​Une étude publiée ce lundi, par le CIES, a mis en exergue l'impact économique de la pandémie du coronavirus sur les clubs et par conséquence la valeur des joueurs. Paul Pogba en est l'exemple le plus significatif. 


En cette période de pandémie, le football est à l'arrêt. Outre l'impact sportif évident, l'impact économique est tout aussi conséquent. Et alors que les clubs gèlent les salaires de leurs joueurs ou leur imposent un chômage partiel, la valeur intrinsèque des footballeurs suit également cette conjoncture délétère. 


Le CIES a publié un rapport, ce lundi, mettant en exergue la baisse de valeur significative des joueurs des cinq grands championnats européens. 


Ainsi, l'Observatoire du football rapporte que la valeur totale sur le marché des transferts des footballeurs diminuerait de 28%, passant de 32,7 à 23,4 milliards d'euros, au cas où aucun match ne serait joué avant fin juin, selon les estimations. 


Paul Pogba, symptôme d'un sport en crise

Afin d'illustrer ses arguments, le CIES a étudié cas par cas avec un exemple des plus criants : 


 "La valeur de Paul Pogba (​Manchester United) serait réduite de près de moitié, de 65 millions d'euros à 35 millions d'euros", estime le centre d'étude.


Aujourd'hui, difficile d'imaginer le Mancunien quitter la ​Premier League pour une somme si "dérisoire". Mais à l'heure où les clubs peinent à payer leurs salariés, on peut très bien les imaginer brader leurs joueurs.