet d'une équipe en détresse, Pascal Dupraz va entonner un discours d'avant match légendaire. Une déclaration d'amour à ses guerriers. Prenant aux tripes, les mots du coach ne laissent personne insensible parmi Wissam Ben Yedder et ses coéquipiers.

Pascal Dupraz : "Je vous aime"

"Encore une fois je vais me foutre à poil devant vous. Moi je vous aime. Vous comprenez ? Je vous aime. Je vous aime parce que vous êtes des dignes représentants d'un sport. Ce que vous faites, ce que vous accomplissez c'est juste gigantesque. Vous méritez de vous maintenir. Ça fait deux mois et demi que je vous dis que vous allez vous maintenir. Le problème, c'est pas tant de savoir si je vais passer pour un con. C'est de savoir si vous avez la capacité de le faire. C'est maintenant qu'il faut le faire. C'est pas demain. C'était pas hier. C'est maintenant.

Pascal Dupraz sur J+1

Sa prise de parole sera suivie par des vidéos d'encouragements des proches des joueurs. Émotions et frissons garanties.

Pourtant sur le terrain, l'affaire s'annonce compliquée. Mené 2-1 à la 63e minute, le TFC file tout droit en Ligue 2. Mais grâce au discours poignant de leur entraîneur, les Toulousains vont aller chercher un supplément d'âme inespéré. Martin Braithwaite égalise à la 78ème.

Deux minutes plus tard, Yann Bodiger pose la ballon complètement excentré aux abords de la surface. Reims qui gagne de son côté, laisse toujours les hommes du Président Sadran dans la zone rouge. Enroulé du gauche sous la barre. Imparable. 3-2, Toulouse est maintenu.

Sans la force d'un tel discours, pas certain que la fin aurait été aussi heureuse. Et Max-Alain Gradel et ses partenaires auraient bien aimé avoir un petit coup de pouce de la part de Pascal Dupraz cette année...