Tactique : Pourquoi le 4-4-2 est le meilleur système de jeu

AC milan's coach Cerlo Ancellotti (R) ta
Arrigo Sacchi et Carlo Ancelotti, deux maîtres du 4-4-2 | FILIPPO MONTEFORTE/Getty Images

" Le 4-4-2, c'est le meilleur système pour couvrir l'espace." Dixit l'ancien entraîneur du FC Nantes Raynald Denoueix dans le livre "Comment regarder un match de football".

La rédaction 90min vous propose un nouveau volet sur les différents systèmes de jeu qui ont dessiné les contours du sport le plus populaire au monde. Et pour commencer, on s'attaque au 4-4-2. Réputé comme étant le dispositif le plus célèbre, il a longtemps été le plan de jeu de référence avant de disparaître pendant un moment.

Cependant, depuis quelques saisons, ce fameux schéma revient à la mode et refait surface chez certaines grosses écuries. Que ce soit à plat ou en losange (régulièrement appelé diamant), ce système fait fureur et se montre efficace et séduisant.

En revanche, il n'est pas parfait et présente aussi quelques limites sur le terrain. Malgré cela, il reste la référence de tous les dispositifs. Pourquoi le 4-4-2 est le meilleur système de jeu ? Décryptage.

Ses avantages

Avant d'aborder, les points forts du 4-4-2, il est important de rappeler qu'il en existe deux types : le 4-4-2 à plat et le 4-4-2 en losange. Ces deux systèmes présentent des similitudes, mais se distinguent sur certains points.

4-4-2 à plat

4-4-2 à plat
4-4-2 à plat | ©iGrade

"Avec les deux attaquants du 4-4-2, vous pouvez presser facilement sur les deux défenseurs centraux adverses."

Carlo Ancelotti

Tels sont les propos de Carlo Ancelotti lors d'une interview au journal l'Équipe. Le 4-4-2 est un système de jeu assez facile à manœuvrer. Sur le plan offensif, il permet d'associer plusieurs profils d'attaquants (pivot ou attaquant rapide qui excelle dans la profondeur), et aussi d'assurer des transitions rapides entre la phase défensive et offensive.

Dans une configuration à plat, l'espace de jeu est bien occupé entre l'axe et les ailes. Un atout pour avoir une assise défensive de qualité. Les deux doublettes sur les côtés à savoir le latéral gauche et le milieu gauche et le latéral droit et le milieu droit peuvent combiner et créer le surnombre dans les trente derniers mètres adverses.

4-4-2 losange

4-4-2 losange.
4-4-2 losange. | ©iGrade

À la différence du 4-4-2 à plat, le dispositif en losange met à l'honneur le rôle du numéro 10. Dans ce schéma, c'est lui le dépositaire du jeu et celui-ci est fait pour le faire briller. Le losange offre une grande liberté aux joueurs offensifs à savoir les deux attaquants et le meneur de jeu.

De plus, ce système permet de varier les types de transitions. Des passes courtes pour conserver le ballon et faire courir le bloc adverse et des passes un peu plus verticales afin de casser des lignes et de se projeter rapidement vers l'avant.

En phase défensive, il permet à l'équipe d'être solide dans la zone axiale du terrain (huit joueurs d'axe) ce qui pousse l'adversaire à passer sur les côtés et à centrer.

"Avec ce 4-4-2 en phase défensive, vous conservez cet équilibre. C'est à la fois rationnel dans la profondeur et en zone."

Elie Baup
Elie Baup
Elie Baup lors de ses années sur le banc marseillais | John Berry/Getty Images

Ses défauts

Aucune tactique n'est infaillible. Le plus important, c'est de masquer au maximum les faiblesses de chaque dispositif afin d'encaisser le moins de but possible et pour prendre le dessus sur son adversaire.

4-4-2 à plat

Si le 4-4-2 classique est le système qui permet de conserver un certain équilibre, il faut en revanche des joueurs disciplinés et en pleine possession de leur moyen sur le plan physique, pour qu'il marche à la perfection.

Tous les joueurs doivent être coordonnés sur le terrain, sinon un déséquilibre se crée et de nombreux espaces apparaissent. De plus, face à une équipe avec un milieu renforcé, les deux milieux de terrain axiaux peuvent se retrouver submerger et noyer sous la pression adverse.

