Ligue 1

OL - OM : Les déclarations lunaires d'Aulas sur l'agression de Payet

Olivier Halloua
Jean-Michel Aulas
Jean-Michel Aulas / JEFF PACHOUD/GettyImages
facebooktwitterreddit

Malgré la violence de l'agression subie par Dimitri Payet, Jean-Michel Aulas préfère créer un contre-incendie. Le président de l'OL présente ses excuses mais accuse l'OM "d'une réaction violente". Lunaire.


Comment conclure un cirque médiatique ? Et bien faites entrer la mauvaise foi d'un dirigeant en porte-à-faux. Jean-Michel Aulas commence son intervention sur l'agression de Dimitri Payet par des excuses avec un "mais". Le dirigeant tente de protéger son club sans réfléchir à la portée de la soirée vécue ce soir.

Le Roll et Henry l'interpellent

Sur Amazon Prime Vidéo, le président de l'OL préfère parler du changement de décision de l'arbitre et de la réaction marseillaise que de l'agression. "La sécurité était assurée. Le match pouvait reprendre sans aucun problème. Monsieur Buquet a dit que ça allait reprendre puis a changé d'avis. Il y a eu une réaction extrêmement violente de Marseille à l'annonce de M. Buquet de reprendre le match. Il y a eu un tel mouvement de réaction que M. Buquet a demandé à revoir le préfet et a inversé sa décision. C'est incompréhensible", aborde dans un premier temps JMA.

Puis Thibault Le Roll et Thierry Henry le confrontent à ses contradictions sur le plateau. Et changement d'avis modéré au vu de l'ampleur du désastre. "On est catastrophé par ce qui est arrivé à Dimitri Payet. On lui présente, au nom du supporter qui a été incarcéré, nos excuses. Mais l'individu a été interpellé et le stade sécurisé après cela", explique ensuite Aulas. Pourtant, l'arbitre de la rencontre a souligné sa volonté de ne pas reprendre la rencontre tout de suite par la suite. Un discours maladroit ressemblant à celui de Jean-Pierre Rivère après Nice - OM. Un cirque jusqu'au bout malheureusement pour la Ligue 1.

facebooktwitterreddit