​Promis à un avenir radieux sous les couleurs de l'AC Milan, Alexandre Pato s'est ensuite perdu en route en privilégiant notamment un exode en Chine. Retour sur l'un des plus grands espoirs du football brésilien. 


Passé de crack à espoir déchu, Alexandre Pato a donné de ses nouvelles au cours d'une interview accordée à la Gazzetta dello Sport, le 6 avril dernier. 


Il fut question de la Copa Libertadores avec son club actuel, Sao Paulo, et de sa volonté de revenir en Europe dans un futur proche après avoir quitté le Vieux Continent en 2017 après six petits mois à Villarreal. 


Des débuts prometteurs

L'histoire prend date un certain 2 septembre 1989, jour où Alexandre Rodrigues da Silva voit le jour. Plus connu aujourd'hui sous le pseudonyme de Pato en référence à sa ville natale, Pato Branco, le jeune espoir du football brésilien se fait remarquer en 2006 sous les couleurs du modeste club brésilien : SC International. 


Sur les traces de Pelé, le jeune prodige bat un record de précocité en devenant le plus jeune buteur lors de la Coupe du Monde des clubs. 


Un fait d'armes à son actif qui permettra au footballeur d'attiser la convoitise de plusieurs grosses cylindrées européennes, à l'image de l'​AC Milan qui n'hésitera pas à débourser 22 millions d'euros pour s'offrir les services de cet attaquant décrit comme complet. 


Débarqué en Lombardie avec un statut de grand espoir, Alexandre Pato ne tarde pas à rentabiliser l'investissement consenti par les dirigeants milanais en s'affirmant dans une colonie brésilienne déjà bien fournie avec la présence de Ronaldo, Dida, Kaka, Emerson ou encore Ronaldinho. 

Pato

Après avoir rongé son frein pendant six mois en raison de contraintes administratives, le Brésilien va inscrire son premier but sous ses nouvelles couleurs dès sa première entrée en jeu face au Napoli le 12 janvier 2008. Le début d'une histoire d'amour entre le joueur et le club milanais qui va durer cinq ans. 


Des blessures et un retour au pays 

Lassé par des blessures répétitives, les dirigeants milanais placent leur buteur sur la liste des transferts lors du​ mercato hivernal en 2013. 


Désireux de se ressourcer, Alexandre Pato accepte alors une proposition du Sport Club Corinthians qui débourse 15 millions d'euros (une clause de rachat fixée à 18 millions d'euros) pour s'attacher les services du Milanais qui déclare à l'issue de son transfert vouloir "revenir un jour à Milan." 

Un an seulement après son retour au Brésil, Pato est prêté au club ennemi de Sao Paulo FC, dans le cadre d'un prêt de deux ans après avoir été agressé par des supporters. Le début de la fin pour un joueur qui enchaînera les désillusions et les mauvais choix. 


La longue descente aux enfers

De retour en Europe en 2016 dans le cadre d'un nouveau prêt qui porte sur une durée de six mois avec la formation londonienne de Chelsea, l'ex-international brésilien marque le pas en ​Premier League malgré un seul et unique but durant cette période face à Aston Villa. 

Aston Villa v Chelsea - Premier League

Non retenu par les Blues, Alexandre Pato est cédé à Villarreal en ​Liga où il prendra part à 14 petites rencontres dans le championnat espagnol avant d'être vendu au club chinois de Tianjin Quanjian alors entraîné par Fabio Cannavaro. 


Malgré deux exercices satisfaisants sur le plan personnel, Alexandre Pato se retrouve en plein questionnement existentiel. Finalement, l'ancien attaquant milanais résilie son contrat le 16 mars 2019, déboursant au passage 2.5 millions d'euros de sa poche pour quitter définitivement la Chine. 


L'espoir de revenir un jour en Europe

De retour au pays, Alexandre Pato essaie de retrouver sa forme d'antan en enchaînant les bonnes prestations sous les couleurs de Sao Paulo. 

À bientôt 31 ans, l'ex-futur crack est revenu dans les colonnes de la Gazzetta dello Sport sur ses objectifs collectifs et personnels. Et le Brésilien ne s'interdit pas de rêver : 


"Je voudrais retourner en Europe. (...) Allez, je m'en sors bien cette année, je gagne la Libertadores et ensuite je reviendrai. À Milan, ce serait vraiment bien."


Un peu plus loin dans l'entretien, Alexandre Pato s'est attardé sur son premier séjour à Milan alors "qu'une petite blessure a fini par devenir une très grosse chose." Le Brésilien explique également "avoir perdu la foi" et s'être "senti un peu seul après avoir été pointé du doigt"


Une réelle déception pour le natif de Pato Branco qui était prédestiné à tutoyer les sommets.