Euro 2020

Les entretiens de l'Euro 2020 : Mislav Orsic, d'exilé en Asie à bourreau de Mourinho

Kristen Collie
May 6, 2021, 1:04 PM GMT+2
Mislav Orsic a honoré 8 sélections avec la Croatie.
Mislav Orsic a honoré 8 sélections avec la Croatie. / Briony Painter/90min
facebooktwitterreddit

Mislav Orsic est l'archétype du joueur qui a percé sur le tard. Talent prometteur, mais loin d'être promis à une telle carrière à ses débuts, le Croate s'est exilé en Asie, avant de faire un retour remarquable en Europe, au Dinamo Zagreb. Aujourd'hui coéquipier de Luka Modric en sélection, l'attaquant de 28 ans est revenu en exclusivité pour 90min sur son inspirante odyssée.

18 mars 2021, huitièmes de finale retour d'Europa League. Après s'être incliné 2-0 au match aller face à Tottenham, le club croate du Dinamo Zagreb réalise le plus grand exploit de cette édition.

Héros du soir, le méconnu Mislav Orsic met un terme à l'aventure européenne des hommes de Mourinho, propulsant son licenciement, en inscrivant un triplé mémorable.

"Ce fut un match extraordinaire pour nous. Il n'est jamais facile de battre Tottenham, mais avec deux buts de retard, c'est une véritable prouesse, se remémore, toujours ému, le buteur du Dinamo Zagreb. Ces buts me décrivent parfaitement : la finition, prendre la profondeur grâce à ma vitesse, dribbler et ma qualité de frappe".

Un performance hors normes, synonyme de consécration pour ce joueur de 28 ans, qui a dû faire preuve de patience avant de prendre la lumière.

Des débuts prometteurs

Formé dans le modeste club de Zagreb du Kustosija, Mislav Orsic suscite prématurément les convoitises. Dès ses 17 ans, il s'envole pour l'Inter Zaprešić, où il effectue ses débuts dans l'élite du football croate.

Auteur de 12 buts et 5 assists lors de la saison 2012-2013, ses performances lui ouvrent les portes de l'Italie. Une parenthèse mitigée d'une saison au Spezia Calcio (11 matchs, 0 but), entre amertume et regrets :

"C'était une belle période pour moi, mais je n'ai pas assez joué. C'était ma première expérience à l'étranger et j'étais déçu de ne pas avoir eu la chance de montrer toutes mes qualités, regrette l'ailier gauche de formation. J'étais jeune et un peu nerveux, mais au final, cette expérience en Italie m'a aidé dans la suite de ma carrière."

En quête de relance, le jeune Orsic rentre alors au bercail à Rijeka, un des clubs les plus emblématiques de Croatie. Paradoxalement, il ne jouera jamais avec ce club et vogue d'abord en prêt en Slovénie, au NK Celje, où il retrouve avec intermittence ses sensations (16 matchs, 2 buts, 4 assists).

L'exil en Asie

Dans l'impasse, l'ailier alors âgé de 22 ans se résout à faire une escale dans une destination pour le moins exotique pour un footballeur européen : la Corée du Sud.

"Mon agent a joué en Corée et m'a dit beaucoup de choses positives sur le pays et le football là-bas et m'a conseillé d'accepter cette offre, se souvient-il. Je dois avouer que c'était une excellente décision."

Kim In-sung, Mislav Orsic
Mislav Orsic, à gauche, avec l'Ulsan Hyundai. / Chung Sung-Jun/Getty Images

"Beaucoup de joueurs étrangers sont surpris par le niveau du championnat sud-coréen. "

Mislav Orsic en exclu pour 90min

Exilé au Jeonnam Dragons, club de la ville de Gwangyang, le temps d'un prêt, avant d'y être définitivement transféré pour 750.000 € en janvier 2016, l'expatrié croate s'impose rapidement comme l'un des meilleurs joueurs du championnat, à l'image de sa première saison, ponctuée de 9 buts et 7 passes décisives.

"Beaucoup de joueurs européens qui viennent jouer là-bas sont positivement surpris par les installations et le niveau de football de la ligue sud-coréenne. J'ai beaucoup progressé grâce à cette expérience sur et en dehors du terrain", admet-il.

Star de la dénommée K-League, il tente même l'aventure au sein de l'émergeant championnat chinois en 2016.

"À cette époque, la Chinese Super League était en pleine expansion, précise-t-il. De nombreux joueurs célèbres arrivaient en Chine et pour moi, c'était aussi un défi d'en faire partie, mais je n'étais pas très heureux là-bas et j'ai décidé de rentrer en Corée".

Au Ulsan Hyundai plus précisément, où il brille de mille feux, notamment en Ligue des Champions asiatique - 4 buts, 4 assists en 7 matchs lors de l'édition 2018 - et remporte la Coupe de Corée du Sud en 2017.

"Peut-être que la ligue chinoise a des joueurs étrangers plus célèbres et des budgets plus importants, mais la ligue coréenne est meilleure et plus difficile à jouer", souligne Orsic.

Le rêve du Dinamo Zagreb

"Je suis né à Zagreb et mon rêve d'enfant était de jouer au Dinamo."

Mislav Orsic

Fort de cette expérience de baroudeur, Mislav peut enfin amorcer un retour triomphant sur le Vieux Continent. Et qui de mieux que le Dinamo Zagreb, géant du football croate et club de ses rêves, pour l'accueillir.

