Arsenal : Les raisons de la longue descente aux enfers de Matteo Guendouzi

Matteo Guendouzi, Neal Maupay
Matteo Guendouzi a commis une ultime imprudence fatale face à Neal Maupay | Mike Hewitt/Getty Images

Une trajectoire ascendante et une chute vertigineuse à Arsenal : Matteo Guendouzi est invité à faire ses cartons dès cet été après un ultime geste fatal sur Neal Maupay. Décryptage.

La belle histoire avait tout d'un conte de fée pour le natif de Poissy, qui s'est offert le premier rôle dans l'un des clubs les plus prestigieux d'Angleterre : Arsenal.

Intronisé roi en l'espace d'une saison, l'ancien milieu de terrain du FC Lorient a rapidement pris les commandes du milieu de terrain des Gunners sous la houlette d'Unai Emery.

À une période où le club londonien n'est d'ailleurs plus que l'ombre de lui-même, bien loin des périodes fastes qui plaçaient la formation sur un piédestal, Matteo Guendouzi a su tirer son épingle du jeu pour s'attirer les faveurs de la presse britannique.

Tout s'est alors rapidement enchaîné pour le Français, qui a bénéficié d'une convocation de Didier Deschamps en Équipe de France le 2 septembre 2019, suite au forfait de Paul Pogba. Le début d'une nouvelle ère qui prendra finalement un virage à 180 degrés.

L'impulsivité condamnée

FBL-ENG-PR-ARSENAL-CHELSEA
Mikel Arteta se lasse du comportement abject de Matteo Guendouzi | ADRIAN DENNIS/Getty Images

Formé à bonne école, Mikel Arteta est catalogué parmi ces managers humbles, intègres et respectueux, qui transmettent des valeurs propres au football.

Longtemps considéré comme le bras droit de Pep Guardiola à Manchester City, l'ancien milieu du Paris Saint-Germain s'est montré à l'écoute, conscient de toujours devoir donner avant de recevoir. C'est aussi ça la force de cet entraîneur : ne jamais abdiquer quelque soit la difficulté.

Dans cet état d'esprit, Mikel Arteta a façonné cette image d'un homme intransigeant, capable à la fois d'assister, de perfectionner, voire de pardonner, sans pour autant conforter un joueur dans une position qui serait contraire à la politique mise en place par le club.

À la fois conscient de la nécessité de ne jamais se mettre en porte-à-faux sur le terrain, Mikel Arteta ne cesse d'assouvir son autorité dans le vestiaire, afin de permettre aux plus jeunes d'atteindre l'excellence, un critère sine qua non pour s'affirmer dans l'un des meilleurs championnats au monde.

C'est d'ailleurs sur ce dernier point que Matteo Guendouzi a failli. L'écart de trop qui a eu et qui aura raison d'une carrière déchirée par cette image négative renvoyée par ce miroir de la honte.

Le reflet d'un échec

Matteo Guendouzi
Matteo Guendouzi souffre d'un défaut de personnalité | Laurence Griffiths/Getty Images

Du talent précoce, à la folie des grandeurs, en passant par la Grande Tribulation, il ne suffit que d'un pas ou à défaut d'un geste pour plonger dans les profondeurs des abysses.

Pourtant, Matteo Guendouzi fait partie de ces joueurs décrits comme pressés, décomplexés par l'univers effrayant du ballon rond. Le FC Lorient et la Ligue 2 n'ont pas tardé à se résoudre à libérer cette longue et flamboyante chevelure, prête à faire des ravages à un niveau qui demande habituellement du temps, de l'expérience et une bonne dose d'apprentissage.

Propulsé sur le devant de la scène en marge de la saison 2018-2019, Matteo Guendouzi s'est fait un nom, développé sa notoriété, mais également son accalmie. Celle qui va malheureusement le condamner à une carrière d'ivresse et dans un avenir plus proche à composter un dernier billet.

Regretté et regrettable, Matteo Guendouzi a déjà marqué de son empreinte le côté le plus sombre de sa personnalité, peu de temps après son arrivée à Londres. Une soirée de débauche, un certain 6 décembre 2018, où le Français s'est laissé convaincre par une bonne bouffée de protoxyde d'azote, appelé "Hyppy Crack", un gaz hilarant consommé par de nombreux jeunes grâce à un simple ballon de baudruche.

Affalé sur un canapé, en compagnie d'un autre Français (Alexandre Lacazette), Matteo Guendouzi est amorphe, un peu trop décontracté au goût des tabloïds britanniques, qui s'empressent de relayer l'histoire.

Sanctionné disciplinairement, Arsenal passe l'éponge ou presque. Un peu sur le compte de l'âge, de l'insouciance et probablement d'un embrigadement de la part des plus grands. Matteo Guendouzi évite la peine à perpétuité. Une simple bombe à retardement.

Place à la tempête

Si vous vous demandez comment on peut passer d'un statut de star à celui de déchu, il suffit de poser la question au principal concerné, qui a saboté une partie de sa carrière en l'espace d'une fraction de seconde.

Retour trois semaines en arrière. Ce 20 juin 2020, Arsenal ne perd pas seulement trois points sur la pelouse de Brighton (2-1), défait à l'issue du temps additionnel suite à une réalisation de Neal Maupay (95e).

Tendu pendant toute la rencontre, Matteo Guendouzi va perdre tout semblant d'humilité en s'accrochant violemment avec l'ancien buteur de l'OGC Nice. Prise au niveau du coup, insultes, l'ancien Lorientais se distingue de la pire des manières et ne soigne pas son apparence déjà écorchée.

Le lendemain, le Daily Mail rapporte les propos du Français sur le terrain, qui aurait copieusement insulté ses adversaires directs de "salop**", avant de les provoquer sur leur salaire. Non sanctionné dans un premier temps par le club, Mikel Arteta s'est finalement chargé de faire tomber le couperet : une mise à l'écart du groupe professionnel.

Indésirable et aujourd'hui placardisé chez les Gunners, Matteo Guendouzi doit prospecter vers d'autres alternatives en cette période estivale. Un départ est à l'étude et un transfert au Paris Saint-Germain est toujours d'actualité.

Pour le reste, il faudra repasser.