Invité, jeudi, dans l'émission Team Duga sur RMC Sport pour parler de la sortie de son livre "Gagner c'est si simple", Massimiliano Allegri a évoqué plusieurs sujets durant l'émission. Il a notamment expliqué aux consultants de la chaîne comment il gérait les stars au sein de ses effectifs. L'Italien estime que l'entraîneur doit entrer dans leur tête afin qu'elles se mettent au service du collectif.


Passé par la ​Juventus mais aussi par le Milan AC, l'entraîneur italien a dirigé de nombreux grands joueurs. De ​Cristiano Ronaldo en passant par Andrea Pirlo, Clarence Seedorf, Zlatan Ibrahimovic ou encore Carlos Tevez, l'ex-manager des Bianconeri n'a pas peur des stars. Une compétence qui pourrait lui servir en cas d'arrivée au PSG avec des statuts comme ceux de ​Neymar et ​Kylian Mbappé. Pour lui, ces joueurs doivent se mettre au service du collectif. En témoignent ses propos :


"Ce qui est encore plus important que l'aspect football, c'est de rentrer dans la tête de ces joueurs. Les qualités techniques, les grands joueurs les ont. Mais parfois, il faut leur faire comprendre que leur objectif personnel doit être leur objectif commun. Il faut qu'ils se mettent à la disposition de l'équipe, et l'équipe les aidera en retour. C'est fondamental. C'est donc au coach de trouver les mots pour que la machine soit bien huilée, pour que le vestiaire soit tourné vers un même but."


FRANCE-FBL-ITA-CULTURE

"Le travail de l’entraîneur aujourd’hui est totalement différent d'avant. Au-delà du travail sur le terrain, il y a tout un travail dehors, qui est celui de faire en sorte que le groupe avec qui on part en juillet devienne une équipe. Le coach doit trouver l’équilibre, l’empathie, l’alchimie entre tous les joueurs, et ça c’est très important. Mais ce n’est pas simple. C’est même la plus grande mission de l’entraîneur."


Sanctionner, mais pardonner aussi

"Max" Allegri est un entraineur respecté, il a gagné avec la Juve et s'est hissé à deux reprises en finale de ​Ligue des Champions (finales perdues face au ​FC Barcelone en 2015 et face au ​Real Madrid en 2017). Pour construire ses succès, l'Italien n'a jamais hésité à écarter certaines stars, pouvant mettre en péril le collectif : 


"Pour que les garçons deviennent meilleurs, il faut des règles, des consignes communes. Et des sanctions, même pour les stars, si ces règles ne sont pas respectées. Moi ça m’est arrivé il y a trois ans avec Bonucci, que j’ai laissé dehors, parce que pour le bien de l’équipe il devait être écarté. Une semaine après je l’ai réintégré mais c’était nécessaire d’agir. Un entraîneur ne peut pas travailler chaque saison avec le même protocole, il doit avoir la sensibilité pour comprendre chaque cas, à tel ou tel moment."


Pisté par le PSG en cas de départ de Tuchel 

S'il affirme qu'il n'a pas eu de contacts avec le PSG, le manager de 52 ans est bel et bien ​suivi par le club de la capitale en cas de départ de Thomas Tuchel cet été. Le directeur sportif parisien Leonardo apprécie le profil du Transalpin et celui-ci ne lui ferme pas la porte. L'été parisien devrait être agité.