"Quand Branko (son agent) m'a appelé et m'a dit qu'il avait reçu une proposition du Dinamo, je n'ai pas hésité une seule seconde ! Je suis né à Zagreb et mon rêve d'enfant était de jouer au Dinamo".

Titulaire dès sa première saison (2018-2019), au cours de laquelle il est un des grands artisans du titre et du beau parcours en Europa League (huitièmes de finale), il explose véritablement la saison suivante, avec la Ligue des Champions en point d'orgue.

Triplé en Ligue des Champions

"Lors de mon tout premier match de Champions League, je marque un triplé contre l'Atalanta (victoire 4-0, NDLR). je ne pouvais pas rêver mieux."

Mislav Orsic
FBL-EUR-C1-DINAMO-ATALANTA
Mislav Orsic lors de son triplé face au Dinamo Zagreb. / DAMIR SENCAR/Getty Images

Auteur d'un triplé face au futur quart de finaliste de l'épreuve, la carrière du Croate prend des allures d'apogée, au cours d'un exercice ponctué de 21 buts et 10 passes décisives et où il honore sa première sélection avec la Croatie le 9 septembre 2019 .

"Je suis heureux à Zagreb et au Dinamo. J'ai passé trois grandes années ici dans ma vie personnelle et sportive, affirme le joueur désormais âgé de 28 ans.

Pendant cette période, mes deux fils sont nés. Jusqu'à présent, j'ai gagné deux titres et j'espère qu'il y en aura un de plus cette année, j'ai inscrit un triplé en Ligue des champions et en Europa League et je suis devenu un joueur de l'équipe nationale", résume-t-il avec fierté.

De quoi nourrir de plus grandes ambitions ?

"J'aimerais jouer dans l'un des cinq meilleurs championnats d'Europe. "

Mislav Orsic

"S'il y a une bonne opportunité qui rend le Dinamo et moi heureux, qui me permet de relever de nouveaux défis et qui est intéressante pour moi, alors nous y réfléchirons sérieusement, je suis prêt pour cela mais je le répète, je suis extrêmement heureux au Dinamo."

Auteur de 15 buts cette saison en championnat et 6 réalisations en Europa League, dont ce fameux triplé face à Tottenham, l'international croate est actuellement convoité par Arsenal et le Celtic Glasgow.

"Bien sûr, j'aimerais jouer dans l'un des cinq meilleurs championnats d'Europe. Mais mon plus grand objectif dans ma carrière est de donner tout ce que j'ai et de tirer le meilleur de mes capacités. Il ne faut rien regretter", précise avec pragmatisme Mislav Orsic.

L'Euro 2020 à l'horizon

Avant de voguer vers un championnat plus huppé, celui qui a David Beckham pour idole serait bien inspiré de briller cet été, à l'occasion du tant attendu Euro.

Mislav Orsic
Mislav Orsic avec la sélection croate. / Pixsell/MB Media/Getty Images

"C'est un grand honneur pour moi de faire partie de cette équipe nationale. J'en suis fier et c'est un sentiment spécial. C'était aussi mon rêve, mais de la Corée ça paraissait loin, du Dinamo, c'était la réalité, retrace celui qui compte aujourd'hui 8 sélections avec les Vatreni.

Comme vous le savez, nous sommes une nation très sportive, tous les enfants qui commencent à jouer au football rêvent de faire un jour partie de cette équipe. Ils rêvent d'être les nouveaux Šuker, Boban, Prosinečki, Modrić...

"La première fois que j'ai vu jouer Modric, c'était magique. "

Mislav Orsic

Fortement pressenti pour avoir un rôle de joker dans cette équipe, l'ailier nous dévoile les ambitions de la sélection aux Damiers, dans une poule difficile composée de l'Angleterre, l'Écosse et de la République Tchèque :

"Nous avons beaucoup de joueurs de grande qualité et il n'est pas facile d'entrer dans cette équipe. Je ferai de mon mieux pour aider l'équipe à obtenir de bons résultats. On veut passer les poules. Ce sera difficile mais c'est possible, assure-t-il. Si nous passons les poules, tout est possible car nous avons l'expérience de la dernière Coupe du monde."

L'éloge à Luka Modric

La sélection nationale est aussi l'opportunité d'évoluer aux côtés d'un Ballon d'Or. Leader, âme et capitaine de cette nation, Luka Modric inspire ses coéquipiers, et sublime toute une équipe.

"Tout le monde connaît ses qualités. Ce que vous voyez à la télévision n'est rien comparé à la réalité, s'enthousiasme Orsic. La première fois que je suis venu en équipe nationale et que je l'ai vu jouer en direct, c'était magique. Il joue si facilement, c'est un régal de le voir jouer au football.

Luka Modric
Luka Modric, capitaine de la Croatie. / Pixsell/MB Media/Getty Images

Il joue de manière différente. La façon dont il pense, comment il se déplace et les décisions qu'il prend sur le terrain sont incroyables", conclut-il, dithyrambique, avant de rappeler que la Croatie dispose d'autres joueurs de qualité :

"On compte beaucoup de grands joueurs. Je veux notamment citer mon coéquipier du Dinamo, Bruno Petković (13 sélections, 6 buts, NDLR) avec qui je m'entends vraiment bien. Si certaines choses s'alignent il pourrait avoir une très grande carrière", présage-t-il.

Parmi la pléthore de talents croates, à Mislav Orsic de se muer à nouveau en bourreau, pourquoi pas en phase de groupes contre l'Angleterre d'Harry Kane, comme il l'a majestueusement fait contre Tottenham.

facebooktwitterreddit