Alors que la situation semble s’être arrangée entre André Villas-Boas et Jacques-Henri Eyraud, Pierre Ménès pense que c’est une simple réconciliation "de façade" entre les deux hommes.


Il y a tout juste une semaine, l’Equipe annonçait dans son édition du jour la nomination de ​Paul Aldridge en tant que conseiller spécial de Jacques-Henri Eyraud, pour faciliter la vente de joueurs marseillais vers la Premier League. Un recrutement peu apprécié par André-Villas Boas qui avait profité de la conférence de presse avant le match entre Granville et l’​OM pour les 16es de finale de la Coupe de France, pour critiquer les prises de décisions du président olympien.


Face à ce début de conflit, l’entraîneur portugais avait tenu à calmer les choses après la victoire des Marseillais contre Granville (3-0), en déclarant qu’une réunion avait eu lieu avant le déplacement à Caen, ce qui avait permis de dissiper les malentendus entre les deux parties.

"C'est une réconciliation de façade"

Malgré les propos d'AVB, Pierre Ménès est persuadé que qu'il s'agit d'une opération de communication afin de na pas impacter l’OM sur le plan sportif.


"Villas-Boas ? Je pense que c'est une réconciliation de façade. Il faut connaître ce dénommé Aldrigde... Ce n'est pas un homme qui a toujours les mains très propres, notamment concernant le transfert de Tévez. Villas-Boas est un homme intègre, il a des résultats extra avec une équipe assez moyenne et je trouve que lui mettre des bâtons dans les roues comme ça, c'est nul."


Pour leur prochain match les Marseillais recevront Angers, le 25 janvier prochain au Vélodrome pour le compte de la 21ème journée de Ligue 1.