Antoine Kombouaré appelle à la grève contre la Ligue 1

FBL-FRA-LIGUE1-RENNES-TOULOUSE
JEAN-FRANCOIS MONIER/Getty Images

L'ex-entraîneur de Toulouse appelle à un mouvement contestataire suite à la décision de la Ligue de football professionnel de mettre un terme au Championnat.

Edouard Philippe, le Premier ministre, a sifflé la fin de la partie en interdisant les rassemblements sportifs. Un peu plus tard, le conseil d'administration de la LFP a fait tomber le couperet en prononçant l'arrêt définitif du Championnat au soir de la 28e journée. Une décision qui n'a pas forcément été du goût de plusieurs clubs français qui montent au créneau.

"Je veux lancer un appel à ma corporation"

À l'image de l'Olympique Lyonnais, qui ne devrait vraisemblablement pas disputer de coupe d'Europe la saison prochaine en raison de sa septième place au classement (une première depuis 1997), Amiens et Toulouse, condamnés à la Ligue 2 malgré la possibilité d'un point de vue comptable de se maintenir au sein de l'élite, ont crié au scandale.

Dans un entretien accordé au journal l'Equipe, Antoine Kombouaré appelle le football français à reconsidérer la situation pour l'année prochaine en suggérant notamment une idée qui pourrait satisfaire de nombreux acteurs.

"Je veux lancer un appel à ma corporation, à mes amis entraîneurs, aux joueurs. Ce qui se passe actuellement, la relégation de Toulouse et d'Amiens, constitue une profonde injustice. La foot a l'occasion unique de faire preuve d'humanité et de générosité, mais aussi de bon sens et de courage. C'est le moment de montrer une autre image et d'arrêter de penser à sa gueule."

L'ex-entraîneur du TFC appelle à la grève en début de saison si les choses "n'évoluent pas".

"Que les joueurs et les entraîneurs se mettent d'accord pour faire grève en début de saison prochaine si ça n'évolue pas. Les capitaines doivent se réunir et adopter une position commune avec un message clair: 'si on n'est pas 22, on ne débute pas'."

Pour rappel, Antoine Kombouaré pourrait faire l'objet d'un conflit d'intérêts en raison de son lien avec Toulouse mais également avec Amiens où son fils occupe le poste de directeur administratif.