4-4-2 losange

Comme le 4-4-2 à plat, les joueurs doivent être disciplinés et au niveau sur le plan physique. Le pressing doit être bien effectué et de manière compacte afin d'éviter de laisser des espaces entre les milieux au risque de créer une sorte de gouffre dans l'entrejeu :

" Dans le 4-4-2, il y a un no man's land au milieu entre les deux milieux de terrain et les deux avants-centres. Il y a un carré vide. Si vous êtes l'équipe adverse et que vous occupez ce carré, vous avez gagné, parce que vous avez la maitrise du milieu de terrain."

Guy Roux
FOOTBALL-AUXERRE-EINDHOVEN-ROUX
Guy Roux lorsqu'il était l'entraîneur de l'AJ Auxerre | -/Getty Images

Les entraîneurs qui affectionnent le 4-4-2

1. Arrigo Sacchi

Arrigo Sacchi, un des adeptes du 4-4-2
Arrigo Sacchi, un des adeptes du 4-4-2

Arrigo Sacchi a révolutionné le football italien. Au moment où il arrive sur le banc du Milan AC, il décide de changer la facette de l'Italie en optant pour l'abandon du fameux catenaccio qui était à la mode. Il choisit donc de faire évoluer ses joueurs dans un 4-4-2 modulable avec des consignes bien précises. À ce jour, il est une référence mondiale.

2. Carlo Ancelotti

AC Milan's trainer Carlo Ancelotti looks
Carlo Ancelotti, l'homme qui possède 3 Ligue des Champions | FILIPPO MONTEFORTE/Getty Images

Joueur puis adjoint de son aîné Arrigo Sacchi, Carlo Ancelotti a naturellement suivi les idées de jeu de l'homme de 74 ans. L'actuel manager d'Everton a installé le 4-4-2 dans tous les clubs où il est passé. En losange ou à plat.

3. Sir Alex Ferguson

Sir Alex Ferguson
Sir Alex Ferguson mythique manager de Manchester United | Shaun Botterill/Getty Images

De 1986 à 2013, Sir Alex Ferguson dirige le club de Manchester United avec tous les succès qu'on lui connaît. Une période pendant laquelle le manager écossais va perfectionner son 4-4-2 à plat et en faire une véritable machine de guerre.

4. Diego Simeone

Diego Simeone
Diego Simeone qui célèbre la victoire face à Liverpool | Julian Finney/Getty Images

Un des techniciens qui a remis le 4-4-2 au premier plan ces dernières années, alors qu'il était en voie de disparition. Diego Simeone est un entraîneur reconnu par ses pairs et qui ne change jamais de dispositif de jeu. Le 4-4-2 ou rien.

Matchs références d'une équipe en 4-4-2

Le 4-4-2 à plat d'Arrigo Sacchi lors de la finale de C1 en 1989

Ruud Gullit
Ruud Gullit et les Milanais ont sorti une masterclass pour s'adjuger la C1. | Alessandro Sabattini/Getty Images

Un chef d'œuvre ! Arrivé à la tête des Rossoneri en 1987, Arrigo Sacchi s'adjuge la Coupe aux Grandes Oreilles deux ans plus tard, au terme d'un campagne européenne maîtrisée avec en prime une finale de toute beauté.

Opposés au Steaua Bucarest, ses hommes vont atomiser le club roumain sur le score de 4 buts à 0. Le match référence du technicien italien lors de ses deux passages au Milan AC.

Le 4-4-2 losange de Carlo Ancelotti lors de la finale de C1 en 2005

L'un des matchs les plus marquants de l'Histoire du football. Ce jour-là, le Milan AC subit une défaite incroyable après avoir mené 3-0 à la mi-temps.

Mais avant de se faire remonter par les Reds de Liverpool, son équipe évoluait à un niveau de jeu rare. Il y avait tout : vitesse, efficacité, alternance entre le jeu court et le jeu long, solidité défensive. Tous les ingrédients pour un 4-4-2 parfait étaient réunis.

Ce match a également montré les limites de ce système, éreintant physiquement et reposant trop intensément sur la liberté des trois joueurs offensifs, à savoir le meneur de jeu et les deux attaquants.