​L'International Football Association Board a adopté de nouvelles règles d'arbitrage à compter du 1er juin 2020. Décryptage.


La 134e assemblée générale annuelle de l'International Football Association Board (IFAB) s'est déroulée le 29 février 2020 à Belfast sous la direction de David Martin, président de la Fédération Nord-Irlandaise de Football. 


Lors d'une circulaire rédigée et envoyée à l'ensemble des fédérations nationales, l'​IF​AB a présenté les principales décisions et discussions menées lors de cette séance. 


Les mains 

Dans un premier temps, les membres se "sont réjouis des changements apportés aux Lois du Jeu pour 2019-2020 qui ont eu un impact positif sur le football à tous les niveaux." 


Lors de cette assemblée, un certain nombre d'amendements ont été approuvés alors que les modifications entreront en vigueur à compter du 1er juin 2020 avec la possibilité d'adopter les règles précédentes suite à la suspension des différentes compétitions en raison du coronavirus Covid-19. 


Au cours de cette circulaire, les représentants ont notamment apporté des précisions et un éclaircissement sur la "main accidentelle" d'un joueur : 


"Une main accidentelle d'un joueur en attaque ne doit être sanctionnée que si elle génère 'immédiatement' un but ou une occasion de but manifeste pour ce joueur et/ou son équipe (c'est-à-dire qu'après la main, le ballon ne parcourt qu'une courte distance et/ou très peu de passes sont effectuées)."


Dans le cadre de l'identification des fautes de main, l'IFAB considère que le "bras" s'arrête au bas de l'aisselle. 


Les penaltys et les tirs au but 

Cette nouvelle disposition s'applique notamment pour les gardiens qui ne respectent pas la nouvelle règle mise en place lors de cet exercice (les deux pieds sur la ligne). 


"Si le gardien de but enfreint les Lois du Jeu mais que le tir manque le but ou rebondit sur le(s) poteau(x) / la barre transversale, le tir n'est pas exécuté de nouveau, à moins que l'infraction du gardien de but ait clairement perturbé le tireur."


En revanche, "si le gardien de but est pénalisé et que le pénalty doit être retiré, le gardien est mis en garde lors de la première infraction (dans le jeu ou lors de la séance de tirs au but) et est averti d'un carton jaune en cas de récidive."


Un avertissement qui d'ailleurs est détaillé lorsqu'un joueur écope d'une sanction lors d'une séance de tirs au but.


"Les cartons jaunes et les mises en garde ne sont pas prises en compte lors de la séance de tirs au but. Si un joueur reçoit un carton jaune pendant le match et un autre pendant la séance de tirs au but, ils doivent être consignés comme deux avertissements, sans donner lieu à une exclusion."


Néanmoins, l'IFAB précise que si le gardien et le joueur enfreignent en même temps les règles du jeu, "c'est le tireur qui doit être pénalisé". 


Le VAR

Pas de grandes nouveautés mais des simples recommandations pour éviter toute polémique.


"Seul un signe 'télévision' est requis pour les analyses effectuées uniquement par l'arbitre assistant vidéo. Et si un incident pouvant faire l'objet d'une analyse est de nature subjective, il est attendu que l'arbitre effectue une analyse au bord du terrain ; c'est-à-dire qu'il se rend dans la zone de visionnage pour regarder les images de l'action."


Toutes les clarifications importantes :

1. Les poteaux et les barres transversales peuvent être une combinaison des quatre formes basiques. 

2. Une main intentionnelle d'un joueur en défense est considérée comme une "action délibérée" eu égard au hors-jeu. 

3. Si un gardien de but est pénalisé pour avoir "illégalement" joué le ballon une deuxième fois lors d'une reprise en jeu, la sanction disciplinaire appropriée est appliquée même si ce deuxième contact a été fait avec la main ou le bras.

4. Si l'arbitre laisse l'avantage ou permet à un coup franc d'être joué rapidement après une infraction commise pour perturber ou stopper une attaque prometteuse, le carton jaune n'est pas "administré". 

5. Un joueur qui ne respecte pas la distance réglementaire (4m) sur une balle à terre doit être sanctionné d'un carton jaune. 

6. Si, lors d'un coup de pied de but ou d'un coup franc, le gardien de but "lève" le ballon pour un coéquipier qui lui remet de la tête ou de la poitrine afin qu'il s'en saisisse, le coup de pied de but ou coup franc est rejoué et aucune sanction disciplinaire n'est infligée sauf si ce fait de jeu se reproduit de "manière persistante". 


Un projet à l'étude 

Afin de promouvoir une certaine philosophie de jeu, l'IFAB désir encourager le "football offensif" en analysant et révisant prochainement la Loi 11 relative aux hors-jeu. ​


Pas de révolution mais des clarifications nécessaires après une nouvelle année parsemée de critiques envers l'arbitrage.