​Passé par le ​Paris Saint-Germain de Juin 2016 à juin 2018 et par ​ Arsenal de Mai 2018 à Novembre 2019, Unai Emery n'a jamais fait l'unanimité dans ces deux clubs. Entraineur reconnu avec un palmarès qui parle pour lui ( Champion de France et triple vainqueur de l'Europa League), le coach basque est revenu sur ses passages en Ligue 1 et en Premier League dans les colonnes de​ France Football ce mardi. L'Espagnol a fait le bilan de ses aventures ou il en garde du bon mais aussi du moins bon. 


Emery et le PSG 

FBL-FRA-LIGUE1-PSG


Sur bon bilan global dans la capitale française. "J'ai gagné le Championnat, quatre Coupes nationales et deux Trophées des champions. Mais l'objectif ultime, c'était la C1. La première année en huitième de finale contre ​Barcelone, nous faisons un match aller de très haut niveau ( 4-0). Et au match retour, on se fait éliminer car le VAR n'existait pas encore ( 1-6). On a clairement été éliminés par des décisions d'arbitrage. La seconde année, contre le ​Real Madrid, on s'incline devant une équipe ( 1-3, 1-2) qui signe un triplé historique."


"C'est vrai que je n'ai pas réussi à imposer [mon style de jeu] tout le temps. Je devais composer avec les caractéristiques des joueurs. Par exemple, j'aimais beaucoup Thiago Motta mais il ralentissait le jeu. Il était fait pour un jeu de possession"


 Ses choix, notamment celui d'avoir laissé Thiago Silva sur le banc face au Real Madrid. "Je voulais que l'équipe défende plus haut. ​Thiago Silva est un super joueur mais je voulais qu'il soit plus haut mais je n'ai pas réussi à lui faire accepter cela. Je voulais qu'il sorte de sa zone de confort, qu'il ose défendre plus haut pour que la pression générale de l'équipe sur l'adversaire soit plus efficace. J'ai travaillé avec lui pour lui faire accepter cela mais je n'ai pas réussi. Et cette caractéristique de jeu de Thiago Silva rejaillissait sur toute l'équipe qui sous la pression avait une tendance naturelle à reculer. Comme au Camp Nou la saison précédente. Pourtant je donnais la consigne de remonter. Ça n'a pas été entendu..."


Comment il a perçu l'arrivée de Neymar. "Un coach est toujours ravi et chanceux quand il peut compter sur un joueur autant hors norme. ​Neymar découvrait un nouveau pays, un nouveau championnat, une nouvelle langue, une nouvelle culture, d'autant qu'il devait aussi gérer sa situation familiale avec son fils. Donc j'ai commencé avec lui une intégration patiente et la plus confortable possible. Contrairement à ce que certains pensent, Neymar est facile à coacher. Il adore le foot et il a un bon coeur. 



Unai et Arsenal

FBL-EUR-C3-ARSENAL-FRANKFURT


Son échec à Arsenal. " Arsenal était un club sur la pente descendante depuis deux ans quand je suis arrivé. Nous avons enrayé cette chute et même commencé à redresser le club avec une finale de Ligue Europa ( 1-4 face à Chelsea) et une cinquième place en Premier League, à une longueur de Tottenham alors que nous en avons pris qu'un point sur les cinq dernières journées. On avait la qualification pour la C1 en main et puis ça a mal tourné sur le final. Mais ça a été une bonne saison et nos avions l'idée de continuer cette progression. Mais nous avons perdu nos quatre capitaines : Koscielny, Cech, Ramsey et Monreal. Ce sont des personnalités qui nous ont manqué cette saison pour garder un cap. Et certaines stars n'ont pas eu la bonne attitude et demandaient plus qu'elles ne donnaient. Compte tenu de tout ça, il aurait fallu davantage de temps pour réussir la transition vers le nouvel Arsenal que je souhaitais."


FBL-EUR-C1-PSG-PRESSER


En résumé, Unai Emery peut nourrir des regrets lors de ses passages en France et Outre Manche. Malgré les trophées remportés à Paris, son mandat  fut mitigé et i n'aura pas reussi a amener le club la ou il le souhaitait. 


Concernant le club londonien, la situation était un peu plus complexe. Il avait dû succéder au poste d'entraineur à la légende vivante du club à savoir Arsène Wenger...