​Cette disposition s'applique aux joueurs de Ligue 1 et Ligue 2 après un accord passé avec les clubs. 


En réaction à la crise économique du coronavirus, plusieurs scénarios avaient été envisagés pour soutenir les clubs en difficulté. Un accord a récemment été scellé dans le cadre d'une baisse provisoire des salaires. 


"Un effort provisoire"


Se donner un peu plus de temps en attendant un épilogue dans les négociations qui opposent la Ligue 1 aux diffuseurs sur le marché français des droits TV. 


En manque de liquidités, le manque à gagner est estimé entre 500 et 600 millions d'euros selon une étude réalisée par le cabinet d'audit KPMG. Pour remédier à ce problème, les clubs français ont scellé un accord pour une baisse provisoire des salaires des joueurs. Le restant dû étant versé à l'issue de la saison quand les diffuseurs auront effectué la dernière traite. 


"Nous avons validé la recommandation. L'idée, c'est que les joueurs diffèrent une partie de leurs salaires d'avril pour permettre aux clubs de s'en sortir." (Philippe Piat, président de l'UNFP)


Un projet de travail en cours


La ​Ligue 1 se mobilise depuis plusieurs jours dans le cadre d'un projet de travail réunissant sept présidents du championnat de France. 

Dernièrement, Gérard Lopez, le président du LOSC, a été mandaté pour mener à bien "une ligne de crédits" qui devrait permettre aux institutions de subvenir à leurs besoins dans un avenir proche. 


Une somme comprise entre 300 et 500 millions d'euros est évoquée par le journal l'Equipe qui précise par ailleurs que "cet emprunt bancaire" sera remboursé à raison de 3 à 4 millions d'euros chaque année et par club sur une période de trois à cinq ans.