​Titularisé en l'absence de Juan Bernat, Abdou Diallo a tenu son rang face à Lille avant de céder sa place à un quart d'heure de la fin à Colin Dagba, victime de crampes. Irréprochable d'un point de vue défensif, l'ancien défenseur de Dortmund a probablement redistribué les cartes sur le flanc gauche.


Dépêché au Borussia Dortmund cet été, un peu à la surprise générale, pour une somme estimée à trente-deux millions d'euros, Abdou Diallo a déjà pris part à quinze rencontres de championnat sous la tunique parisienne au poste de défenseur central dans un premier temps. Repositionné dans le couloir gauche à la suite de la blessure de Juan Bernat, touché au mollet, le Français s'est agréablement illustré dans les tâches défensives. De quoi livrer un véritable casse tête à Thomas Tuchel alors que l'ancien défenseur du Bayern Munich devrait faire son retour dans moins de dix jours. 


Avantage Diallo dans le secteur défensif


En raison de l'intérim peu convaincant de Layvin Kurzawa, en manque de condition physique et peu rassurant en défense, Thomas Tuchel a décidé de tout miser sur son jeune défenseur central français, auteur de deux saisons encourageantes en Bundesliga sous les couleurs de Mayence puis de Dortmund. 

Aligné au poste de latéral gauche face au LOSC dimanche dernier en marge de la vingt-et-unième journée de ​la Ligue 1 Conforama, le tout jeune international espoirs (onze sélections à 23 ans) a donné satisfaction à l'entraîneur parisien. 


Remplacé par le latéral droit Colin Dagba après avoir été victime de crampes, Abdou Diallo aura livré une prestation satisfaisante dans un secteur inhabituel pour lui. Loin d'être transcendant offensivement, Abdou Diallo aura maîtrisé les quelques assauts lillois tout au long de la première période. Une prestation réussie sur un terrain où le LOSC restait invaincu avant d'affronter les Parisiens. 

À la différence, souvent décrié pour son manque d'implication défensive, Juan Bernat a peut-être perdu une première bataille pour une place de titulaire face à Dortmund en huitièmes de finale de la Ligue des Champions. 


Face à la vivacité des attaquants des jaunes et noirs, Thomas Tuchel pourrait être tenté de sécuriser sa défense en alignant d'entrée l'ancien défenseur du Borussia Dortmund. 


Avantage Bernat sur le plan offensif 


Beaucoup plus à l'aise dans son couloir de prédilection, Juan Bernat reste un atout offensif non négligeable pour ​le Paris Saint-Germain. Pas avare d'efforts, le latéral gauche espagnol n'hésite pas à apporter des solutions dans son couloir, en atteste ses deux passes décisives cette saison en phase de poules de la Ligue des Champions (trois buts la saison passée en LDC). 

Au contraire, beaucoup plus apaisé, et mieux réfléchi dans ses mouvements, Abdou Diallo n'apprécie pas forcément la prise de risques, lui qui se contente de jouer essentiellement simple. 


Loin d'être un dribbleur dans l'âme, le Français privilégie la sérénité, le calme et l'aptitude à bien défendre. Deux profils différents sur le papier mais qui auront un rôle complémentaire tout au long de la saison. 


Deux alternatives pour Tuchel 


En attendant de voir le deal se réaliser entre Layvin Kurzawa et Mattia De Sciglio, Thomas Tuchel pourra bénéficier de plusieurs alternatives sur le côté gauche. 


Avec un calendrier chargé jusqu'à la fin de la saison, le PSG, encore engagé sur les quatre tableaux, aura fort à faire d'ici la fin du championnat. L'entraîneur parisien pourra alors jongler dans son effectif en adaptant sa composition de départ selon le profil de l'adversaire en face.