​Le président lyonnais est aujourd'hui soutenu par le co-président de l'UNFP qui trouve l'idée "intéressante" malgré des contraintes économiques apaprentes.


Dans un communiqué publié lundi, la Ligue de Football Professionnel a réagi aux récentes prises de parole en apportant des informations complémentaires sur le protocole de reprise de la ​Ligue 1 le 17 juin. 


Peu favorable à ce programme, l'UNFP a dévoilé les résultats d'une consultation menée auprès des joueurs dans une tribune publiée dans le journal Le Monde. De son côté, Jean-Michel Aulas rejoint Jean-Pierre Rivère sur la possibilité de conclure l'exercice actuel entre septembre et décembre 2020. 


Philippe Piat valide en partie 

Selon l'évolution de la crise sanitaire, en attendant également les prochaines mesures gouvernementales dans le cadre du déconfinement et en fonction du comex de l'UEFA ce jeudi, la LFP explore plusieurs scénarios de reprise d'ici le début du mois de juin. 


Si plusieurs dates ont déjà été annoncées dans un premier temps, l'instance nationale se heurte aujourd'hui à la volonté des joueurs, peu disposés à reprendre la compétition dans ces conditions. 


Pour gagner un peu de temps, Jean-Michel Aulas et Jean-Pierre Rivère ont suggéré de reprendre les festivités au mois de septembre avec une date butoir estimée en décembre. Par conséquent, l'édition 2020-2021 serait décalée à janvier 2021. 

Invité à réagir sur RMC aux questions de Jean-Jacques Bourdin, Philippe Piat, le co-président de l'UNFP a évoqué les trois scénarios de reprise : 


"Les joueurs ne sont pas opposés à la reprise mais ils sont inquiets et veulent savoir dans quelles conditions la reprise pourrait se faire. Les plans du gouvernement, des autorités sanitaires, mais aussi de la Ligue pourraient les rassurer. (...) Le premier scénario, c'est la reprise, le deuxième, c'est de repousser les matchs au-delà de ce que dit l'UEFA à savoir le 3 août. Le troisième scénario est d'arrêter la compétition, de faire les comptes sportifs et économiques maintenant, et de repartir au mois d'août sur une nouvelle saison."


Philippe Piat a également admis vouloir prendre en considération la proposition de Jean-Pierre Rivère reprise ensuite par Jean-Michel Aulas.


"C'est une des solutions à prendre en compte. Ce qui est intéressant dans cette solution, c'est de repartir sur une année calendaire. Il y a des avantages, d'autant qu'avec la Coupe du monde 2022 (au Qatar), on va devoir modifier les saisons. Si l'on fait ça, les clubs vont devoir supporter des salaires de joueurs jusqu'à l'automne et cela pose un problème économique bien sûr."


Le co-président de l'UNFP a rappelé qu'il existait toujours un "flou" concernant une éventuelle reprise.


"Une reprise dans ces conditions, ce n'est pas raisonnable. C'est pour cela que nous sommes très prudents dans la communication que nous faisons. Les joueurs ne disent pas qu'ils ne veulent pas jouer mais ils veulent jouer dans des conditions à peu près normales. Les derniers matchs sont les plus importants pour la descente ou la montée où l'on se donne à fond. S'il y avait des blessures importantes, on pourrait le regretter."


La Confédération européenne apportera des premiers éléments de réponse dès ce jeudi en dévoilant notamment le calendrier pour les rencontres restantes en ​Ligue des Champions