​Au cours d'un live Instagram, mercredi, Adil Rami a pointé les défaillances défensives de l'Olympique de Marseille la saison dernière.


Loin de ​Marseille, après avoir été licencié pour faute grave l'été dernier, Adil Rami est revenu sur la saison des Phocéens l'année dernière alors que le Français évoluait en charnière centrale : 


Le point sur Alvaro Gonzalez 

Remplacé numériquement par Alvaro Gonzalez à l'inter-saison, l'ancien défenseur de Villarreal a parfaitement réussi à faire oublier Adil Rami à Marseille. Imparable en charnière centrale au côté de Duje Caleta-Car, l'Espagnol a apporté de la sérénité à une défense marseillaise en proie aux doutes depuis plusieurs saisons : 


"Le mec, pas mal, il est bien, parce que le bloc il est pas mal. Tu mets ce mec-là avec l'année de merde qu'on fait, et avec notre jeu, ce n'est pas la même, c'est beaucoup plus compliqué."


Le tacle à Rudi Garcia 

Désormais à l'​Olympique Lyonnais, Rudi Garcia n'a pas laissé une trace indélébile dans l'esprit d'Adil Rami : 


"À un moment donné, on avait perdu ce délire-là à l'OM, tout le monde voulait briller. Parce qu'à Marseille, on veut toujours briller individuellement quand ça perd un peu les pédales. Là t'as un bon coach (André Villas-Boas) qui te fait comprendre des choses. Le plus important c'est le bloc défensif. C'est la base, la base du bâtiment. Après, tu peux monter dans les fondations."


"L'autoroute A8"

Le champion du monde 2018 est revenu sur les carences de l'équipe la saison dernière avec beaucoup d'autodérision. 


"À une période, l'autoroute A8 (autoroute reliant Aix-en-Provence à la Côte d'Azur) on l'avait, radars, pas radars, il y a tout qui passait (sourire). Pourtant, le football c'est super facile. Soit tu es en bloc, soit tu ne l'es pas. Soit tu te bats, soit tout le monde défend..."


Pour rappel, Adil Rami porte aujourd'hui les couleurs du FK Sotchi en première division russe.